Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2016 4 03 /03 /mars /2016 09:54

   Considéré dans la nosographie psychiatrique comme une addiction, l'alcoolisme se retrouve, comme phénomène social majeur, dans de nombreux conflits :

- conflit interne à ramifications complexes dont la psychiatrie, la psychologie, la psychanalyse se sont emparés depuis longtemps, à causes et conséquences qui font souvent l'objet de débats entre spécialistes ;

- conflit social car l'alcoolisme est directement relié à des conditions socio-économiques souvent identifiées et provoque des conflits à ramifications complexes elles-aussi, entre intérêts économiques importants et politiques de santé publique et/ou prescriptions religieuses négatives. Dans toutes les civilisations, à des degrés divers, on retrouve l'alcoolisme. A telle enseigne qu'on peut s'interroger sur la "popularité" et les fonctions sociales de l'alcool.

Les différents alcools peuvent utilisé (plus ou moins consciemment...) comme moyen de prévention des troubles sociaux causés par certaines conditions de vie, pour maintenir des structures sociales particulièrement injustes (gros écarts de richesses, conditions serviles ou système esclavagiste, travaux pénibles et/ou dangereux), ou même pour entretenir le moral des troupes dans des combats (ou des temps d'attente) particulièrement éprouvants.

Dans beaucoup d'armées, dans l'histoire, notamment dans l'Antiquité, il existait une véritable organisation du trafic d'alcool pour les combattants. Sans doute d'ailleurs, avant que la morale judéo-chrétienne ne domine l'Occident, les élites manipulaient-elles plus ouvertement le rôle de l'alcoll sur les populations civiles et militairees...  A noter d'ailleurs que le couplage alcool-prostitution constitue une pièce maitresse (et inavouée) du maintien du moral dans les armées. Lorsqu'il s'agit d'un moyen instrumentalisé à des fins précises, l'alcool doit être manié avec précaution : suffisamment pour anesthésier les indisciplines ou les envies de révoltes, pas trop pour ne pas conduire la population ou la troupe à l'énivrement qui les rendraient inutiles... et dangereuses...

Les différents trafics, même lorsqu'ils sont officiellement réprimés, sont plus ou moins bien contrôlés par les puissances dominantes. Des politiques de surveillance sont mises en oeuvre pour prévenir les excès tout en laissant une large lattitude aux trafiquants et aux commerçants. Ce n'est que récemment que des impératifs de santé publique dominent l'activité des puissances publiques à propos des alcools. 

- conflit social/politique encore entre acteurs de politiques de répression de l'alcoolisme et réseaux illégaux de fabrication-production-distribution. De même que les stupéfiants, l'alcool est parfois un enjeu politique (de maintien de l'ordre ou de salubrité publique) et même stratégique (comme moyen de paiement d'armes par exemple). Il peut être aussi au coeur des influences politiciennes au sein des différentes instances politiques. 

 

    Devant l'alcoolisme, existent plusieurs approches dont beaucoup sont guidées par un esprit de contrôle du phénomène, où les études psychythérapeutiques individuelles ou de groupe abondent, où la plupart des études de grande ampleur relèvent plus de statistique de santé que de la sociologie.

   La définition de l'alcoolisme est énoncée surtout sous l'angle physiologique ou physio-psychologique. "Le mot alcoolisme, écrivent Henri PÉQUINOT et Jean TRÉMOLIÈRES, désigne tout à la fois les manifestations individuelles de l'intoxication par l'alcool éthylique et les problèmes sociaux que posent à la collectivité - qui doit les gérere - les phénomènes psychologiques, pathologiques et accidentologiques résultant de cette intoxication. Cette ambigüité n'est pas sans avoir une large incidence sur la charge sociale que représentent les maladies somatiques et psychiques liées à la dépendance envers l'alcool et sur leurs conséquences en matière de santé publique, d'accidents de la circulation, d'accidents du travail, de délinquance et de criminalité. Cet immense gaspillage social ne peut être compensé par les taxes sur la consommation des boissons alcoolisées.

A quoi tient ce décalage? Au fait que l'alcool, composant de boissons très anciennement connues et attestées par l'histoire, peut passer pour un aliment mais qu'il est aussi l'un des psychotropes les plus banalisés. Puisque presque tous les peuples absorbent, en plus de leur alimentation, quelques substances à effet psychotrope, on comprend pourquoi l'alcool est largement consommé à travers le monde. A en juger par les strictes définitions des pharmacologues, il serait l'une des moins dangereuses de ces substances.

En réalité, le caractère alimentaire des boisoons alccolisées n'est vérifié qu'au dessous d'un taux de consommation très faible, au-delà duquel s'ouvre le domaine de l'intoxication. Si la physiologie peut distinguer les effets psychotropes (désinhibant, euphorisant, dépresseur) des apports nutritifs d'une boisson, la personne qui absorbe un tel produit ne peut faire cette distinction. Cette discordance entre le jugement du physiologiste et la perception du consommateur doit être rappelée avant toute étude de la biologie de l'alcool dans l'organisme, et prise en compte dans toute approche du risque alcool pour la société". 

On est loin de considérations sur les causes de l'absorption de ces boissons, sur les processus sociaux qui donnent au vin par exemple un statut bien spécial, sur les utilisations différenciées de l'alcool dans la société ou dans les institutions.

Beaucoup d'études focalisent l'attention sur l'alccolisme de certaines catégories de la population (de manière assez inconstante d'ailleurs), suivant les êges, les sexes, les catégories sociales (au XIXe siècle notamment sur les classes laborieuses et dangereuses...dans des préoccupations hygiénistes bien orientées)... les jeunes les automobilistes, les travailleurs en milieu dangereux... C'est ce que déplorent par exemple Alain RIGAUD et Michel CRAPLET : "(...) il est regrettable que les actions de prévention ne s'inscrivent pas suffisamment dans la continuité. Des efforts sont faits à l'occasion de quelques campagnes médiatiques (boire ou conduite, il faut choisir, par exemple...) mais elles restent trop peu relayées auprès du public. Le travail de terrain est effectué en particulier par des associations qui sont actuellement précarisées dans le développement de leurs projets parce qu'elles ne bénéficient pas de l'assurance de la continuité de leurs financements. Pourtant ces structures associatives sont bien utilies pour mener à bien ce travail de prévention peu populaire et peu gratifiant.

Aujourd'hui, l'interrelation des thématiques et la maultiplicité des intervenants pose encore d'autrs problèmes.

Il est entendu que l'alcool est une substance psychoactive parmi d'autres. Depuis longtemps les intervenants la présentent ainsi, néanmoins un traitement particulier doit encore être réservé à ce produit, tant il soulève de passions collectives. 

Dans une démocratie, chacun peut intervenir comme il l'entend dans le champ de la prévention. Les producteurs d'alcool entendent ainsi prendre des initiatives dans ce champ, depuis l'éducation au goût et à la dégustation en milieu scolaire (...) jusqu'à la prévention ciblée sur certains groupes à risque. Pour autant, leur action dans la prévention soulève un certain nombre de problèmes scientifiques et éthiques, de l'ordre du conflit d'intérêt. Peut-on faire confiance au producteur d'un produit dont l'excès d'utilisation est dangereux pour en limiter la consommation et donc en réduire la vente et ses profits? (nous dirions, c'est comme si l'on confiait la prévention contre les armes à feu aux Etats-Unis à la National Rifle Association ou la prévention dans le monde contre les stupéfiants aux dealers...). Nos collègues étrangers, qui connaissent ces intrusions depuis longtemps (une manière pensons-nous d'en neutraliser les effets...), ont bien repéré que les producteurs mettent souvent en place des programmes de prévention dont l'inefficacité a été démontrée (...) tout en s'opposant aux actions efficaces de contrôle de l'offre d'alcool (comme la limitation de la vente, la taxation ou le contrôle de la publicité).

La France bénéficie en alccologie d'une réflexion théorique ancienne (depuis les travaux pionniers de Pierre Fouquet, Raymond-Michel Haas et Jacques Godard) et d'une expérience clinique intéressante sans a-priori idéologique (et souvent, dirions-nous sans intentions sociales marquées...), mais la prévention du risque alcool y est encore à l'état embryonnaire.

Est-il possible de promouvoir une véritable politique de prévention de ce risque dans un pays où l'Etat fait autant de recettes fiscales avec l'alcool sans avoir la volonté politique ou la possibilité technique d'en affecter une partie pour le financement à long terme de programmes de soins et de prévention? (Cette problématique n'est pas propre à la France, pensons-nous).

Les associations de terrain peuvent-elles travailler dans un pays où les lobbies sont si actifs (...)?

Le chantier est immense. il nécessite en particulier des mesures politiques avec la mise en oeuvre d'un plan national stratégique "alcool" spécifique, et non pas saupoudré dans d'autres plans (cancer, nutrition...), et des modificationns législatives, comme la modernisation et la simplification de nombreux articles du Code de la santé publique. Ces évolutions ne pourront pas se faire sans la prise de conscience et la mobilisation de l'opinion publique ni sans une volonté politique déterminée."

 

  Encore récemment, il est nécessaire pour une analyse précise du (des) rôles de l'alcoolisme, de plaider, comme le fait Marcel DRUHLE, du Centre de Recherches Sociologiques et Serge CLÉMENT, du Centre Interdisciplinaire d'Etudes urbaines, de l'Université de Toulouse-le-Mirail, pour une sociologie de l'alcoolisme et des alcooliques. De même, au niveau anthropologique, le "boire" constitue encore un champ d'études à défricher, comme en discute Lionel OBADIA. Il distingue les études sur l'alcoologie sur les aspects biologiques et psychologiques du boire, vaste domaine notamment aux Etats-Unis des études véritablement socio-anthropologiques encore à mener.

Les différentes études sont sorties très progressivement d'approches morales connotant négativement cette "mauvaise habitude", pour aboutir à sa prise en compte notamment dans le cadre de la sociologie du travail. Par ailleurs, les études  sur l'histoire de l'alcoolisme entre le XIXe et le XXIe siècle, indique pour la France une relation (à confirmer toutefois) entre le taux de chomage et le taux d'alcoolisme dans certaines classes sociales.

Peu d'études sur l'alcoolisme dans les armées dépassent les aspects négatifs sur la discicipline des soldats. Pourtant, comme le note François COCHET, le système de représentations de l'appareil militaire à l'égard des consommations d'alcool oscille entre un regard de connivence tacite par rapport à l'ivrognerie et une perception qui tend à leur attribuer tous les comportements déviants, par rapport à la discipline. Charles RIDEL, entre autres, s'intéresse aux aspects sanitaires qui entourent l'usage de l'alcool dans l'armée, notamment entre 1914 et 1918. Il faudrait pour avoir une vue d'ensemble glaner toutes les allusions sur le rôle de l'alcool dans les grands textes des stratèges et des stratégistes, puis opérer des études sur les différents systèmes d'approvisionnement en nourriture, vêtement, alcool et prostitution des armées, qu'elles soient en campagne ou en cantonnement. 

 

Marie CHOQUET, Michel CRAPLET, Henri PÉQUIGNOT, Alain RIGAUD, Jean TRÉMOLIÈRES, Alcoolisme, dans Encyclopedia Universalis, 2014. 

SOCIUS

 

Partager cet article

Published by GIL - dans SOCIOLOGIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens