Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 17:46

   Le fanatisme est le moteur de l'intolérance, la vraie, celle qui ne se satisfait pas d'une indifférence, mais qui s'exprime en pensées et en actes jusqu'à la destruction de l'objet de l'intolérance.

     Le terme fanatisme, issu, à la suite de l'adjectif fanatique, du latin fanaticus (relatif au famun, temple, lieu sacré), désignait à l'origine la conduite de transe extrême et violente des prêtres de certaines divinités païennes, qui, dans un état second, se flagellaient, se blessaient, se mutilaient et faisaient couler leur sang dans une expression de soumission totale aux dieux. On trouve un exemple de cette mortification sacrée dans l'épisode biblique des 450 prophètes de Baal au mont Carmel (1 Rois, 18.28). Par la suite, le fanatisme est devenu synonyme d'une passion véhémente, hostile et intolérante, en défense d'une croyance religieuse, politique ou autre.

  A l'article Fanatisme des Questions sur l'Encyclopédie de 1771, VOLTAIRE remarque que Fanaticus était un titre honorable (desservant ou bienfaiteur d'un temple). Ce mot désignait les devins inspirés et les prêtres célébrant le culte de Bellone qu'une fureur divine transportait : extravagant dans des convulsions extatiques souvent violentes, allant jusqu'à s'asséner des coups d'épée et de hachette pour faire gicler leur sang, les fanatiques étaient les messagers des vérités prophétiques. Ce titre vénérable se charge d'opprobe à partir de MELANCHTON qui réprouve les "fanatiques anabaptistes" (Somme théologique, traduite par CALVIN en 1546). La gazette de RENAUDOT (1661, n°15) introduit l'appellation à l'occasion d'un article anglais sur les méfaits des sectes lors de la guerre civile. BOSSUET l'applique ensuite aux Quakers dans son Oraison funèbre d'Henriette de France (1669) : recensant les responsables de la Révolution anglaise et du règne de CROMWELL, il accuse les sociniens et les anabaptistes, "les trembleurs, gens fanatiques" persuadés "que toutes leurs rêveries sont inspirées". Quand le prélat apostrophe FÉNELON et le quiétisme dans l'Histoire des variations du protestantisme (1688), l'Avertissement aux protestants (1689) ou le chapitre V du Sommaire de la doctrine du livre intitulé Explication des maximes des saints (1697), fanatique s'est imposé pour désigner les luthériens, calvinistes, anabaptistes... qui pervertiraient la puissance ecclésiastique romaine et la saint Europe catholique. 

C'est le départ de toute une série d'anathèmes versés de toute part dans toutes les directions pour stigmatiser des fanatismes religieux de tous bords. Phénomène essentiellement religieux, le fanatisme ne peut se séculariser et devenir profane. Pourtant, dès le début du XVIIIe siècle, le mot tend à embrasser l'ensemble des croyances déviantes et des rapports viciés à la réalité. (Patrick GRAILLE)

 

    Le décryptage psychologique du fanatisme commence à la fin du XVIIIe siècle à travers les écrits des philosophes des Lumières. Les aliénistes du XIXe siècle s'intéressent aux mécanismes en jeu dans la naissance de la mentalité fanatique. Pour certains psychiatres, le fanatisme constitue un vrai trouble mental qui témoigne d'une détérioration du jugement rationnel. Gustave Le BON considère qu'il y a un lien étroit entre le fanatisme et le comportement de la foule soumise à l'influence puissante d'une suggestion. De ce point de vue, pour lui, le fanatisme est de nature religieuse. Il est enraciné dans des croyances qui résistent à tout débat, qu'elles soient spécifiquement religieuses comme celles des inquisiteurs, ou apparemment laïques, comme celles des Jacobins de la Révolution. Le fondateur d'une croyance religieuse et le leader d'un mouvement politique ont su imposer aux masses populaires un sentiment de fanatisme sacré. L'homme englué dans le magma collectif croit trouver son bonheur dans l'adoration et est prêt à sacrifer sa vie pour son idole.

Le fanatisme religieux persiste à l'âge du rationalisme illusoire de la modernité. Les foules incroyantes sont aussi fanatiques, extrémistes et passionnées que les foules croyantes. Gustave Le BON, dans Psychologie des foules (1895) assimile l'athéisme, la Saint-Barthélémy, les guerres de Religion, la Terreur.

Dans une perspective psychanalytique, le fanatisme pourrait être décrypté comme une destructivité intense et véhémente dirigée contre la "mauvaise idée", autrement dit contre l'infiltration, dans l'esprit, des suggestions impures, diaboliques et malfaisantes contre lesquelles le fanatique se défend par la persécution, tentative de purification du monde par la violence. Le fanatisme s'inscrit dans l'interface entre Éros et Thanatos, entre pulsion de vie et pulsion de mort. FREUD, dans Malaise dans la civilisation (1930) estime que le fanatisme pourrait exprimer l'agressivité foncière dirigée contre le monde du dehors alors que l'amour est réservé au monde du dedans. Le dualisme pulsionnel freudieu de l'amour et de la haine permet de décrypter dans la passion fanatique l'issue de l'agressivité que la civilisation autorise à exercer à l'égard des étrangers.

Joseph GABEL (1912-2004), théoricien de la modernité, dans une recherche au carrefour de la psychiatrie phénoménologique, de la psychanalyse et du marxisme, propose une nouvelle classification de mécanismes persécutoires issus de la mentalité fanatique (La Fausse conscience. Essai sur la réification, Editions de Minuit, 1962) :

- la persécution homogénéisante, comme celle de l'Inquisition espagnole et portugaise contre les marranes, vise à construire un monde de totale unité mentale par l'éradication des déviances doctrinales et rituelles menaçantes et malfaisantes ;

- la persécution justicialiste et égalisatrice, comme celle en Malaisie, de la majorité musulmane contre la minorité boudhiste et confucianiste d'origine chinoise, vise à effacer en premier lieu les inégalités sociales et économiques et à établir la suprématie de la majorité ethnique et religieuse ;

- la persécution thanatique, comme celle du national-socialisme allemand contre les Juifs et les Gitans, vise à construire un monde affranchi du mal biologique absolu incarné par des races stigmatisées comme inférieures et diaboliques.

Pour GABEL, les trois formes de persécution, malgré leur masque idéologique rationaliste superficiel, s'inscrivent dans une vision manichéenne et archaïque du monde où lumières et ténèbres, diurne et nocturne, solaire et lunaire, divin et démoniaque, s'opposent dans un combat apocalyptique sans conciliation possible. Le dualisme de l'Un et de l'Autre est ainsi voué, dans la passion persécutoire fanatique, à se métamorphoser en monisme de l'Un sans l'Autre.

 

  Sur la psychopathologie du fanatisme, Haïm HARBOUN, docteur en psychologie et directeur de recherches à l'université d'Aix-Marseille explique qu'il convient d'être bien précis sur les termes utilisés : "On affirme que le fanatisme est l'expression ultime de la violence. Cependant, il convient de nuancer, car dès la première affirmation de la personne, l'opposition au monde externe nécessite une force de vie. L'étymologie du mot violence porte en elle deux dimensions : une composante positive, constitutive de la personne, et une dynamique potentiellement dangereuse pour soi ou pour l'autre." 

"L'homme est violent par nature, poursuit-il, comme tout être vivant, car la violence est l'expression de la force espansive de la vie. Mais il existe une bonne violence et une mauvaise. Le malheur, c'est que ni la raison ni la conscience morale ne permettent de les départager. C'est la même violence qui parait comme un acte héroïque et créateur aux uns, ou barbare et destructeur aux autres, suivant le camp auquel appartiennent les uns ou les autres. C'est la violence des autres qui nous parait coupable et la nôtre légitime, souvent même un devoir sacré.

La personne qui se fanatise n'est pas consciente des éléments structurels archaïques qui sont à l'origine de sa conduite. C'est pourquoi le fanatique va faire dépendre son action de Dieu dans une vision philosophique. On pourrait dire que le pire n'est pas de se tromper... mais d'être sûr de ne pas se tromper. Rien de plus morbide et dangereux pour l'équilibre psychique que de se croire l'interprète authentique, absolu, de la volonté divine. C'est la source de tous les illuminismes, de toutes les intolérances les plus brutales, de tous les prosélytismes et en un mot, c'est la source du fanatisme, qui se traduit par le clivage total entre les deux domaines de la morale et de la religion. La conscience morale est une notion immanente philosophique, confiante en l'homme, en son intuition du bien et du mal. Elle élabore des principes, puis, en déduction de ces principes, les différentes écoles de morale profanes. Par contre, la conduite du fanatique ne se préoccupe pas tant du principe, si sublime qu'il soit, que de suivre ce que lui dicte son inconscient. Mais pour que celui-ci n'entre pas en conflit avec son conscient, il fera dépendre sa violence de la volonté divine.

D'un point de vue psychopathologique, on peut classer les fanatismes en trois catégories :

- le fanatisme endogène : c'est le fanatisme inquisitorial, héritier d'un masochisme culpabilisé à outrance, où le sujet éprouve le besoin d'expier et de compenser l'absence de la figure paternelle;

- le fanatisme exogène : c'est la conséquence de séquelles narcissiques chez des sujets qui ont souffert d'anonymat et ont accumulé des blessures infantiles dévalorisantes, compensées par le vandalisme, le viol et les tentatives de destruction ;

- le fanatisme pathogène : un sujet héritier de séquelles sadiques, faible, doutant de lui, manquant de maturité, névrotique, sans la culture intellectuelle nécessaire pour aborder les controverses et les problèmes sociaux, peut compenser une culpabilité intense dans sa volonté de puissance, valeur suprême, jusqu'à la folie, miroir impudique de ses propres conflits ; il peut pousser cette volonté de puissance jusqu'au meurtre. Le rejet de la société par le fanatique pathogène l'apaise, avec une explication qui l'innocente en le victimisant, la violence, conséquence de l'ambivalence affective, de l'angoisse interne et des frustrations, se couvrant du masque rationalisant de la légitime défense."

 

   C'est dans les profondeurs de la personnalité que Wilhelm REICH, dans ses études sur l'origine du fascisme, trouve les fondements du fanatisme. La cuirasse caractérielle édifiée dès le début de l'enfance a plusieurs variantes dont certaines sont favorables à l'expression de doctrines religieuses et politiques intolérantes. Erich FROMM, de son côté, recherche les racines d'une destructivité humaine, consacrant une bonne partie de ses réflexion au nazisme. C'est pour lui dans les mécanismes d'une agressivité maligne qu'il faut rechercher les ressorts de comportements sadiques, cruels et destructeurs. Quel que soient les vérifications que l'on peut apporter aux théories de l'un et de l'autre, ils s'accordent avec de très nombreux auteurs sur le fait que les sources et les ressorts du fanatisme ne peuvent être étudiés au niveau du conscient. C'est dans les dynamismes de l'inconscient, à la mesure du caractère irrationnel des délires fanatiques, que se trouvent ces sources et ces ressorts. Ce n'est pas par le raisonnement intellectuel qu'on peut combattre le fanatisme, même si montrer ses méfaits constitue un premier pas dans son étude, mais dans une politique globale où l'éducation et la justice sociale ont une grande place. 

 

Patrick GRAILLE, Fanatisme, dans Dictionnaire européen des Lumières, PUF, 2010. Franklin RAUSKY, Haïm HARBOUN, Fanatisme, dans Dictionnaire de psychologie et psychopathologies des religions, Bayard, 2013. Erich FROMM, La passion de détruire : anatomie de la destructivité humaine, Robert Laffont, 1975. Willhelm REICH, L'analyse caractérielle, Payot, 1973.

 

PSYCHUS

 

Partager cet article

Published by GIL - dans PSYCHANALYSE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens