Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 10:30

Les diverses activités militaires - des manoeuvres aux opérations militaires - influent sur l'environnement de plusieurs manières, diverses et variées, superficielles ou profondes, à court ou à long terme. Et, comme dans un cycle vicieux, la dégradation des environnements accroissent la gravité des conflits armés ou même en provoquent de nouveaux. Des conflits, nommés verts par certains, apparaissent du fait des diverses contrées rendues impropres à la vie humaine (on songe en premier aux diverses îles océaniques, mais aussi à des régions au climat bouleversé, devenus par exemple trop chauds et humides ou soumis à des variations brusques de température et de pression), provoquant déplacements de populations, famines, épidémies, tout cela dans un climat parfois de guerre civile.

Que ce soit par le ravinement des terres ( que l'on songe aux mouvements des chars ou aux épandages massifs de divers produits...) ou la pollution des airs (par les essais d'engins aériens ou les explosions nucléaires), ces activités rendent d'abord impropres à l'habitat des étendues variables de terre et de mer, dans un temps plus ou moins long, les rendent plus ou moins dangereux à vivre (que l'on songe aux radiations des villes japonaises bombardées à l'arme atomique pendant la deuxième guerre mondiale). Si les conséquences des guerres, avec toute la technologie destructrice qui y est déployée, sont les plus visibles dans les zones où les conflits armés durent depuis plusieurs années ou plusieurs décennies, elles existent également de manière plus pernicieuses dans des zones exemptes depuis longtemps de ces conflits.

De tout temps, les guerres ont influé sur les sols, parfois d'une manière que peu osent rappeler (fertilisation accrue de certains sols grâce à la décomposition des cadavres de soldats en nombre), mais aujourd'hui, avec le déploiement de moyens de destructions étendus, profonds et parfois agissant à long terme, l'environnement concerné devient de plus en plus problématique pour les humains (mais beaucoup d'autres espèces peuvent parfois y vivre et même y prospérer).

Jacques SIRONNEAU dresse un tableau des relations entre guerre et environnement :

- Les multiples dégradations de l'environnement dans l'ensemble de ses composantes, dues ou non à l'action humaine, ne peuvent manquer d'avoir un effet majeur sur l'économie des régions qui les subissent. Il distingue les atteintes directes à l'environnement, au milieu terrestre, au système hydraulique, aux écosystèmes marins et au milieu atmosphérique. Il répertorie les effets économiques majeurs amplifiés par la croissance démographique dans les zones concernées.

- Les dégradations environnementales susceptibles d'engendrer des situations conflictuelles, quand ce n'est pas la destruction volontaire de l'environnement qui serait utilisé comme arme de guerre. Il distingue ainsi les situations génératrices de tensions voire conflictuelles de la destruction de l'environnement comme arme de guerre.

Ali-HAMANDOU et Michel-André BOUCHARD évaluent l'impact des conflits armés sur l'environnement et les actions menées contre ceux-ci.

"Les conflits armés, écrivent-ils, sont source de catastrophes majeures pour l'environnement. Dans les années 60, la déflation de la jungle vietnamienne par l'armée américaine a interpellé la conscience collective sur la protection de l'environnement en situation de conflit armé. La guerre du Golfe de 1990-1991, avec l'utilisation des armes à uranium appauvri et l'incendie des puits de pétrole a fait de la protection de l'environnement lors des conflits armés une préoccupation internationale. Des dispositions juridiques et réglementaires du droit international interdisent et limitent les actions néfastes sur l'environnement en temps de guerre. Au nombre de ces dispositions, il y a la convention ENMOD de 1976, le Protocole de Genève de 1977 et les Directives de la Croix-Rouge pour la formation des forces armées (1996). La difficulté de mise en oeuvre de ces instruments est l'une des causes principales de l'exacerbation et de la persistance des impacts environnementaux des conflits armés. Un bref aperçu des travaux effectués dans ce domaine montre que cette question est jusqu'ici abordée sous un angle purement théorique, empirique et descriptif (causes, manifestations et typologies des conflits). Et, contrairement aux autres domaines de connaissances (scientifiques, économistes, juristes, universitaires), les spécialistes de l'évaluation environnementale se sont à ce jour peu intéressés à cette question (2006).

L'analyse des impacts environnementaux permet de dresser une typologie axée sur les trois grandes phases de déroulement des conflits armés : pré-conflit, sen-conflit et post-conflit. S'y ajoutent les impacts "collatéraux" qui se poursuivent même pendant la phase post-conflit." Les auteurs analysent "applicabilité de la procédure d'Evaluation Environnementale (EE) et d'évaluation Environnementale Stratégique (EES) en distinguant les différentes phases des conflits armés et en insistant sur les processus de prévention, d'anticipation et d'atténuation des impacts. De cette analyse, il ressort que l'EE a un grand rôle à jouer en situation de conflit armé, notamment en intervenant dans des actions de planification de la gouvernance, les opérations humanitaires, les actions de reconstruction post-conflit et surtout dans les actions en amont des conflit. Une telle approche nécessite un cadre d'analyse adapté impliquant des outils méthodologiques et opérationnels adéquats, et en se plaçant dans une perspective globale du développement durable."

Sous la coordination de Marc SCHMITZ, dix-neuf auteurs apportent leurs contributions à la réflexion sur ce qu'on appelle les "conflits verts". Des guerres se mènent pour des ressources et nombre d'autres se préparent ; l'environnement est malmené - tout se conjugue pour que se multiplient les "conflits gigognes" allumés par l'"étincelle verte". Les réfugiés de l'environnement se comptent par millions. Ils plaident pour une "écosécurité commune et globale" et un développement qui ne soit pas celui du productivisme, de la consommation sans fin, du FMI, de la dette. Ils enrichissent ainsi la notion de sécurité internationale et élaborent un guide pour l'action.

Marc SCHMITZ, Les conflits verts, GRIP Informations, 1992. Al-Hamandou DORSOUMA et Michel-André BOUCHARD, Conflits armés et environnement, Développement durable et territoires, dossier n°8, 2006. Jacques SIRONNEAU, Guerre et environnement, dans Guerre et économie, Ellipses, 2003.

Partager cet article

Published by GIL - dans ECOLOGIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens