Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 10:28

  On passe généralement sans s'arrêter à l'expression Société à Responsabilité Limitée comme à celle d'ailleurs de Société Anonyme. Pourtant, ce qui ne serait dans leur esprit que garantie juridique contre toute attaque concernant leur commerce, constitue un élément institutionnalisé d'une irresponsabilité qui court tout le long du système économique dans lequel nous vivons. Peu importe si l'on vend de la viande à la qualité limite (et parfois assez bien pourvue en staphylocoques), peu importe si l'on vend des boissons très sucrées ou très alcoolisées, peu importe si l'on fait circuler des objets plus ou moins dangereux, du moment que le chiffre d'affaires est garanti et que les comptables disent que l'affaire est rentable... Courre à travers tous les maillons de la chaîne économique, du producteur au consommateur une indifférence totale sur les conséquences de la circulation de milliards de produits, dont plus personne d'ailleurs ne veut contrôler la situation du moment que les soucis financiers s'évaporent... Ignorants ou/et stupides, les responsables politiques et notamment ceux qui sont chargés nommément de la sécurité au sens large des citoyens, se moquent de savoir si l'amiante est nocive, si les nanoparticules sont plus incontrôlables encore que les particules, si les divers objets dont ils protègent la destinée marchande soient dangereux ou pas. Le petit commerçant inoffensif et la grande multinationale rapace sont pourtant co-responsables de ce qu'ils font ou ne font pas...

Dans le même ordre d'idée, à nos yeux, les commerçants des ventes d'armes sont les premiers responsables de l'usage des objets qu'ils vendent à renfort de publicités tapageuses. Les vendeurs d'armes d'ailleurs sont les premiers informés de possibles guerres - donc de marchés juteux - dans maintes partie du monde, et ils se gardent bien de les prévenir (ils s livrent plutôt à une course à la vente...)... Ils sont aussi responsables des destructions et des victimes que les utilisateurs des divers armements et si maints champs de bataille en milieu urbain se multiplient à l'heure actuelle, c'est bien parce qu'elles distribuent à tout va les armements les plus performants et les plus miniaturisés possibles, afin que même le civil qui n'a jamais porté d'armes puisse tirer au but. Par comparaison, ils sont aussi responsables que s'ils distribuaient des couteaux de divers formats dans des cours de récréation de maternelles. Et d'ailleurs, on en retrouve sinon dans des maternelles, mais dans des cours d'écoles ou d'universités... Et ne venez pas me dire que ces officines ne vendent qu'à des responsables adultes, car on peut se demander précisément s'ils sont si adultes que cela...

  Malgré cette culture de l'irresponsabilité, les choses bougent peu à peu. On en est pas à inclure dans tous les contrats des clauses de suivi des objets vendus et des attendus de justice financière ou pénale, mais on y vient petit à petit. Diverse traçabilité sont inclues dans les législations et les règlements. Sous la pression d'urgences écologiques ou/et humanitaires, de plus en plus de marchandises sont déclarées sous surveillance voire interdites (mais cela prend du temps, voyez l'amiante dont les industriels connaissaient dès le début les propriétés toxiques...)... De plus en plus également, des voix s'élèvent pour les sociétés commerciales en général ne se désintéressent plus des conséquences sociales de leurs agissements économiques...

Il est dommage d'ailleurs que des avancées juridiques dans la responsabilité civile et pénale de mise en circulation de matières dangereuses ne soient pas toujours suivies des moyens adéquats de mise en oeuvre. L'affaiblissement des Etats, les défaillances de système de gouvernance faisant appel au secteur privé, une certaine mansuétude double à l'égard des "pauvres" commerçants et financiers engagés dans des affaires un peu sulfureuses et à l'égard de la violence au sens large, le regard constamment porté sur le court terme financier, tout cela se ligue pour retarder nombre de mesures nécessaires... Il est encore loin le système économique où feront place à des SARL et des SA, des sociétés responsables civilement et pénalement, mais surtout moralement. On en est encore à faire porter le poids des réparations aux multiples désastres (sociaux, financiers, écologiques...) causés à l'ensemble des populations (d'ailleurs victimes en première ligne souvent) plutôt qu'aux acteurs factuellement responsables. Quand on sait que même les erreurs financières du secteur privé sont prises en charge par les politiques publiques, il y a de quoi faire rager...

  La culture de l'irresponsabilité n'est pas que concentrée sur ces sociétés ; elle est largement partagée par nombre d'opinions publiques... C'est le comportement du déni qui l'emporte encore face aux multiples urgences planétaires... C'est encore un comportement focalisé sur le court terme, sur les plus proches, qui sous-tend la majeure partie des actes de la vie quotidienne. A croire que l'humanité n'est en définitive pas une espèce viable... Pour ne pas sombrer dans le pessimisme... dont se nourrit (encore une fois!) tout le système économique... les acteurs de la société civile ou/et de l'Etat ont fort à faire. Entre un sentiment qu'il est trop tard de toute manière (et l'enchainement des catastrophes soutient ce sentiment de plus en plus partagé) et la volonté coûte que coûte de renverser le cours des événements, beaucoup doutent et hésitent. Et pourtant, comme dans une situation de guerre, il faudra bien pour survivre que l'emporte la responsabilité.

 

RAGUS

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens