Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 14:50

   Dans les grandes tendances de l'armement de l'infanterie de nos jours, se chevauchent et se contredisent (au sein des armées, mais pas dans les complexes militaro-industriels) deux orientations, deux options, deux voies : doter le fantassion de tous les équipements, des pieds à la tête, lui permettant de combiner à la fois repérage de l'ennemi, protection individuelle et efficacité dans le combat rapproché ou moins proche, faisant de son corps le réceptable de multiples outils plus ou moins complexes et autonomes à manier sur le terrain ou/et encore construire un combattant entièrement mécanique, sorte de drône terrestre qui prolongerait avec tous leurs avantages sans en avoir leurs inconvénients des véhicules tous-terrains de toutes sortes, de chars avec des manoeuvrabilités bien plus grandes, des précisions plus fortes aussi.  

      Les deux options existent et l'une prendra sans doute le pas de l'autre suivant les coûts des matériels développés et... de l'expérience sur le terrain. A moins qu'elles ne soient développées en parallèle, pour peu qu'augmentent les capacités budgétaires des armées.

    

    Des projets de ses promoteurs eux-mêmes, le fantassin à équipements à équipements et liaisons intégrés" est un fantassin (du XXIème siècle) doté d'un système de combat individuel. Aux noms différents selon les pays, programme FÉLIN en France, développé par la Sagem Défense Sécurité, programme FIST (Future Integrated Soldier technology) en Grande Bretagne, il s'agit d'un système de combat permettant d'améliorer cinq fonctions :

- communication

- observation

- létalité

- protection

- mobilité et soutien.

Par ailleurs, le système doit présenter une compatibilité améliorée avec les systèmes d'arme, les équipement, véhicules et aéronefs tels que lance-roquettes, postes de missiles, véhicules de transports blindés, véhicule de combat d'infanterie, hélicoptères... Il s'agit d'un système différent du système de protection contre les armes NBC qui transforme déjà l'allure du fantassin moderne. 

   Ces programmes répondent plus ou moins au futur standard OTAN Future Soldier lancé au cours des années 1990. L'évolution de la situation économique des Etats fait que les ressources accordées au développement de tels programmes sont très variables, et c'est parfois seulement depuis le début des années 2010 que s'accélèrent dans les armées la dotation d'équipements qui s'en rapprochent, souvent par petit bout, sans que l'on perçoive une révolution dans l'art de se mouvoir et de combattre du combattant. 

   En France, c'est entre 1995 et 2000 qu'un programme d'étude amont de la Direction Générale de l'Armement menée par le GECAD (Groupement d'Etude du CombAttant Débarqué), permet la réalisation d'un démonstrateur d'étude (démonstrateur de faisabilité), principalement centré sur les communications, l'observation (en conditions diurnes et nocturnes), la protection (dont la discrétion visuelle et acoustique), l'autonomie en énergie et la mobilité (poids de l'équipemement , ergonomie, mobilité). Celui-ci, toujours selon les promoteurs de tels programmes, grâce à des essais sélectifs en laboratoire et sur le terrain, apporte la preuve qu'à l'horizon 2000-2005, les technologies choisies seraient effectivement matures pour envisager le développement d'un véritable système-combattant individuel. C'est à l'issue de telles études qu'en mars 2004, la société française Sagem Défense Sécurité est désignée pour réalisé le programme "Félin". L'armée française passe en 2009 une première commande globale de 22 588 systèmes, mais le projet de loi de programmation militaire 2014-2020 n'en prévoit que 18 552 exemples. Les premiers systèmes "Félin" sont livrés à l'armée de terre en mai et septembre 2010. En décembre 2014, 17 régiments d'infanterie sont équipés. 

Le "Félin" est bassé sur une architecture combinant deux réseaux, l'un transmettant les flux de données et l'autre permettant l'alimentation en énergie. Il est constitué d'un ensemble d'équipements organisés en sous-systèmes :

- l'armement

- les équipement textiles de comouflage et de protection

- l'équipement de tête

- les équipements électroniques individuels

- les lunettes de tir et jumelles d'observation

- le système d'information tactique

- et le kit d'intégration dans les véhicules.

Avec le temps, des variantes sont introduites dans les équipements, avec les mêmes objectifs. Une tenue NBC notamment permet au combattant de poursuivre sa mission. Quasiment tous les éléments de l'équipement sont appelés à suivre des évolutions technologiques, parfois importantes, qui rendent le fantassin plus efficient. 

   Si en Italie se développe le Soldato Futuro, en Allemagne l'IdZ-ES, en Espagne le COMFUT (COMnatiente FUTuro) et au Royaume-Uni le FIST, l'armée américaine suit et parfois précède le même processus, avec la très forte attention de l'armée russe qui se s'est doté de son propre programme. En effet, le Ratnik, nom de son système de combat individuel, commence à équiper des régiments depuis au moins 2015. D'ailleurs, dans les différents salons d'armement terrestre et aéroterrestre, ces équipements sont présentés, façades médiatiques d'une course aux armements qui est autant technologique qu'idéologique. 

  Le rythme d'équipement des armées est très vairable et si on lit bien les différents rapports de programmations militaires des différents pays, on peut voir que cet équipement du futur est d'abord dévolu à des parties précises des armées, sans volonté pour l'instant de dotation généralisée.

 

   Ainsi la Grande Bretagne a repoussé jusqu'à 2010 dans un premier temps la mise en service de la première génération de FIST, tout en étudiant déjà des variantes. Thalès UK se voit d'ailleurs attribuer le développement du programme en 2003 et de nombreux essais sont menés depuis. La date d'achèvement de ce programme est encore actuellement portée à 2020 et à tous les niveaux, on ne veut rien laissé au hasard, tant l'enjeu est important. En 2009, le projet est en phase de démontration, à l'issue de laquelle est envisagé l'équipement de 29 000 soldats, les premières troupes étant dotées depuis 2010.

En premier lieu, il convient, précise Emmanuel VIVENOT "de retenir que cet équipement n'est pas destiné à doter chaque soldat britannique. Il sera distribué aux unités en fonction des besoins de la mission, à la fois aux troupes de mêlée et aux unités de soutien logistique au combat. le contrat final, d'un montant de deux milliards de Livres Sterling, porte sur 35 000 kits qui devraient être attribués à la British Army, au RAF Regiment et aux Royal Marine Commandos entre 2015 et 2020.

Au début de 2004, un accrod de partage des compétences et de connaissances fut mis en place entre le Royaume-Uni et les USA concernant les systèmes d'alimentation en énergie, la gestion de cette dernière et une nouvelle technologie de batteries à essence.

En novembre 2006, une série d'essais concernant une extension du FIST 2.0 mit quatre équipes en concurrence pour les radios du système C41 : Selex Communications (radio SSR), Thalès Iradio Vector Teral, et Cobham (radio ITT ou Raytheon MicroLight). ce fut finalement le tandem Cobham/Raytheon qui fut retenu."

 

   Cet exemple montre que les évolutions technologiques de l'équipement du fantassin, et pas seulement pour son armement, se poursuivent à grande vitesse. Dans un environnement de plus en plus hostile parsemé de pièges de toutes sortes, notamment en milieu surburbain ou urbain, le soldat se voit doté d'outils de plus en plus complexes aux coûts croissants. Il y a certainement un seuil de possibilités de le doter de tels outils, sa capacité d'attention restant limitée. Dans l'esprit de nombreux responsables militaires, se distanciant de l'enthousiasme des entreprises d'armements, ces capacités n'ont de sens que si la situation d'asymétrie recherchée dans le combat moderne se maintient. L'un des motifs psychologiques qui poussent à la recherche d'outils de plus en plus performants réside notamment dans la recherche du zéro mort, les pertes dans les rangs, occidentaux notamment, étant jugés par les populations nanties comme de plus en plus inacceptables. 

 

Emmanuel VIVENOT, Le programme FIST, dans Défense & Sécurité internationale Technologies, numéro 19, Septembre-Octobre 2009. 

 

ARMUS

 

 

Partager cet article

Published by GIL - dans ARMEMENT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens