Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 09:32

Si le mouvement socialisme américain réside surtout dans de multiples réalisations locales (coopératives, syndicats locaux, manifestations sur un thème de mobilisation environnemental ou consumériste par exemple), les partis politiques qui se réclament du socialisme ne sont pas absents des arênes électorales, notamment locales. On pourrait même écrire que c'est à l'occasion des élections locales, dans les Etats ou au niveau fédéral (et elles sont nombreuses et variées, bien plus qu'en Europe) que, politiquement et non plus seulement socialement, les socialistes portent leur voix discordante dans le consensus idéologique américain. Soit pour faire avancer des projets bien précis ou s'opposer à des lois qu'ils jugent scélérates, soit pour déplacer les lignes du politiquement correct, soit encore pour clamer haut et fort qu'il existe des alternatives au capitalisme. L'activité des différents partis, si elle repose sur une faible base militante permanente (ils peuvent gonfler les effectifs à l'occasion d'événements de façon... étonnante), s'appuie nénamoins sur un corpus littéraire important, sur des expériences très riches en luttes sociales, "raciales", féministe, consumériste, environnemental, antimilitariste et également sur de forts sentiments sporadiques ou plus profonds de mécontentement populaire dans un système où l'accroissement des écarts entre riches et pauvres devient de plus en plus visible. Que ce soit contre la perte de pouvoir d'achat, contre des pollutions ou contre le chômage, les membres des partis socialistes se sentent souvent en première ligne dans un combat idéologique, même s'il se sentent souvent bien seuls...

    On peut citer de nombreux partis socialistes aux Etats-Unis. Leur activité est souvent intermittente et leur structure instable, influencée autant par les divers débats idéologiques internationaux que par les manoeuvres électorales d'appareils...

    Ainsi le Socialist Labor Party of America (SLP), le plus vieux parti socialiste aux Etats-Unis et le deuxième plus vieux du monde, fondé en 1876, dans la foulée du déménagement à New York en 1872 de l'Internationale qui unit les partis socialistes dans le monde entier (elle-même profondément divisée depuis le début sur les questions de tactique). Le WPUS (Workingmen's Party of the United States, qui devient en 1877 le SLP, est divisé lui aussi, entre diverses tendances, au gré des divisions dans l'Internationale et au gré également de l'arrivée des nouveaux immigrants. Ce n'est qu'avec l'arrivée de Daniel DE LEON en 1890 que le parti se stabilise à peu près idéologiquement et politiquement. Depuis, le parti, qui existe toujours suit une ligne de "syndicalisme socialiste industriel", croyant en la transformation fondamentale de la société par une action politique et industrielle combinée de la classe ouvrière organisée dans des syndicats. Daniel DE LÉON (1852-1914), d'origine antillo-néerlandaise se définit lui-même comme marxiste. Dès la création en 1886 de la Fédération américaine du travail, il lui reproche de développer une orientation corporatiste et de diviser ainsi la classe ouvrière. Proche d'abord des Chevaliers du travail, il s'engage ensuite dans la création d'une nouvelle organisation, la Socialist Trade and Labor Alliance en 1895. En 1905, DE LEON soutient la création des Industrial Workers of the World, un syndicat proche des conceptions syndicalistes révolutionnaires. Mais la collaboration est difficile, car il défend le rôle des partis politiques contre l'action directe défendue pas les wobbies. La controverse, intense comme d'habitude dans ces milieux, prend une telle intensité que les wobbies membres du SLP fonde une organisation concurrente en 1908, la Workers' International Industrial Union qui survit une dizaine d'années, sans supplanter les IWW, bi l'AFL. Figure la plus éminente du socialisme américain, Daniel DE LÉON laisse de nombreux écrits, évoqués dans plusieurs ouvrages : Bernard et Lilian JOHNPOLL, The impossible dream : The rise and demise of the Americain Left, Westport, Greenwood Press, 1981, et surtout dans QUINT, The Forging of American Socialism. On trouve des textes également sur le site bataillesocialiste.worldpress.com (A propos de Daniel De Leon).

      Le Social Democratic Party of America (SDP), d'existence brève (1898-1901), mais structure où se retrouve de nombreux hommes politiques socialistes qui mènent ensuite une carrière dans différents autres partis. il regroupe des personnalités très diverses, marxistes, trade unionistes, socialistes proches des thèses d'OWEN, populistes et radicaux qui se forgent par leur discussion d'autres creusets d'activités de tout ordre. Très préoccupé par les questions du colonialisme, il mène des activités notamment à Chicago, à Rochester et à New York. Figurent parmi les notables membres de ce parti une série de personnalités influentes :

Leonard Dalton ABBOTT (1878-1958), qui se tourne ensuite vers l'anarchisme, animateur du "Modern School Movement" (voir notamment à ce propos Paul AVRICH, The Modern School Movement : Anarchism and Education in the United States, Princeton University Press, 1980).

Joseph BARONDESS (1867-1928), surnommé "King of the Cloakmakers", travaille dans le milieu des acteurs, avec des relations multiples, jusqu'à Woodrow WILSON, participant par exemple à la délégation de l'AJC à la Conférence de paix de Versailles en 1918 ou à des activités dans les milieux juifs contre les progroms de la guerre civile d'Ukraine de 1919-1921. (VOIR YIDDISHLAND);

Victor Luipold BERGER (1860-1929), austro-hongrois, a une activité importante de journaliste dans le Winsconsion. Anti-militariste, il est soupçonné d'espionnage, mais nénamoins réussit à se faire élire 3 fois à la Chambre des Représentants dans les années 1920. Ses différents écrits au congrès ont été regroupés dans Voice and Pen of Victor L Berger : Congressional Speeches and Editorials (comme il faut le noter la plupart des membres du Congrès (htpp://catalog.hathitrust.org).

Barney BERLYN.

Ella Reeve BLORR (1862-1951), activiste au long court dans le mouvement socialiste et communiste. Femme de premier plan dans le fonctionnement du Communist Party USA. Son activité syndicale et politique est relatée dans son livre autobiographique, Bloor, We are Mary, New York, International Publishers, 1940. Elle est l'auteure notamment de Woomen in the Soviet Union, New York, Workers Library Publishers, 1937 et de livres pour enfants.

William BUTSCHER

James F CAREY

John Calvin CHASE (1870-1937), syndicaliste et politicien, qui devient le premier socialiste élu dans une ville majeure (Haverhill) en 1898. Son activité est relatée notamment dans Harry F BEDFORD, Socialism and the Workers in Massachusetts, 1886-1912, Amherst, University of Massachusetts Press, 1966. Il est l'auteur de nombreux textes dont "Municipal Socialism in America" dans The Outlook (1900) et "How I Became a Socialist, dans The Comrade (1903).

Jesse COX

Eugene Victor "Gene" DEBS (1855-1926), syndicaliste, un des fondateurs de l'IWW (Industrial Workers of the World), cinq fois candidat à la Présidence des Etats-Unis pour the Socialist Party of America. Il s'implique notamment dans la grande grève au Pullman Palace Car Company en 1894. Leader socialiste de premier plan, il est prisonnier politique en 1918 pour son opposition à la participation des Etats-Unis à la première guerre mondiale. Prolifique auteur, dont on peut  les oeuvres à archive.org/detail/1880 et suivantes au FiremanMagazine. Il a écrit notamment Labor and Freedom, St Louis, Phil Wagner, 1916 et Walls and Bars : Prisons and Prison Life In the "Land Of The Free", Chicago, Socialist Party, 1927.

A S EDWARDS

W E FARMER

Margaret HAILE, militante à la fois au Canada, son pays d'origine et aux Etats-Unis, enseignante et journaliste, elle fait partie des dirigeants du Social Democratic Party en 1901 et participe à la fondation du Socialist Party of America.

Job HARRIMAN (1861-1925), ministre du culte devenu agnostique et socialiste. Présent en 1900 dans le ticket comme vice-président avec Eugene DEBS pour la présidence des Etats-Unis, il fonde une communauté utopique appelée llano del Rio en Californie, relocalisée ensuite en Louisiane. Auteur de nombreux textes de débat avec plusieurs de ses collègues, il a écrit également The Socialist Party and the trade Unions, Los Angeles Socialist, 1902.

Maximillian Sebastian "Max" HAYES (1866-1945), journaliste, syndicaliste et politicien socialiste. Il est surtout connu aujourd'hui comme le plus durable éditorialiste du Cleveland Citizen. Auteur  entre autres de A History of Cleveland Labor, Cleveland AFL-CIO Federation of Labor/The Greater Cleveland Labor History Society/The Cleveland Citizen, réédité en 1987.

Frederic HEATH (1864-1954), journaliste et homme politique, élu dans le Wisconsin pendant presque un demi-siècle. Auteur du The Social Democracy Red Book (1900).

Isaac HOURWICH (1860-1924), d'origine russe, économiste Jewish-American", statisticien, homme de loi et activite politique. Pionnier des statistiques du travil pour les Mines et intellectuel de premier plan parmi les juifs de langue Yiddish aux Etats-Unis. Dans son oeuvre, beaucoup juridique, on note plusieurs ouvrages sur les aspects économiques, criminologiques et sociaux de l'immigration.

G A HOEHN

Antoinette KONIKOV

Algernon LEE (1873-1954), politicien socialiste et éducateur, membre du conseil de la ville de New York pendant la première guerre mondiale, il est l'un des trois co-auteurs de la résolution anti-guerre en 1917 à la convention de St Louis du Socialist Party of America. Il est surtout connu pour avoir été Directeur de l'Education à la Rand School of Social Science pendant 35 ans. Beaucoup de ses écrits se veulent des textes pédagogiques sur le marxisme (1926), sur l'histoire sociale et économique (1915)...

Algernon LEE 

Frederic O MacCARTNEY (1864-1903), ministre du culte unitarien et politicien socialiste, émlu à quatre reprise au parlement du Massachusetts sous la bannière du Social Democraty of America et de l'organisation successeur, le Socialiste Party of America.Il est l'auteur d'une livre de sermons sur la décadence dans les fonctions publiques et d'un autre sur la situation de Cuba.

William D MAHONEY

William MAILLY (1871-1912), fonctionnaire du parti, journaliste et syndicaliste, premier directeur de publication de the New York Call. Voir entre autres Howard QUINT, The forging of american socialisme : Origins of the Modern movement, Columbia, University of Saouth Carolina Press, 1953. Et bien entendu toujours archive.org, qu'il est intéressant de consulter pour beaucoup d'auteurs et de politiciens socialistes.

Mary Harris "Mother" Jones (1837-1930), irlandaise d'origine, grande organisatrice et co-fondatrice de Industrial Workers of the World. Grande syndicaliste, elle est considérée par le patronat comme "la femme la plus dangereuse en Amérique" (1902). Pour protester contre l'aggravation de la loi sur le travail des enfants, elle organise en 1903 une marche d'enfants jusqu'au domicile du Président Theodore ROOSEVELT à New York. Elle donne son nom au Mother Jones magazine, créé en 1970. Un livre récent (Millbrook Press, 1994) lui est consacré par Penny COLMAN.

Georges A NELSON (1873-1962), fermier organisateur et politicien socialiste, il est candidat à la Vice Présidence en 1936 du Socialist Party of Americain. Rédacteur en 1934 de Farmes, Where are we going? et de Farce of Farm Relief, avec Carrie Eddie SHEFFER, la même année. Il s'oppose au New Deal dans l'agriculture, le jugeant inadapté.

Louis William ("LW") ROGERS (1859-1953), enseignant, travailleur du rail, fonctionnaire syndical et homme politique socialiste, Il participe au Pullman Strike de 1894 dans la American Railway Union. Après 20 ans dans le syndicalisme, il vire au mysticisme, longtemps président de la Theosophical Society in America. On note dans sa bibliogaphie bien plus d'ouvrages sur la théosophie que sur l'activité socialiste.

Carl SANDBURG (1878-1967), poète et écrivain, figure majeure de la littérature américaine, spécialement pour ses volumes de vers Chicago Poems (1916), Cornhuskers (1918) et Smoke and Steel (1920). Il est l'auteur d'une biographie d'Abraham Lincolm (1926).

Henry SLOBODIN, juge, activiste et fréquent candidat aux offices publics de New York.

Seymour STEDMAN (1871-1948), éminent homme de loi, candidat à la vice présidence dans le ticket avec Eugene DEBS dans les années 1920, auteur d'ailleurs avec lui de The Debs case : a complete history, Chicago, Socialist Party, National Office, 1919.

Hermon Franklin TITUS (1852-1931), activiste socialiste et directeur de journal. D'abord ministre baptiste puis médecin, il est connu surtout pour être un leader dans l'Etat de Washington du Socialist Party of America (SPA) dans la première décade du XXe siècle. Auteur d'un remarqué ABC of Socialism (1904) et de multiples pamphlets sur par exemple le pouvoir économique de la classe moyenne.

Morris WINCHEVSKY (1856-1932), éminent leader juif à Londres et aux Etats-unis à la fin du XIXe siècle. D'origine polonaise, son activité dans le développement de la poésie yiddish est très connu.

John McClelland WORK (1869-1961), écrivain, activist fonctionnaire de parti, il est le fondateur du Socialist Party of America et l'auteur de l'un des tracts les plus connus de la première décade du XXe siècle, fréquent candidat à des fonctions publiques. Pour le tract, il s'agit du court What's So and What Isn't so de 1906. 

    

     Le Parti socialiste d'Amérique fondé en 1901 par la fusion du Social Democratic Party of America et d'anciens membres du Parti ouvrier socialiste, s'assure dans les premières décennies du XXe siècle du soutien de différents groupes  : syndicats, réformateurs progressistes, agriculteurs populistes et communauté d'immigrants. Son candidat à la présidence Eugene DEBS obtient plus de 900 000 voix en 1912 et 1920 et deux de ses membres, Victor L BERGER et Meyer LONDON, sont élus à la Chambre des Représentants. Plusieurs d'autres membres sont élus maires et membres de conseils municipaux. L'opposition résolue du Parti à l'engagement américain dans la Première Guerre Mondiale, produit ensuite des démissions et attire sur lui la répression et la persécution de la part du gouvernement fédéral. L'organisation est déchirée peu après par des conflits internes suite à la Révolution russe d'octobre 1917 et la création de l'Internationale  communiste en 1919. Soutenant en 1924 la candidature à la présidence de M La FOLETTE, le parti connait une croissance modeste au début des années 1930 (candidature de Norman THOMAS). La popularité du New Deal des années 1920 affaiblit toutefois durablement le Parti, face notamment au Parti communiste mené par Eral BROWDER. La tentative avortée d'élargir la base du parti en accueillant les trotkystes et Jay LOVESTONE conduit les membres les plus anciens à quitter l'organisation et à former la Social Democratic Federation en 1936. D'anti-fasciste et d'anti-staliniste, le parti change avec une attitude ambivalente pendant la Deuxième guerre mondiale, ce qui l'isole encore davantage sur la scène politique nationale. Cessant sa participation aux élections présidentielles après 1956, ses membres les plus actifs s'engagent dans des activités syndicales et de droits civiques plutôt que de participer à un parti enlisé dans des débats idéologiques et de tactiques. En 1972-1972, les différends stratégiques sont tels que le Parti se divise en trois groupes distincts : l'actuel Parti socialiste des Etats-Unis, les Sociaux-démocrates USA et les Socialistes démocrates d'Amérique.

Parmi les membres les plus notables du Parti, citons Eugene Victor DEBS, déjà cité, Jack LONDON (1876-1919), écrvain dont les thèmes de prédilection sont l'aventure et la nature sauvage, John "Jack" Silas REED (1887-1920), journaliste qui défend avec vigueur le nouveau régime soviétique et fondateur du Communist Labor Party en 1919 et Upton SINCLAIR (1878-1968), écrivain prolifique de romans et de pièces de théâtre, partisan de l'autogestion ouvrière, fondateur du mouvement EPIC (End Poverty in California) en 1934.

 

     Le Parti socialiste des travailleurs (SWP), de tendance trotkyste, créé en 1938, est l'héritier de la Ligue communiste d'Amérique, elle-même fondée en 1928. Longtemps proche de la Quatrième Internationale communiste, le SWP la quitte officiellement en 1990 après s'en être éloigné progressivement. Le Parti est surtout influent dans les années 1960-1970 dans le mouvement pour les droits civiques et le mouvement contre la guerre du VietNam. Le Parti présente régulièrement des candidats à l'élection présidentielle avec des résultats anecdotiques. 

 

    Le Parti socialiste des Etats-Unis, fondé en 1973, compte environ 1 600 membres. Les résultats de ses candidats à la présidence sont eux aussi anecdotiques. Bien entedu, et c'est vrai  pour l'ensemble des partis socialistes et communistes des Etats-Unis, l'objectif n'est pas tant de "gagner" ces élections que de faire entendre plus fortement leurs idées.

 

     Socialistes démocrates d'Amérique, fondé eux-aussi en 1973, aux effectifs maximum de 7 000 personnes (1983), compte l'actuel candidat Bernie SANDERS à la primaire du Parti démocrate (sous l'étiquette "Indépendats").

 

      Sociaux-démocrates, USA, fondé en 1972, est membre de l'Internationale socialiste.

   

    Dans la bataille pour les primaires des élections présidentielles des Etats-unis de novembre 2016, l'événément saillant est probablement l'assaut d'un socialiste, avec des échos considérables et exceptionnels, à la Maison Blanche. Suscitant l'opposition des médias et de l'establishment de la capitale, ses idées catalysent une grande part du mécontentement populaire. Familier des luttes pour les droits civiques, contre la guerre du VietNam, pour l'éducation populaire, soutien direct et conseiller politique de Engene Victor DEBS lors de ses 5 participations aux joutes électorales nationales suprêmes, Bernie SANDERS a toujours gardé la même ligne politique. Elu maire de Burlington, la plus grande ville du Vermont en 1981. Réélu à trois reprises, il conserve son siège jusqu'en 2006, année de son élection comme sénateur du Vermont.

Il a su fédérer de nombreuses forces dispersées, avec une vision socialiste plus proche de celle de l'ancien ministre suédois Olof PALME (1969-1976 ; 1982-1986) que de son mentor pro-bolchevique DEBS, l'essentiel pour lui est de mettre en place un véritable Etat-providence face notamment à la pauvreté infantile et l'absence de couverture santé performante et abordable. Si la présence d'un socialiste si populaire dans l'Amérique du XXIe siècle stupéfie les observateurs dans les médias, c'est qu'il n'ont pas saisi l'ampleur des multiples désastres causés par de longues politiques libérales, désastres qui vont de pair avec un certain mépris de l'intelligentsia américaine pour le peuple réel. Face à des positions idéologiques comme celle de Mme CLINTON qui reposent sur la tradition de la "troisième voie" établie par les Nouveaux Démocrates, celle d'un Etat "allégé", centré sur l'aide aux entreprises plutôt que sur la protection des citoyens, le candidat socialiste décrit son activisme politicien comme une tentative de consolider et d'organiser une gauche dispersée, à laquelle nombre de décus du Parti Démocrate pourrait s'associer. Les grandes centrales syndicales restent prudentes face à cette candidature, de même d'ailleurs une bonne partie des réseaux associatifs et communautaires (notamment cjez les pasteurs noirs). Et de nombreux secteurs politiques et syndicaux préfèreront sans doute le vote utile face à la perspective de voir le candidat Donald TRUMP d'extrême droite à la Présidence. De toute manière, la campagne de Bernie SANDERS ne vise ni à transformer le Parti démocrate de l'intérieur, comme voulaient le faire Eugene Mc CARTHY en 1968 ou George Mc GOVERN en 1972, ni à construire une force de gauche comparable à la "coalition arc-en-ciel" des années 1980 (autour de la candidature de Jesse JACKSON). Il s'agit, et cela est dans la droite ligne de l'attitude de nombreux militants et politiciens socialistes des Etats-Unis depuis les origines, de donner une voix aux millions de laissés-pour-compte, autre que celle des financiers de Wall Street. L'activité électoraliste de Bernie SANDERS se situe dans la logique du mouvement "Occupy Wall Street", qui entendait incarner la voix de 99% des Américains contre l'accaparement des richesses par 1% de la population. Il réhabilite l'idée et cela va sans doute perdurer au-delà de l'élection présidentielle, d'un Etat protecteur des défavorisés, qui s'appuie sur des mouvements sociaux capables d'instaurer un rapport de forces avec les différents pouvoirs, pied à pied sur des enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Dans les présentations de son programme, le candidat socialiste entend mettre en oeuvre pour le financer une politique fiscale offensive qui faut apparaitre les différentes propositions en Europe pour d'aimables plaisanteries. (Bhakar SUNKARA, le Monde diplonatique, janvier 2016 ; France 24, février 2016 et autres sources...).

 

PHILIUS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens