Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 08:19

  Ce concept vient de l'Afrique subsaharienne, mis en exergue par les langues bantoues en Afrique du Sud, est lié à l'histoire de l'apartheid. Il inspire la politique de réconciliation nationale mise en oeuvre par le président Nelson MANDELA. 

  Sans équivalent direct en français (comme d'ailleurs beaucoup de mots bantou), ubuntu exprime la prise de conscience d'un individu qui se définit par le contexte humain dans lequel il vit et par ses relations avec autrui. Popularisé à partir de 2004 par un système d'exploitation du même nom créé par l'entrepreneur sud-africain Mark SHUTTLEWORTH, il désigne également une philosophie politique exprimée par Mgr Desmond TUTU, archevêque anglican sud-africain né en 1931 : une théologie ubuntu de la réconciliation.

   Le terme ubuntu est un concept présent déjà auparavant dans toutes les langues bantu et est remis au gout du jour, en même temps que porté au niveau mondial, avec la fin de l'apartheid en Afrique du Sud. Il apparait surtout vers la moitié du XIXe siècle dans ce pays. Il avait déjà été popularisé dans les années 1950, dans les écrits de Jordan Kush NGUBANE (African Drum Magazine) et dès les années 1970, ubuntu commence à être décrit comme une forme spécifique d'humanisme africain. Dans le contexte de la période de décolonisation des années 1960, ubuntu est employé comme un terme politique de socialisme et humanisme fondé sur les droits des Noirs, et précisément dans la transition à la majorité noire au Zimbabwe et en Afrique du Sud. La première publication importante concernant ce concept apparait en 1980 dans Hunhuism or Ubuntuism : A Zimbabwe Indegenous political Philosophy de Stanlake J.W.T. SAMKANGE. Ce plaidoyer idéologique et politique pour un nouveau Zimbabwe est ensuite "exporté"dans les années 1990 comme un guide pour la transition de l'apartheid à la majorité noire.

 En 1995, la Commission Vérité et Réconciliation menée par Desmond TUTU se donne pour objectif de procéder à des amnisties individuelles aux auteurs de violations des droits de l'homme en échange de la révélation publique de leurs actions. Cette procédure découle directement de la Constitution de 1993, qui énonce "le besoin d'ubuntu et non de victimisation", souvent évoquée pour légitimer des actes de vengeance sous couvert d'un besoin de justice. Cette commission est établie à la suite de longues et difficiles négociations entre l'ANC, espérant la poursuite des responsables des crimes commis pendant l'apartheid, et le gouvernement, exigeant une amnistie pure et simple. Elle eut pour tâche d'assurer une gestion politico-juridique du passé dans le but de promouvoir l'unité nationale et la réconciliation dans un esprit de paix qui dépasse les conflits et les anciennes divisions. Sous la direction de Mgr Desmond TUTU, une équipe représentative de toutes les tendances politiques du pays fut chargée d'entendre les candidats à l'amnistie et d'évaluer leur sincérité, de permettre aux victimes de s'exprimer et de faire connaitre leurs souffrances, de proposer des formes de réparation et de dédommagements.

Cette procédure de traitement du passé, entièrement contrainte par les accords politiques, conclus notamment en 1993, qui interdisaient toute forme de représailles juridiques automatiques contre les anciens dirigeants de l'apartheid est tout à fait exceptionnelle et constitue en quelque sorte un prototype historique pour de nombreuses organisations internationales ayant charge de gérer des après-conflits armés - souvent des après-guerres civiles. Il ne s'agissait pas d'une instance de jugement mais d'un lieu de promotion de la repentance et de la contrition qui se proposait, en échange d'un aveu sincère, public et complet, des crimes politiques commis entre le 1er mars 1960 et le 10 mais 1994, d'offrir l'amnistie et d'accoucher d'une société libérée de son passé. La commission a joué sur un registre consensuel en Afrique du Sud, celui des principes chrétiens de la justice et du pardon. Cet effort a débouché sur une désactivation psychologique du désir de vengeance et contribué à la normalisation du régime. La commission a remis son rapport le 29 octobre 1998. (Dominique DARBON).

   Des centres Ubuntu se réclamant de ces principes ont été créé dans le monde et on peut trouver sur Internet la description de l'activité de certains d'entre eux. Ainsi, pour le "Centre Ubuntu" créé à Genève en 1999, il s'agit de concrétiser cette philosophie à travers différentes activités. Il sert en priorité d'espace de rencontre et d'échanges pour le partage des moments heureux et de communion aux événements douloureux. Espace de formation, c'est aussi un lieu d'intégration, un endroit de documentation sur le Burundi, la région des Grands-Lacs en général. (Laurent KAVAKURE, pour la journée burundaise organisée par l'association "IZERE", à Almere  aux Pays-Bas). Des initiatives Ubuntu sont organisées par le Forum mondial de réseaux de la société civile depuis 2001-2002 (siège en Catalogne, Espagne). 

 

Dominique DARBON, Commission Vérité et Réconciliation, Afrique du Sud, dans Encyclopedia Universalis, 2014. Murithi TIM, An African perspective on peace éducation : ubuntu lessons in réconciliation, International review of éducation, volume 55, 2009. Bertand DAUBAS, "Discours d'Obama pour Mandela : ça veut dire quoi, ubuntu?; www.metronews.fr. Desmond TUTU, Mike NICOL, Croire ubuntu inspirations et paroles de Desmond Tutu, www.lelivrechretien.com. Barbarie CASSIN, Olivier CAYLA, Philippe-Joseph SALAZAR, Vérité, réconciliation, réparation, Le Genre Humain, volume 43, 2004.

 

PAXUS

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires