Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 13:12

   Au-delà d'une perception faussée faisant apparaitre le parti de Chiang Kai-Chek comme nationaliste (futur régime de Ta¨wan) et comme marxiste pur et simple celui de Mao Tse Toung (futur régime de la Chine continentale), perception dérivée d'une analyse géostratégique primaire calquée sur une confusion de ce qui de la géostragie et de ce qui est de l'idéologie, la recontextualisation historique du passé et du présent des mouvements nationalistes et marxistes en Chine permet de comprendre ce qui relèvent de la propagande, du programme politique, de la dérive idéologique et des préoccupations stratégiques. Nul doute que ces confusions sont nées pendant la guerre froide qui oppose forces capitalistes et forces réellement ou prétendûment socialistes, car auparavant ce qu'on peut lire des compte-rendus de presse et des reportages révèle des perceptions bien plus correctes. Ce sont les réalités du nationalisme et du marxisme en Chine qui refont surface, éclairant mieux les enjeux d'aujourd'hui, avec les travaux de sociologues et d'historiens contemporains. 

   Comme l'écrit Jean-Pierre CABESTAN, "le nationalisme chinois est une réalité plus ambigüe qu'il n'y parait. Son existence est indéniable. Sa force et sa vivacité sont grandes, comme l'ont montré ces dernières années les manifestations contre le bombardement américain de l'ambassade de Chine à Belgrade (1999), l'icident de l'EP3 (avril 2001), les dénonciations des visites du Premier ministre japonaix au sanctuaire de Yasukini, les critiques virulentes proférées contre les dirigeants taiwanais (...) ou plus récemment les violences antijaponaises (avril 2005) et plus généralement l'ambition de faire de la Chine non seulement une grande puissance économique et militaire mais la première puissance du monde devant les Etats-Unis. Le nationalisme semble constiter aujourd'hui la valeur la mieux partagée de la société comme du pouvoir chinois et ce dernier le sait, qui l'a largement instrumentalisé dans le but de renforcer sa main face à ses principaux partenaires étrangers et aussi d'empêcher toute "évolution pacifique" du régime vers la démocratie." Plus largement "Si le nationalisme chinois, pour des raisons qui tiennent à l'histoire, est à bien des égards spécifique, il traduit depuis le début de l'époque contemporaine, c'est-àdire la Guerre de l'Opium (1840), le profond sentiment d'insécurité des élites chinoises. Toutefois, par-delà ce sentiment d'insécurité, plusieurs formes de nationalisme cohabitent : un nationalisme officiel, inspiré par l'idéologie communiste et le souci du Parti communiste de maintenir son monopole sur la chose publique, proche du nationalisme modernisateur mais autoritaire de nombreux révolutionnaires chinois du début du XXe siècle ; un "nationalisme primitif" et revanchard, aux tendances racistes, disséminé au sein de la société par les segments les plus anti-étrangers des élites chinoises ; et un "nationalisme pragmatique" qui tire sa légitimité de la réalité économique et sociale chinoise actuelle sans pour autant rejeter a priori l'influence étrangère. Ce nationalisme peut-il, à terme, accoucher d'un nationalisme démocratique, à la fois mesuré, ouvert et soucieux de défendre non seulement les intérêts de la nation chinoise mais aussi ceux des hommes et des femmes qui y appartiennent." Les manifestations hostiles aux Américains et/ou aux Japonais mettent "en lumière la difficulté de cette évolution et la persistante tradition du pouvoir chinois d'instrumentaliser la seule idéologie qui lui permette de prolonger une espérance de vie."

   Pour éclairer ces propos, le retour sur l'histoire de la Chine que proposent John FAIRBANK et Merle GOLDMAN sur la période qui va de la révolution nationaliste au retour du Parti Communiste Chinois (notamment jusqu'en 1937) peut être également utile pour comprendre les évolutions du nationalisme et du marxisme dans ce pays. Comme dans beaucoup de cas hors de Chine, les positions idéologiques des partis combattant pour le pouvoir peuvent changer par l'exercice de ce pouvoir ou tout simplement pour le garder. Les influences venant de la jeune Union Soviétique sont alors décisives.

  Sun Yat-sen, pionnier parmi les révolutionnaires chinois, président pour quelques semaines en 1912 de la République, avant Yuan Shikai, défend une cause nationaliste limitée à la réorganisation de la société chinoise. Il tente d'unifier la Chine, alors en proie àla guerre civile entre seigneurs de la guerre, en s'appuyant sur de smilitaires opportunistes à Gunagshou, avant d'échouer. En 1922, contraint de s'enfuir de Shanghaï, il décide de joindre ses forces à celles du Komintern dont il entame la régorganisation sous la houlette soviétique. Dans son esprit, le communisme ne suppluante pas les trois principes du peuple qu'l a théorisés : nationalisme; droits du peuple ou démocratie et susistance du peuple qui forment le programme d'une révolution chinoise. Il s'appuie sur l'Union Soviétique, envoie Chiang Kai-Shek en Russie (1923), s'appuie sur Michael Borodine pour réorganiser le Kuomintang et le premier congrès national (1924) élit un comité central exécutif de type soviétique.

C'est le marxisme, versant léniniste qui fournit son armature idéologique. L'objectif du Kuomintang est bien de développer le Parti communiste chinois et de le placer dans une position stratégique vis-à-vis du Juomintang, afin de pouvoir, un jour, prendre le contrôle de ce dernier. Acceptable par Sun Yat-Sun, parce que les membres du PCC était très peu nombreux, cette stratégie ne lui semble pas du tout en mesure de "marxiser" l'ensemble de la société, mais juste de lui assurer l"hégémonie de fait. C'est sa mort en 1925 qui ouvre l'accession au pouvoir de Chiang Kai-shek. Dans l'effervescence nationaliste (1925-1927), et au moment où le mouvement nationaliste est effectivement en mesure de forcer les résidents étrangers à quitter Nanjing, qu'éclate la coupure latente entre l'aile droite et l'aile gauche de la révolution.

"Bien que le Kuomintang eût conquis le pouvoir, il était composé d'éléments à ce point disparates qu'il se trouvait incapable de faire vivre une distature de parti. Au lieu de cela, c'est la dictature personnelle de Chinag Kai-shek qui s'imposa. L'impulsion fondamentale avait été, au début de l'histoire du Kuomintang, une impulsion nationaliste dirigée, après 1905, contre le gouvernement des Mandchous, puis, après 1925, contre l'impérialisme des puissances signataires des traités inégaux. L'idéologie du parti, si nécessaire pour inspirer les militants étudiants, reposait théoriquement sur les trois principes du peuple formulés par Sun Yat-sen. mais ceux-ci relevaient davantage d'un programme politique que d'une idéologie (une théorie de l'histoire). Jusqu'à ce qu'il eût fait alliance en 1923 avec l'Union soviétique, en se réorganisant sur le modèle léniniste, en créant un parti militarisé et endoctriné et en constituant un front uni avec les communistes, le Kuomingtang n'avait pas connu à Guangzhou de destin plus reluisant que celui, strictement régional, des seigneurs de la guerre. (...)". L'histoire embrouillée - où aller en Union soviétique était beaucoup moins de recevoir une formation idéologique que de recevoir une enseignement pratique de révolutionnaire - "suggère qu'il n'y eut jamais au XXe siècle, fondamentalement, qu'un seul mouvement révolutionnaire en Chine, le mouvement révolutionnaire socialiste du Parti Communiste chinois." Ce que l'on sait des massacres des communistes ordonné par Chianh Kai-shek à Sanghaï en 1927 le montre bien : l'esprit révolutionnaire socialiste se dissipe et le gouvernement de Nanjin est plus un gouvernement de bureaucrate méfiant des masses étudiantes, avec un programme qui se délite avec le temps, détruisant même le régime de semi-autonomie d'entreneurs. Les tendances bourgeoises sont elles-mêmes détruites et l'on revient tout simple au contrôle (plutôt moins que plus effectif) bureaucratico-militariste des populations, avec des méthodes brutales, mafieuses, intermittentes... Jusqu'en 1937, ce ne sont guère que les industries militaires d'Etat qui se développent. "Pour le dire brièvement, en arrivant au poouvoir, le Kuomintang avait changé de nature. Après tout, il avait conquis le pouvoir en employant à son service, et contre les communistes, l'univers mafieux de la Bande verte. Au début, de nombreux Chinois s'étaient ralliés au gouvernement de Nanjing, mais les maux du beureaucratisme à l'ancienne avaient tôt fait de les décevoir. non contente d'exercer une terreur blanche visant à détruite le Parti communiste, la police du Kuomintang combatait, réprimait les individus qui les gênaient au sein des autres partis ou dans le milieu professionnel. La presse, bien qu'elle réussît à se maintenir, était durement censurée. (...) Quiconque exprimait de l'intérêt pour les masses était réputé protocommuniste. Cette position anticommuniste avait pour effet de décourager, si ce n'est d'empêcher, tous les projets destinés à améliorer le sort du peuple. Ainsi, le Kuomintang finit par se couper de l'entreprise révolutionnaire." A la tête du gouvernement militaire de facto, Chiang Kai-shek, lui-même accablé par l'esprit de lucre des bureaucrates, tente de remplacer l'aide russe par celle de l'Allemagne, et, au premier revirement stratégique (l'alliance Japon-Allemagne de 1937), se retrouve seul avec ses forces affaiblies face à l'impérialisme militaire du Japon. 

Pendant toute cette période, les forces communistes, avec Mao-Tse-toung à leur tête (après bien des combats internes) tentèrent de trouver une base géographique d'exercice du pouvoir, sur des bases marxistes-révolutionnaires. Presque éradiquées à la veille de l'assaut japonais, les forces communistes lui doivent d'abord un sursis, puis les conditions de son redressement politico-militaire. "Sans l'invasion dévastatrice des Japonais, le gouvernement de Nanjing aurait pêur-être pu conduire progressivement la Chine vers la voie de la modernisation. Cependant, la résistance que Mao et le PCC opposèrent aux Japonais leur donna la chance de pouvoir établir un nouveau pouvoir autocratique dans les campagnes, d'où ils expulsèrent l société civile urbaine naissante qui avait pu continuer à s'y développeer sous les nationalistes. Grâce aux nécessités de la guerre, le PCC put se mettre à bâtir un nouveau type d'Etat en Chine, un régime équipé pour la guerre des classes. En plein coeur du XXe siècle, les révolutionnaires chinois s'apprêtaient donc à mener l'assaut contre une structure sociale vieille de 3 000 ans".  Même si John FAIRBANK et Merle GOLDMAN semblent plutôt appuyer l'opinion d'historiens en économie comme William C KIRBY sur la capacité du gouvernement nationaliste de parvenir à une industrialisation et une modernisation économique, ils ne se font guère d'illusions sur cette capacité, tant les élements progressistes de la société chinoise sont réprimés les uns après les autres.

Ce qui nous intéresse particulièrement ici, c'est la manière dont s'articulent et se combattent l'idéologie marxiste et l'idéologie nationaliste, les acteurs semblant naviguer souvent entre les deux pour un objectif très pratique de conquête et de maintien au pouvoir. Pour avoir abandonner l'une (la communiste) au profit de l'autre, les nouveaux gouvernants n'ont d'autres choix que de s'appuyer sur les structures les plus anciennes du pouvoir local et régional, les forces les plus militarisées à l'oeuvre depuis au moins le début de l'empire Mandchou. Avec la faiblesse supplémentaire de devoir utiliser - puisque les anciens cadres structurant les solidarités ont été éliminées - des méthodes qui s'approchent de celles du grand banditisme organisé. Incapables de réellement choisir, avec leur bagage intellectuel occidental, entre réforme urbaine à l'occidental et conservatisme à l'intérieur des terres, les élites très momentanément parvenues au pouvoir par la force et l'appui des étudiants (qu'ils répriment ensuite...), se condamnent à tout simplement reproduire, mal et avec notamment plus de violence, les anciennes structures de domination...

   Mais de quel marxisme et de quel nationalisme s'agit-il? En effet, dans la pensée de Mao ZEDONG par exemple,  notamment celle élaborée entre 1942 et 1944, la "ligne de masse" dans laquelle il réaffirme la nécessité d'une direction centrale et où il dénonce le caractère réactionnaire du Kuomintang, se refère à un maxisme léninisme fortement sinisé. Le prolétariat ouvrier devient celui des campagnes et le jargon utilisé, pour des raisons de crédibilité sur la scène international, reste celui du marxisme-léninisme. Conscient de la faible industrialisation de la Chine, encore plus faible que celle de la Russie, les dirigeants du PCC axent leurs efforts sur l'éducation du peuple chinois et l'amélioration-réforme de la pasysannerie. C'est à une véritable autre Longue marche que doit s'ateler le nouvel Etat issu de la victoire des communistes à la fois contre l'armée japonaise, les troupes nationalistes et les résidus des moyens des seigneurs de la guerre entre 1949 et 1953.

   Pour cela, les dirigeants s'appuient sur le "nationalisme modernisant de l'élite réformiste" (Yves CHEVRIER) de la fin du XIXe siècle, celui partagé par une grande partie des intellectuels et des cadres administratifs, face aux diverses autres formes de nationalisme évoqué par Jean-Pierre CABESTAN. Les quatre formes de nationalisme qu'il décrit restent présentes en Chine populaire. Leur évolution est loin d'être achevée, et en raison de la mort progressive de l'idéologie communiste (y compris au sein de l'Etat chinois...), de l'effondrement du bloc soviétique, mais aussi de certains échecs de la collectivisation dans les campagnes (malgré l'énorme progrès de la fin des vastes disettes et famines), le direction du PC est "davantage tentée depuis 1989 d'instrumentaliser la dimension anti-occidentale et surtout anti-japonaise du nationalisme chinois. Et certains segments des élites chinoise ont utilisé ce courant idéologique (d'autant que la bureaucratie s'embourgeoise et veut profiter beaucoup plus qu'auparavant des fruits de la croissance, devons-nous préciser), pour renforcer leur influence, soit leur contestation au système actuel." Si la faible opposition s'appuie plus sur un nationalisme qu'un socialisme, même à réinventre, le pouvoir central ouvre la voie à l'expression d'un nationalisme populaire qui dépasse les limites du nationalisme d'Etat. Il hésite toutefois, au gré sans doute de l'évolutioon même du système économique, entre une instrumentalisation et une mise sous contrôle, "notamment dans le but, écrit encorre Jean-Pierre CABESTAN, de conserver uneplus ample marge de manoeuvre sur le plan international."

 

Jean-pierre CABESTAN, Les multiples facettes du nationalisme chinois, dans Pespectives chinoises n°88, mars-avril 2005 (mise en ligne avril 2008). John FAIBANK et Merle GOLDMAN, Histoire de la Chine, Tallandier, 2013.

 

STRATEGUS

 

 

Partager cet article

Published by GIL - dans STRATÉGIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens