Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 07:03

      Après KANT et HEGEL, avec la diffusion de la philosophie allemande du XVIIIe siècle à travers l'Europe, on ne pense plus l'Etat et la société civile de la même manière. Traduisant et théorisant les inquiétudes des élites européennes comme les évolutions des sociétés occidentales, ces deux auteurs inspirent des lectures très contradictoires dans l'articulation du social et du politique.

  Si nous suivons Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, si des penseurs dits hégéliens et autres creusent bien des aspects de leurs philosophies politiques, des penseurs conservateurs en général s'obstinent à refuser la distinction. Elle cite ainsi parmi ces derniers :

- Carl Ludwig von HALLER, notamment dans la préface à la Restauration der Staatswissenschaft (1816- 1820), ouvrage monumental qui est ensuite la Bible de la Contre-Révolution en Allemagne. Il dénonce l'"idée funeste d'une societas civilis romaine", estimant dans des raccourcis habituels que les écrivains des Lumières auraient emprunté la notion à la Rome républicaine, comme la "mère et la racine de toutes les erreurs" de l'époque révolutionnaire.

- Heinrich Gothard von TREITSCHKE instruit (1859) dans sa dissertation doctorale le procès de la sociologie naissante, en arguant que l'Etat est "la société organisée de façon unitaire", en sorte que la véritable science du social ne peut être que la science de l'Etat. Sa philosophie politique s'articule autour de la formule : "L'Etat est puissance", et Emile DURKHEIM l'analyse dans son ouvrage L'Allemagne au-dessus de tout (1915). Dans son livre publié en 1897, il exalte la politique de puissance de l'Etat (Machtpolitik) dans l'espace international. Dans cette optique, les Etats sont chacun l'union d'un peuple en puissance indépendante, sont nécessaires à la réalisation de l'homme, à l'expression de sa richesse, à la volonté de la providence. L'Etat a besoin de la confrontation avec d'autres Etats, ce qui permet la manifestation de sa puissance. C'est dans la guerre que l'homme se réalise, faisant triompher sa nature politique et les valeurs nobles contre les préoccupations matérialistes.

"Curieusement, poursuit-elle, ce ne sont pas les défenseurs de l'identité de la société et de l'Etat qui ont le plus vivement critiqué  la politique hégélienne, mais les penseurs libéraux qui ne pardonnèrent pas à Hegel d'avoir en définitive subordonné la société civile à l'Etat. Que Hegel ait pu être considéré par certains comme un apologuète de l'autoritarisme prussien  (Karl Popper, La société ouverte et ses ennemis, 1962) donne la mesure de la mécompréhension dont il fut souvent victime. Car en refusant la confusion entre la société civile et l'Etat, il refusait certes le principe individualiste de la théorie politique libérale, mais en faisant de l'autonomisation  de la société civile la condition de la rationnalité de l'Etat, il justifiait aussi sans réserve ces "droit fondamentaux" imprescriptibles à la norme desquels les libéraux jugent la légitimité des Etats. Ce sont les formes modernes du travail et des échanges qui, dépouillant les individus des s-distinctions statutaires, ethniques, confessionnelles ou nationales et les réduisant uniformément à  leur réalité d'hommes, ont permis la reconnaissance généralisée de ce que "l'homme vaut parce qu'il est un homme, et non parce qu'il est juif, catholique, protestant, allemand, italien, etc. C'est le développement de la société civile moderne, en d'autres termes, qui a permis d'étendre à tous, sans exception, la personnalité juridique, c'est-à-dire la capacité d'être propriétaire, qui a pour corrélat la prohibition de l'esclavage et de toutes les formes de dépendance personnelle. Le status juridicus auquel Kant avait limité, pour l'essentiel, la citoyenneté purement civile, était reconduit aux structures économiques et sociales qui l'avaient rendu concevable. le bourgeois d'une société civile caractérisée d'abord par son mode d'organisation économique (le marché) s'avérait être la condition de la personne dans la pensée juridique.

Les réserves de Hegel envers l'idée cosmopolitique ne tiennent pas à une méconnaissance de la dynamique transnationale des rapports marchands, mais à la conviction qu'un droit reste précaire quand il n'est pas garanti par un pouvoir souverain. La condition de la contrainte, que Kant lui-même avait posées au principe du droit et dont il faisait le critère de la différence entre obligation juridique et devoir moral, ne peut être asurée par une fédération d'Etats (qui ne cèdent rien de leur souveraineté) de la même manière qu'elle l'est à l'intérieur d'un Etat. La validité effective d'un ordre juridique est nécessairement bornée aux limites de l'Etat qui sanctionne les infractions. Dans les rapports mutuels entre les Etats, toute norme universelle est destinée à rester un simple Sollen (impératif moral). S'il est vrai que même dans l'état de guerre, c'est-à-dire de vancance du droit, les Etats doivent veiller à ce que les conditions d'une restauration de la paix soient préservées, cette injonction n'a d'autre garantie que l'universalité des moeurs, elle même il est vrai façonnée par la société civile."

  Parallèlement à la critique de MARX et plus tard à la critique marxienne, de nombreux auteurs revendiquent la distinction entre société civile et Etat, et en Allemagne, notre auteure cite :

- Lorenz von STEIN, économiste et sociologue qui introduit le terme de "mouvement social" dans le langage universitaire, notamment dans son livre Les mouvements socialiste et communiste depuis la troisième révolution française de 1842.

- Robert von MOHL, juriste qui répand le terme Etat de droit, qu'il oppose fondamentalement à l'Etat policier "aristocratique". Adversaire du suffrage universel et de la république comme forme de gouvernement, il est l'auteur d'ouvrages, d'encyclopédies de référence sur la question de l'Etat, de 1833 à 1873.

- Henrich RIEHL.

Tous trois proposent une restructuration de la science de l'Etat qui laisserait la place à une discipline nouvelle, baptisée "histoire naturelle du peuple", "anthropologie sociale", science sociale ou science de la société.

"Mais si la lutte de la bourgeoisie contre les structures politiques et sociales héritées du siècle passé, explique t-elle encore, a conféré un temps à la distinction société civile/Etat une fonction stratégique à la fois dans les discussions relatives au partage des disciplines académiques et dans les polémiques idéologico-politiques (c'est une même aspiration sociale qui supportait aussi bien l'exigence de limiter l'Etat par le droit que la revendication d'autonomie de la sociologie naissante), l'émergence de la "question sociale" fit surgir de nouveaux problèmes qui ne pouvaient être traités avec les instruments théoriques de la première moitié du siècle. Dans les discussions de la sociologie allemande, la distinction typologique et historique entre société et communauté vint supplanter l'opposition entre la société civile et l'Etat ; et le social apparut de plus en plus, non comme un niveau spécifique d'organisation de liens collectifs, mais comme le résultat de multiples facteurs (économiques, juridiques, mais aussi politiques, religieux, idéologiques) qui participent à des titres variés à la socialisation des individus."

 

Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, Etat et société civile, Dictionnaire de philosophie politique, PUF, 2005.

 

PHILIUS

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens