Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 12:58

Les actes de ce colloque organisé par Participation et progrès, Alliance géostratégique et l'Ecole de guerre économique à l'Ecole de guerre économique le 1er juillet 2011 à l'Ecole militaire (Paris), a le mérite, après les années 1990 où une impulsion, non suivie d'effets, à l'inverse de ce qui se passe dans les pays anglo-saxons, avait été donnée à des études concernant ces domaines, de faire le point sur des interrogations que nous partageons, sur ce blog, depuis un certain nombre d'années.

- L'économie est-elle en guerre? Cette guerre économique recouvre-telle seulement la concurrence exacerbée, non exempte de coups bas, entre les entreprises? S'agit-il de l'effet d'une mondialisation plus poussée qu'avant, qui verrait l'apparition de nouveaux acteurs? Faut-il évoquer la compétition accrue pour les ressources rares (énergie ou minéraux comme les terres rares concentrées en Chine) actuelles ou en devenir? On a de même l'impression que l'espace économique s'est compliqué avec le cyberespace. Y-a-t-il un nouvel espace conflictuel distinct ou intégrant l'espace "matériel"? Quel est le rôle des Etats, des entreprises dans cette mondialisation, qui semblait réduire l'importance des premiers, avant que la crise financière de 2008 en rappellent l'importance?

- La guerre n'est-elle dorénavant qu'affaire d'économie? Quelles sont les modifications actuelles des systèmes de production et d'accumulation économique et quelles en sont les conséquences sur la conduite de la guerre? Comme la complexité de l'économie affecte t-elle déjà le déroulement de la guerre? Quels sont les mutations qui conduisent à introduire l'espace économique comme un des nouveaux espaces lisses de la guerre? Y-a-t-il une relation de cause à effet (simple ou compliquée...) entre une crise économique et une crise stratégique? Comment les stratégies contemporaines utilisent-ils les outils économiques?

Les contributions de Christian SCHMIDT (la crise économique peut mener à une crise stratégique), Jacques SAPIR (l'avenir de l'économie de guerre), Olivier MARCOTTE (convergence des macro et des micro économique et stratégique-tactique), et de Nicolas MAZZUCCHI (pages de l'économie se traduisant par des formes de guerre) aident à penser économiquement la guerre. Celles de Stéphane DOSSÉ (concept de la guerre en termes contemporains), François CHAUVANCY (intérêts économiques dans une guerre irrégulière), Bénédicte TRATNJEK (le cas de la ville dans une guerre irrégulière), de Georges-Henri BRICET DES VALLONS et de Sébastien LE GAL (mercenariat), livrent leurs réflexions sur le rôle de l'économie dans la conduite de la guerre. Jean PUJOL (rôle de l'Etat dans l'élaboration d'une grande stratégie), Christian HARBULOT (Puissance, marché, territoire), Ali LAÏDI (pays en guerre économique), Sonia Le GOUREILLEC (piraterie maritime), Jacques HOGARD (la guerre économique vue de l'entreprise) et Guillaume TISSIER (cyberguerre économique) abordent l'économie en guerre. Nicolas BOUZOU (guerre des monnaies), Florent de SAINT-VICTOR (guerre des normes par l'interopérabilité et la standardisation), Olivier KEMPF (sécurité des approvisionnements), Matthieu ANQUEZ (stratégie des approvisionnements) et Edouard CHANOT (la question des terres rares) abordent certains procédés de la guerre économique.

La diversité des contributions, qui collent avec les réalités du monde d'aujourd'hui (pour reprendre les termes de la conclusions de Pierre PASCALLON), indiquent quelles sont les thèmes qui pourraient devenir cruciaux voire dominants jusque dans les années 2030 même si les voir globalement en conduit qu'à la banalité des relations obligatoires entre guerre et économie dans plusieurs directions. Même si le ton général de l'ouvrage est plutôt celui d'une perspective positive et de la guerre et de la guerre économique (dont les conséquences seraient globalement bénéfiques) et n'abordent pratiquement pas les aspects politiques et humains d'une telle perspective, on peut recueillir, à la lecture des différents compte rendus d'intervention, des données intéressantes. Nous ne pensons toutefois pas que de telles contributions puissent réalimenter le filon des années 1990, rappelé dans cet ouvrage (les études de Christian SCHMIDT, Nicole CHAIX, Jean-Paul HÉBERT, Jacques ABEN, Jacques FONTANELLE. Lui-même peu pourvu en analyses politiquement porteuses et porté plus sur la description (ce qui est déjà beaucoup...) de ce qui se passe, il lui manquait et lui manque toujours une perspective politique qui tende vers une maitrise du monde économique, aujourd'hui par trop livré à lui-même et échappant même aux acteurs (économiques compris). Se gardant précisément d'aspects prescriptifs, ces analyses restent limitées. Il est vrai qu'on ne peut pas demander à ce colloque d'aller plus loin que des exposés de situation, qui ont le mérite de fixer les idées et d'éclairer sur des aspects qui ne peuvent être débattus uniquement entre experts.

Sous la direction d'Olivier KEMPF, Guerre et économie : De l'économie de guerre à la guerre économique, L'Harmattan, 2013.

Partager cet article

commentaires

Julie 05/11/2015 16:06

Très bel article.

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens