Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 10:10

    Le psychanalyste et professeur de psychopathologie clinique Fethi BENSLAMA, déjà auteur entre autre de La psychanalyse à l'épreuve de l'islam, poursuit son étude de l'exploration de l'islam à la lumière de la psychanalyse, dans la lignée de maintes études de ce genre sur le christianisme et sur d'autres religions, cette fois en tentant de comprendre comment et pourquoi les musulmans sont en état de belligérance entre eux et à l'égard d'eux-mêmes, au nom d'idéaux divergents. Cet ouvrage se présente comme un ensemble de textes déjà parus dans des revues qui s'organisent autour de ce qu'il appelle "la guerre des subjectivité" dans le monde musulman. En s'efforçant d'approcher la question du sujet en islam, question peu étudiée, alors que foisonnent les approches sociales, politiques et économiques. 

Pour lui, cette "guerre des subjectivités" n'est pas "un thème prémédité, mais un diagnostic qui s'est imposé" depuis environ une vingtaine d'années. Il s'est "rendu à l'évidence que ces travaux étaient massivement en prise avec des conflits dont l'enjeu récurrent était les modes d'être sujet dans la civilisation actuelle de l'islam et que, par leur ampleur et par leur violence, ces conflits correspondaient à un situation que l'on peut qualifier d'état de guerre."

Cet état de guerre et cette "guerre des subjectivité" ne sont pas reconnus en tant que tels. Même si le mot guerre est employé lors des hostilités entre Etats, parfois dans le contexte du terrorisme, il ne l'est jamais "comme la condition générale de la vie psychique des musulmans". 

Sans chercher à amoindrir les fruits des approches géopolitiques ou économiques, l'auteur estime qu'il s'agit de restituer un maillon manquant des analyses sans lequel on ne peut comprendre véritablement ce qui se passe en terre d'islam. Il formule une hypothèse générale qui relie tous ces articles, celle d'un cassure historique axiale qui "réside dans l'éclatement de la structure du sujet traditionnel de l'islam et la production, à partir de sa décomposition, de subjectivité agnosiques et antagoniques." 

L'auteur explique dans une longue préface qui éclaire l'ensemble de ses textes ce qu'il entend par là, parcourant l'Histoire, avec cette cassure des Lumières concomitante hélas avec le colonialisme violent. Ainsi évoquant le premier texte, "L'agonie pour la justice", Fethi BENSLAMA entre dans des considérations éclairantes. Cette agonie "dont l'objet est la multiplication des attentats suicide dans le monde musulman, qui concerne "tant de jeunes musulmans, "les rendant aptes à tuer et à se faire tuer, ne peut être compris sans l'état de belligérance généralisée entre des détachements subjectifs dont ils sont à la fois les supports et les serviteurs ; détachements d'une supposition commune qui résultent d'un processus de divergence autour de rapports aussi fondamentaux que ceux du temps, du savoir, à la vérité, à la souveraineté, à la jouissance."

"Tous les textes, poursuit-il, qui composent cet ouvrage ont pour arrière-plan ce processus de divergence, dont la présente introduction est l'explicitation après coup, au sens où le rassemblement de ces textes a produit le temps de comprendre la dimension dont ils sont l'expression : l'existence d'une lutte inexorable mettant en jeu des suppositions éthiques incompatibles, à l'intérieur de l'espace de civilisation contemporain de l'islam. Aussi, peut-on parler de discordance suppositionnelle pour qualifier une situation où des individus, vivant ensemble, ne partagent plus la même conception de ce à quoi ils doivent obéissance, des représentations qu'ils se font de soi et de ses dépendances aux autres et à l'Autre. La discordance se présente sous deux formes : l'une relève du désaccord susceptible d'ouvrir un débat en vue d'un compromis possible ; quant à la seconde forme, elle consiste à exclure des parts de la substance commune, ou pensée comme telle, de part et d'autre, de sorte que se produit un élargissement de l'infondé de la communauté. Cette seconde forme recèle les conséquences les plus graves, dans la mesure où la supposition - au sens classique du suppositum, de ce qui est "posé sous", du substrat, du support, du fondement, auquel appartient le concept de sujet - référée à un nom, à un mythe, à une théorie théologique ou/et politique, se dissocie en éléments disparates, détachés subjectivement. Leurs inimités sont d'autant plus intenses qu'ils appartiennent à la même entité et se disputent le pouvoir en son nom, tel que dans le "Au nom de l'islam" si souvent invoqué, afin de désapproprier d'autres détachements subjectifs de leur légitimité d'être. Les protagonistes se revendiquent du même nom, mais sont simultanément les instigateurs d'une désidentification interne violence. La civilité, au sens où Etienne Balibar la décrit comme un "mouvement d'identification et de désidentification" (voir Violence et civilité, Galilée, 2010) est dès lors en proie à la destructivité. Aussi, à la question : qu'est-ce qui se passe aujourd'hui dans le monde musulman?, un constat s'impose : il y a une guerre civile dans l'islam dont l'objet est le musulman lui-même, ou plus exactement la supposition d'un sujet musulman, appelé à des objectivations de sa subjectivité, de bords différents". L'auteur fait directement référence là aux travaux de Michel FOUCAULT. 

Historiquement située, la cassure axiale dans le monde musulman provient de l'irruption des Lumières qui vient en même temps que le choc colonial, avec la difficulté concrète que si les Lumières n'ont éclairé qu'une mince strate des sociétés islamiques, le colonialisme lui a frappé l'ensemble des populations. Les fractures entre mouvements des réformateurs et mouvements conservateurs, des Lumières et des anti-Lumières, et des contre-Lumières, évoquée ailleurs dans ce blog, ont en islam des implications longues et douloureuses, suivant un jeu croisé entre financements des monarchies pétrolières et aspirations contradictoires à la Réforme.

  On ne peut que recommander la lecture de cet ouvrage, tant il fait sens pour la compréhension des événements qui en Occident et au Moyen-Orient entrent en résonances constantes et pour le public occidental souvent de manière embrouillée non exempte d'a priori réducteurs. Dans cet écheveau, l'auteur ne s'estime pas être seulement observateur, mais chercheur pris dans cette guerre des subjectivité, qu'il le veuille ou non.

Féthi BENSLAMA, la guerre des subjectivité en islam, Lignes, 2014, 380 pages environ.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens