Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 14:39

   Dans son explication de la philosophie politique marxiste, Henri LEFEBVRE rappelle que la moitié de l'ouvrage L'idéologie allemande est consacrée à la réfutation (souvent laborieuse et parsemée de considérations polémiques) des thèses de Max STIRNER sur l'individualisme. C'est plutôt dans la partie consacrée à FEUERBACH qu'est exposée le matérialisme historique.

"Les hommes sont les producteurs de leurs représentations, de leurs idées, y lit-on, les hommes réels, agissant, conditionnés par le développement déterminé des puissances productives... La conscience, c'est l'être conscient : l'être des hommes, c'est leur processus vital. Si les hommes et leurs conditions apparaissent renversés dans les idéologies, comme dans une chambre noire, ce phnéomène découle du processus historique vital, exactement comme le renversement des objets sur la rétine découle d'un processus physique". Les idées, écrit Henri LEFEBVRE, et c'est un thème qu'il développe de manière ample dans La conscience mystifiée, "les représentations idéalistes ne sont donc pas tellement fausses qu'inversées. Le matérialisme historique comprend les idées ; il en tient compte comme de documents et les explique, en cherchant leurs conditions. Ainsi, à l'opposé de l'idéalisme germanique qui prétend descendre du ciel, le matérialisme historique part des hommes réellement actifs ; et c'est à partir du processus de leur vie (sociale) que l'on comprendra leurs réflexions et leurs idées. La morale, la religion, la métaphysique n'ont pas d'histoire indépendante, la seule histoire étant celle de l'homme, c'est-à-dire celle des hommes dans l'ensemble de leurs rapports. "Ce n'est pas la conscience qui détermine la vie, c'est la vie qui détermine la conscience."

Il explique également qu'il n'est pas besoin de partir de principes abstraits, transcendentaux, dont la recherche est finalement sans fin et relativement vaine. Il faut partir des présuppositions réelles, des conditions réelles, les plus simples et les plus générales, de l'histoire réelle.

"Pour pouvoir "faire de l'histoire", il faut que les hommes puissent vivre, satisfaire leurs besoins élémentaires. "Le premier fait historique est donc la production des moyens permettant de satisfaire ces besoins, la production de la vie matérielle ; et c'est là véritablement et un fait historique et une condition fondamentale de toute histoire, qui doit s'accompagner aujourd'hui comme il y a des milliers d'années, et à toute heure du jour, simplement pour que des hommes puissent continuer à vivre." (L'idéologie allemande). (...)

En second lieu, poursuit-il, le besoin satisfait et le moyen de sa satisfaction suscitent de nouveaux besoins. A partir de sa première condition, on voit déjà devenir plus complexe l'activité sociale des êtres humains. La production de nouveaux besoins est le premier acte historique de l'homme social engagé dans les rapports sociaux. Cet "acte" sépare l'homme de l'animalité, et cela concrètement, et non selon une définition abstraite.

En troisième lieu, les rapports des êtres humains ne sont pas simplement ceux de leur coopération dans la satisfaction des besoins et l'usage des instruments : "ce sont les rapports entre l'homme et la femme, entre les parents et les enfants, c'est la famille". En d'autres termes, les rapports de reproduction sociale se mêlent aux rapports de production sociale. La famille ne doit pas être étudiée selon la "notion" abstraite ou morale, mais dans les faits.

Ces trois conditions ne se séparent pas. Ce sont trois aspects, trois "éléments" simultanés de la vie humaine.

Leur ensemble a lui-même un double côté : rapport d'une part, de l'homme avec la nature (physique, physiologique, biologique) ; d'autre part, rapport social, rapport de l'homme avec l'homme, c'est-à-dire des individus entre eux. il en résulte qu'un mode de production déterminé - c'est-à-dire l'action technique sur la nature - est toujours inséparable d'un mode de coopération sociale, l'organisation du travail étant elle-même une "force productive". La quantité de forces productives, la puissance sur la nature conditionnent concrètement toute société ; l'étude de toute société suppose par conséquent l'étude de ses rapports avec la nature (physique, géographique, biologique, etc.); de ses instruments (techniques); de l'usage des instruments (organisation et division du travail), c'est-à-dire l'étude des forces productives et des rapports sociaux de production.(...).

Cette introduction au matérialisme historique, décalque de ce qu'écrit Karl MARX, permet à Henri LEFEBVRE de situer la conscience, la pensée, l'esprit. Il s'agit pour les marxistes de les voir naitre, d'en suivre la formation à partir de leurs conditions, dans le mouvement et le processus historiques. 

"L'Esprit ne peut s'affranchir de ce qui lui apparait comme une malédiction ; il est affligé d'une matérialité "qui se manifeste sous forme de sens, bref du langage. Le langage est aussi vieux que la conscience". Le langage, c'est pratiquement "la conscience existante pour d'autres humains, donc existante aussi pour moi". (...).

La conscience de l'homme n'est d'abord qu'un instinct conscient, "une conscience simplement sensible, relative à l'entourage immédiat, conscience de connexions bornées avec d'autres personnes ou d'autres choses." Ce n'est encore qu'une conscience animale de la nature, et cela tant que la nature n'est pas modifiée par l'action humaine. La conscience ne se développe qu'avec l'accroissement du pouvoir pratique sur la nature, avec la productivité croissante du travail, avec la complexité et le nombre des besoins, des activités, des rapports. La division du travail intervient ici non seulement comme condition du développement de la conscience mais comme déterminant en tant que telle la forme que prend le développement :

"La division du travail ne devient réelle qu'à partir du moment où s'institue une division du travail matériel et du travail intellectuel. A partir de ce moment, la conscience est à même de s'émanciper et de se lancer dans la formation de la théorie pure... Mais, si cette théorie (théologie, morale, philosophie, etc.) entre en contradiction avec les conditions existantes, cela ne peut se produire que parce que les conditions sociales existantes sont entrées en contradiction avec les forces productives existantes.

"Ce que la conscience fait toute seule n'a pas le moindre intérêt. Retenons du fatras des idéologies ce fait que les trois éléments (forces productives, rapports sociaux, conscience) peuvent et doivent entrer en contradiction parce que la division du travail rend possible et même nécessaire que l'activité matérielle et l'activité spirituelle, le travail et la jouissance, la production et la consommation échoient à des individus différents..."

"Division du travail et propriété privée sont des expressions équivalentes, l'une exprimant par rappoort à l'activité ce que l'autre exprime par rapport au produit de l'activité.

"Dans la contradiction de l'intérêt individuel et de l'intérêt commun, ce dernier prend, en tant qu'Etat, une forme indépendante, distincte des véritables intérêts individuels ou généraux, et devient ainsi communauté illusoire, mais toujours sur la base des liens réels existants - famille, race, langue, division élargie du travail et autres intérêts - et en particulier classes... Il s'ensuit que les luttes à l'intérieur de l'Etat pour le droit, la lutte pour l'universel ne sont que formes illusoires de la communauté, les formes sous lesquels se déroulent les luttes réelles des classes...

"Les idées de la classe dominante sont, à toute époque, les idées dominantes, c'est-à-dire que la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est également la puissance spirituelle dominante... Les pensées dominantes ne sont que l'expression idéologique des rapports réels dominants - ces rapports conçus sous forme de pensées, - donc des conditions qui précisément font de cette classe une classe dominante, donc enfin les pensées de sa domination...

"Dans cette classe, les uns deviennent les penseurs (les iéologues actifs, qui font leur industrie principale de la fabrication des illusions que cette classe se fait sur elle-même), tandis que les autres se comportent plus passivement, plus réceptivement, vis-à-vis de ces illusions ; mais en réalité, ces derniers sont les membres actifs de la classe en question, et ils n'ont que peu de temps à consacrer à la fabrication des illusions et des idées sur eux-mêmes! Cette division du travail peut aboutir à une certaine hostilité de ces deux groupes, qui disparait lorsque la classe est en danger..."

       Si Henri LEFEBVRE prend la peine de reproduire de larges extraits de L'idéologie allemande, c'est pour indiquer que la question de l'idéologie mérite bien mieux que le pauvre concept de "reflet" et que de là aurait pu, dans la littérature marxiste, se développer de manière plus ample et plus profonde la question de l'idéologie. Certains auteurs l'ont fait, mais très vite ceux-ci ont fait l'objet de sérieuses attaques (...idéologiques et tout à fait matérielles!) lorsqu'ils ont atteint un certain nombre de réalités extrêmement enfouies dans la conscience même des opprimés comme des oppresseurs : la sexualité, les manières de se situer dans une hiérarchie des choses et des êtres, par exemple... 

    Dans sa présentation de la pensée marxiste, Henri LEFEBVRE indique que "toute classe ascendante présente ses intérêts comme l'intérêt de la société", c'est-à-dire les exprime idéalement, donne à ses pensées la forme de l'universalité, cherche à les présenter comme rationnelles... Elle le peut, et cette forme a un contenu réel, tant que l'intérêt de la classe ascendante (révolutionaire) coïncide réellement avec celui de toutes les classes, sauf de la classe dominante périmée. Il en fut ainsi de la bourgeoisie, lorsqu'elle triomphait de la féodalité.

Lorsque les pensées dominante ont réussi à se présenter dans "l'universel" en dehors et au-dessus des intérêts dominants, on en vient à croire que dans l'histoire ce sont toujours les idées qui dominent. Et c'est à ce moment que l'on abstrait l'Idée, ou l'Homme, ou l'Esprit, ou la Conscience, pour les présenter comme auteurs de l'histoire. On a écarté de l'histoire tous les éléments matériels et l'ont peut "lâcher la bride au coursier spéculatif".

L'Illusion idéologique a une autre aspect. La conscience retarde. Elle se représente le présent au moyen des formes ultérieures. Ce retard de la conscience s'explique par le fait que des rapports et des intérêts déjà dépassés par les forces productives restent longtemps en possession d'une puissance traditionnelle, figée, "chosifiée", par rapport aux individus et cela dans le droit, dans l'Etat, dans la structure des classes. La contradiction entre l'illusion idéologique et la réalité correspond donc à une contradiction dans la réalité!

"Cette contradiction entre les forces productives et la forme des relations s'est manifestée plusieurs fois dans l'histoire - sans jusqu'ici en bouleverser les fondements - par une révolution, prenant diverses formes subordonnées : luttes de classes, collusions d'idées, contradictions dans la conscience, luttes politiques, etc. En se plaçant à un point de vue borné, on peut prendre l'une de ces formes pour le fondement de ces révolutions ; cela est d'autant plus facile que les individus qui ont déclenché les révolutions se sont (d'après leur degré de culture et selon le degré de développement historique) fait eux-mêmes des illusions sur leur propre activité.

"Toutes les luttes de l'histoire ont leur fondement profond dans la contradiction entre les forces productives et la forme des relations...".

Henri LEFEBVRE, désirant aller plus loin qu'une certaine obscurité des textes des fondateurs du marxisme, ceux de L'idéologie allemande par exemple, veut avec Norbert GUTERMAN, effectuer dans leur livre La conscience mystifiée, "une critique radicale, qui ne se laisse ni motiver ni arrêter par des considérations politiques ; il faut entendre par ces mots une critique qui ne se borne pas à un aspect limité des situations, par exemple, à l'économie ou à l'idéologie (...)". Cet ouvrage de 1936, écrit en grande partie à l'écart des conflits intra-européens, réédité récemment, contient des développements sur l'idéologie et l'aliénation qui dépassent largement un certain marxisme vulgarisé, dogmatisé et... idéologisé.

Dans leur Introduction, les deux auteurs écrivent que "contrairement aux philosophies, le matérialisme n'est pas un "système" achevé et mort. Non seulement il n'est pas un dogme, mais il arrache au dogmatisme la région du comportement pratique de l'homme. 

Le matérialisme dialectique n'apparait pas comme la vision propre à un seul homme, mais comme une conception du monde qui vient à son heure, dans le développement de la pensée, et avec une classe : le prolétariat. Cette classe a besoin d'une expression et d'une arme. Elle les trouve dans le matérialisme dialectique ; il part donc du prolétariat comme fait, il est une science du prolétariat, c'est-à-dire à la fois sortant du prolétariat et portant d'abord sur le prolétariat, son devenir et ses intérêts vitaux (qui, d'ailleurs, coïncident avec ceux de l'humanité prise dans son ensemble).
La philosophie a mis au premier plan l'humain. mais le sujet, la raison, l'objet, ect, restent des notions extérieures, des notions "aliénées" - c'est-à-dire abstraites et traduisant une oppression et un état de non-réalisation de l'humain. Puisque la philosophie n'a jamais compris le rôle de la production réelle, du Travail, l'homme reste pour elle un être biologique revêtu d'abstractions. Par exemple, le sexe et l'amour sont des "thèmes" abstraits et cérébraux qui recouvrent pudiquement la satisfaction physiologique et l'insatisfaction humaine réelle. En voulant "comprendre" d'une certaine manière qui impliquait une immense passivité envers la praxis existante, la philosophie s'est interdite de créer l'humain. Et c'est un de ses conflits internes. L'humanisation de la nature est restée purement "sur le papier".".

Plus loin, les deux auteurs cernent ce qu'ils nomment "conscience". Ils y distinguent deux éléments fondamentaux : "la conscience du forum, c'est-à-dire la conscience sociale, les "représentations collectives" ; et la conscience individuelle, la conscience privée. Dès le début de la philosophie bourgeoise la séparation entre ces deux formes de conscience est nettement marquée. L'une est progressive, poussant vers l'abstraction la plus haute, vers l'invention de la Raison organisatrice et libératrice des liens féodaux. Ici, les nécessités historiques ont poussé la philisophie à jouer un rôle anticipateur et prophétique au début, et un rôle réactionnaire et servile à la fin. L'autre conscience - la conscience de l'homme individuel, est dès le début très fortement imprégnée par la théologie, le christianisme. Cette contradiction entre les postulats chrétiens et moraux de l'individu et la pratique sociale a joué un rôle de premier ordre dans la formation des systèmes, partiellement déterminés par la volonté de conciliation et de compromis.

Tout en étant un effort vers une synthèse, la philosophie non seulement n'a pas réussi à trouver l'unité de la conscience publique et de la conscience individuelle, mais elle a accentué encore la séparation. L'homme d'aujourd'hui comprend moins que jamais, spontanément et immédiatement, sa relation avec la société et ses forces productives ; au lieu de dominer ce rapport, il est dominé par lui, il est trop souvent le jouet inconscient des forces économiques et sociales. Un des accomplissement de la dialectique est précisément de retrouver théoriquement l'unité de la conscience privée et de la conscience sociale." Pour les deux auteurs, il s'agit  de "soumettre à l'analyse l'aspect public de la conscience contemporaine - la conscience du forum", ce "forum criard et bigarré, où s'affrontent théories, solutions et attitudes de partis, où se heurtent dans la confusion mots d'ordre politiques et désirs de succès individuels, où tournent les derviches fascistes et l'irrationnel, où des idées se vendent, s'achètent et se trouvent faites sur mesure ou fabriquées en masse..." et "d'aller aussi loin et aussi concrètement que possible dans l'analyse de ces zones obscures, de cet inconscient social".  

 

Henri LEFEBVRE, Pour connaitre la pensée de Karl Marx, Bordas, 1966. Norbert GUTERMAN et Henri LEFEBVRE, La conscience mystifiée, suivi de La conscience privée par Henri LEFEBVRE, Syllepse, 1999.

 

PHILIUS

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens