Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 12:26

     La protestation nonviolente et la persuasion font partie d'une des trois méthodes d'action non-violente avec les actions destinées à suspendre la coopération et les méthodes de perturbation. Elles constituent souvent le premier échelon d'une escalade dans l'utilisation de méthodes non-violentes contre une injustice ou une situation. Elles sont surtout symboliques et peuvent être utilisées dans le cadre d'une campagne massive d'information. L'emploi de ces méthode, explique Gene SHARP, "indique que les résistants sont pour ou contre quelque chose, montre si l'opposition est importante ou populaire, et parfois le nombre de participants.

Ces méthodes, poursuit-il, auront un impact à des niveaux divers sur les attitudes des observateurs. Une méthode courante aura peut-être moins d'influence dans un cas isolé que si on l'applique dans un lieu où elle est rare ou nouvelle. Les conditions politiques dans lesquelles cette méthode intervient auront aussi une influence sur son impact. Sous une dictature, un acte de protestation non-violente risque d'être plus rare et dangereux. En conséquence cet acte, s'il se produit, sera plus spectaculaire et recevra plus d'attention que s'il était courant ou n'exposait pas ses auteurs à des sanctions. Le message peut servir à influencer l'adversaire, le public, le groupe de revendication ou une combinaison des trois. Pour tenter d'influencer l'adversaire, on s'applique en général à le convaincre de mettre fin à certains actes ou de faire ce que souhaite le groupe de revendication. On peut aussi choisir des méthodes de protestation non-violente et de persuasion pour faciliter une autre méthode ou l'application ultérieure d'autres méthodes, en particulier les formes de non-coopération."

Gene SHARP esse une liste de 54 méthodes de protestation non-violente et de persuasion, regroupées en 10 sous-catégories :

- Déclarations formelles : Discours publics, Lettres d'opposition ou de soutien, Déclarations par des organisations et institutions, Déclarations publiques signées, Déclaration d'accusation et d'intention, Pétitions de groupe ou de masse.

- Communications avec un public plus large : Slogans, caricatures et symboles (écrits, peints, imprimés, répétés, mimés, gestes), Banderoles, affiches, inscriptions, Prospectus, brochures et livres, Journaux et revues, Disques, radio et télévision, Messages écrits dans les airs ou au sol.

- Représentations de groupe : Délégations, Fausses remises de prix, Groupes de pression, Piquets, Fausses élections.

- Actes publics symboliques : Déploiement de drapeaux et de couleurs symboliques, Port de symboles (pins, badges militants), Prière et culte, Remise d'objets symboliques, Déshabillage de protestation, Destruction de ses propres biens (maisons, documents, papiers d'identité...), Lumières symboliques (flambeaux, lanternes, bougies). Exposition de portraits, Peinture contestataire, Nouveaux panneaux et/ou noms symboliques dans les rues, Bruits symboliques ("airs symboliques" à l'aide de sifflets, cloches, sirènes, vaisselles...), Réappropriations symboliques (saisie de terres ou de bâtiments), Gestes grossiers.

- Pressions sur les individus : "Hanter" des officiels (en les suivant partout, en leur rappelant quelque chose ou en restant silencieux et respectueux), Railler les officiels (se moquer d'eux ou les insulter), Fraterniser (soumettre les personnes à une influence directe intense pour les convaincre que le régime qu'elles servent est injuste), Organiser des veilles.

- Spectacle et musique : Sketchs satiriques et farces, Spectacles de théâtre et concerts, Chants.

- Processions : Défilés, Parades, processions religieuses, Pèlerinages, Défilés de véhicules.

- Hommage aux morts : Deuil politique, Fausses funérailles, Funérailles de protestation, Hommages sur des lieux de sépulture.

- Assemblées publiques : Assemblées de protestation ou de soutien, Rassemblements de protestation, Rassemblements camouflés de protestation, Cours publics avec plusieurs intervenants spécialisés.

- Retraits et renonciations : Abandon de poste, Silence, Refus de récompense, Tourner le dos.

  Toutes ces actions symboliques font partie, on la aura compris, de la panoplie d'expression des opinions publiques, panoplie qui, à force d'expériences, est souvent utilisée à l'écart de toute violence et qui, elle-même, est ou fut l'objet de combats pour sa libre expression. Quand ces actions symboliques sont utilisées pour la première fois ou bravent des interdits officiels spécifiques ou généraux (dans le cas d'état d'urgence ou d'état de siège par exemple...), elles possèdent plus d'impact que lorsqu'il s'agit en fait d'expressions si banalisées qu'il faut réellement qu'elles soient mises en musique dans une solide campagne d'information pour être efficaces.

  Jean-Marie MULLER indique bien que la prise de parole est le premier temps d'une action non-violente. "La résignation est faite essentiellement de silence et la première complicité avec l'injustice est de se taire devant elle. Dès lors, la première action de non-coopération avec une injustice est de rompre avec la majorité silencieuse en prenant la parole sur la place publique. Cette prise de parole est déjà une prise de pouvoir. Elle brise le monopole de la parole que les puissants tendent à acquérir. car ce qui fait la force des pouvoirs publics, c'est le silence des majorités.

Ainsi, poursuit-il, la stratégie de l'action non-violente s'efforce t-elle de mettre en oeuvre la force subversive de la parole. Elle vise à créer un débat public contradictoire qui mette à jour les sophismes et les mensonges des discours qui cartonnent et justifient le désordre établi. 

Une manifestation publique organisée dans la rue est précisément une prise de parole collective par des citoyens qui entendent exercer leur droit à la parole. Concrètement, cette prise de parole publique peut s'exprimer par des tracts, des affiches - "faire parler les murs" -, des banderoles, des pancartes et des slogans. Pour l'efficacité même de la manifestation, il est essentiel que la parole qui l'accompagne demeure non-violente. Le but d'une manifestation est de convaincre ceux qui ne manifestent pas de la justesse à la fois de la dénonciation et de la revendication qu'elle veut exprimer. Or la réceptivité de l'opinion publique est beaucoup plus forte à l'égard d'une manifestation qui s'exprime par une parole non-violente plutôt que par des cris violents. Le langage de la révolte se complait dans l'injure et l'insulte à l'encontre de l'adversaire, mais le cri n'est qu'une parole inarticulée et par conséquent incompréhensible. C'est une erreur de penser qu'une parole est d'autant plus forte qu'elle est plus violente. l'une commence où l'autre cesse. Une parole qui devient violence commence à se nier comme parole. La force de frappe d'une parole vient de sa justesse et non de sa violence. C'est pourquoi l'une des exigences fondamentales de la non-violence est la pacification de la parole.

Dans une stratégie non-violente, la parole et l'action se renforcent l'une l'autre, l'action soulignant la signification de la parole et réciproquement. Au plus fort de la lutte, on peut dire encore que la parole devient action et que l'action devient parole.

Ainsi, les méthodes de l'action non-violente ont-elles, à l'égard du public qui regarde et écoute, une puissance pédagogique et éducative beaucoup plus forte que celle des méthodes de l'action violente. Tandis que la manifestation violente risque fort de n'être qu'un monologue bruyant et confus devant un public qui reste étranger à l'action qui se déroule devant lui mais sans lui, la manifestation non-violente peut devenir un véritable dialogue avec le public qui, déjà, participe à l'action."

  Tous les organisateurs de manifestation connaissent bien les ressorts de cela, au point que tout le monde syndical se dote à chaque manifestation d'un service d'ordre afin d'empêcher que la violence ne couvre leur argumentation. Les pouvoirs publics qui veulent dénigrer une manifestation savent également que le meilleur moyen de saboter l'objectif d'une manifestation est de laisser faire ou même de susciter des désordres violents en son sein, et même devant elle si possible. Les pouvoirs qui soutiennent les injustices savent très bien qu'il s'agit avant tout de rendre la parole inaudible, et de faire concentrer l'attention sur les violences. La violence est spectaculaire et elle tend à rendre les citoyens spectateurs, au détriment de leur possibilités d'acteurs.

 

Jean-Marie MULLER, Lexique de la non-violence, ANV/IRNC, 2ème trimestre 1988. Gene SHARP, La lutte nonviolente, écosociété, 2015.

 

PAXUS

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires