Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 14:09

   Steve ABADIE-ROSIER donne une place à part à l'abréaction dans les mécanismes de défense. L'abréaction est la libération d'affects accompagnant la survenue ou l'évocation d'un événement traumatique. Spontanée ou provoquée par l'hypnose ou la suggestion, elle entraine une catharsis qui permet de lever le refoulement du souvenir traumatique ou qui s'oppose à sa constitution. Sigmund FREUD propose dès 1893 de traiter les hystériques traumatiques par la méthode cathartrique, par la verbalisation de l'expérience traumatique dans sa globalité, sans imposer d'interdit ni de moratoire pour son versant émotionnel. 

"L'abréaction invite le patient à se remettre mentalement dans la situation du traumatisme et lui permet de réévoquer l'expérience vécue, en toute spontanéité, sans aucune censure afin d'établir des associations mentales. Cette libération d'affects, attenants au trauma, lors de la résurgence du moment traumatique, facilite les associations symboliques et significatives chez le patient afin qu'il puisse enfin les assimiler." FREUD faisait déjà remarquer que l'évocation d'un instant traumatique passé, à la différence de récits préparés et construits "à froid", s'accompagne de toute la charge d'affects, dûments corrélés au traumatisme, en rappelant que les affects étaient resté jusqu'ici coincés (c'est-à-dire non abréagis).

"A l'instant précis où survenait le traumatisme, le sujet, pris au dépourvu, n'avait-il en effet pas décharger ses affects dans l'action ni par la représentation mentale. A l'inverse, d'autres sujets, qui ont pu réagir immédiatement par le geste, des pleurs ou la représentation mentale à un même traumatisme, ont pu se préserver de l'effraction traumatique. Cette libération d'affects, différée et brutale, provoque une "abréaction émotionnelle" (ou une reviviscence de l'événement assortie de toute la charge affective inaugurale), qui procure du soulagement. Cependant, l'expérience montre que ce soulagement n'est que provisoire si les questions du sens et de l'assimilation du trauma n'ont pas été résolues. Le patient est alors sujet à des abréactions répétées, sans amélioration de son être, selon l'accumulation des tensions créées par la persistance des affects pathogènes.

Pour être efficace, l'abréaction doit non seulement porter tout le quantum d'affects attenant à l'événement traumatisant, mais également permettre des associations signifiantes véhiculées par le langage et "l'inscription du trauma dans le grand complexe des associations" afin qu'il soit assimilé par le patient. Autrement dit, la remémoration élaborée et non sa réminiscence brute, ainsi que son intégration dans le continuum de l'histoire de vie, doivent favoriser une assimilation du trauma et des affects attenants par le patient. C'est à cette seule condition que le patient ressentira non seulement le répit éphémère de post-décharge émotionnelle, mais également l'authentique catharisis, ou soulagement éclairé, apaisement de l'âme." Le clinicien, qui tire de son expérience l'inscription de l'abréaction dans les mécanismes de défense, rappelle également que FREUD est très explicite quant à l'autonomie du patient lors de cette réappropriation de l'expérience traumatique. Sinon, cette expérience traumatique, non abréagie et non dissociée, demeure comme un corps étranger dans le psychisme.

    Steve ABADIE-ROSIER classe l'abréaction comme mécanisme de défense dans une perspective dynamique pour utiliser, pendant la cure, les potentialités du psychisme. Ce mécanime de défense est donc, à l'inverse de beaucoup qui mènent à des affections psychiques parfois graves, positif. Sa mise en oeuvre aide le psychanalyste dans son travail avec le patient. Toutefois, dans le corpus psychanalytique, l'abréaction est mis en valeur que dans une période précise de l'histoire. C'est surtout dans Etudes sur l'hystérie que Sigmund FREUD détaille son mode opératoire. LAPLANCHE et PONTALIS écrivent également que "cependant la notion reste présente dans la théorie de la cure psychanalytique, pour des raisons de fait (présence, dans toute cure, à des degrés divers selon les types de malades, de manifestations de décharge émotionnelle) et pour des raisons de fond dans la mesure où toute théorie de la cure prend en considération non seulement la remémoration mais la répétition. Des notions comme celle de transfert, de perlaboration, de mise en acte, impliquent toutes une référence à la théorie de l'abréaction en même temps qu'elles conduisent à des conceptions de la cure plus complexes que celles de la pure et simple liquidation de l'affect traumatisant.

Alain de MIJOLLA discute de la méthode cathartique. Mise au point par Joseph BRAUER avec sa malade Anna O en 1881-1882, cette méthode est théorisée ensuite par BRAUER et FREUD qui complètent la notion de catharsis par celle de l'abréaction : une quantité d'affects liés au souvenir de l'événement pathogène traumatisant n'a pu être évacuée par les voies normales physiques ou organiques, comme l'exigen le principe de constance, et s'est trouvée coincée et détournée dans le somatique, situation à l'origine du symptôme pathologique. La thèse de FREUD selon laquelle le traumatisme à l'origine du déplacement de l'énergie vers le soma est toujours de nature sexuelle cause sa rupture avec BRAUER. De même d'ailleurs que les notions de résistance et de transfeert développées ensuite par le fondateur de la psychanalyse. "Purgation cathartique et abréaction, si leurs effets sont toujours observables au cours d'une cure psychanalytique, ne constituent plus un but du traitement comme en 1895. Elles demeurent en revanche au premier plan de plusieurs techniques psychothérapeutiques, comme par exemple le "cri primal" ou certaines pratiques de psychodrame."

 

Alain de MIJOLLA, Dictionnaire international de psychanalyse, Hachette Littératures, 2005. Jean LAPLANCHE et Jean-Bertrand PONTALIS, Vocabulaire de la psychalayse, PUF, 1976. Steve ABADIE-ROSIER, Les processus psychiques, Les Neurones Moteurs, 2009. 

 

PSYCHUS

Partager cet article

Published by GIL - dans PSYCHANALYSE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens