Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 09:37

   Rédigé au moment où la bataille fait encore rage entre les tenants du néo-libéralisme et les partisans du multilatéralisme, entre les défenseurs des fonctions protectrices des Etats et ceux du libre-échangisme sans contraintes, notamment sociales, ce plaidoyer pour l'ONU, organisation internationale d'Etats, est plutôt le bienvenu. S'il ne fait pas du tout l'impasse sur les faiblesses et les insuffisances des Nations Unies, il montre qu'a contrario, son absence serait encore plus préjudiciable à l'état des relations internationales. Autant sur la paix et la sécurité internatlonales que pour les droits de l'homme, l'action humanitaire, le développement et la lutte contre les changements climatiques, l'ONU et ses organismes spécialisés s'avèrent indispensables.

   Jean-Marc de LA SABLIÈRE est aux premières loges dans l'organisation dont il décrit le fonctionnement, les réussites et les échecs, car représentant permanent de la France auprès des Nations Unies de 2002 à 2005. Sans complaisance, il nous invite à un voyage à l'intérieur des Nations Unies, de ces assemblées générales aux discours particulièrement soporifiques et particulièrement décevants pour tout observateur extérieur, à ces réunions du conseil de sécurité où, de temps en temps, des paroles fortes résonnent dans la marche du monde. Mais aussi dans certaines méandres où avancent - et parfois stagnent ou reculent - l'élaboration de traités, d'accords, de conventions qui marquent, bon an mal an, la planète entière. 

  Le relativement court voyage que nous propose l'auteur, actuellement en charge à Science Po (PSIA) du séminaire sur le Conseil de sécurité, conduit, historiquement d'ailleurs, aux tentatives de réforme de l'organisation internationale. Conscient des difficultés de poursuite de sa mission, il ne cesse au fil de ces pages, ne nous faire comprendre en quoi l'ONU est indispensable. Seul forum mondial permanent, seul lieu de rencontre de responsables de tout genre, de toutes les nationalités, de toutes les religions, de toutes les idéologies aussi, l'ONU s'est heureusement ouverte à la société civile, notamment dans tous ses organisme spécialisés, et cela se révèle une force certaine ) l'heure du déclin - réversible sans doute mais bien présent - des Etats. Même si les tentatives de réforme de cet organisme tentaculaire, procédurier, terriblement bavard, sont pour l'instant de résultat limité, Jean-Marc de LA SABLIÈRE pointe celles qui lui paraissent, comme aux yeux de nombreux acteurs ou observateurs, nécessaires. Que ce soit sur les méthodes de travail, où les choses progressent petit à petit, sur la question du veto pour rendre l'exercice de ce droit plus difficile ou pour l'exclure dans certains cas, cher veto que les puissance permanente du Conseil de sécurité veulent conserver à leur discrétion, sur la composition du Conseil de sécurité où ni l'Afrique, ni l'Amérique Latine ne sont présents, où voudraient enter Japon, Allemagne et bien d'autres, les choses évoluent très lentement. De toute manière, la crédibilité du Conseil de sécurité, comme de l'organisation toute entière dépend beaucoup pour l'avenir du devenir de ces réformes... La capacité de l'ONU à rassembler se révèlent souvent, celle de s'assurer que ses recommandations deviennent opérationnelles beaucoup moins. "Finalement, les Nations unies n'ont certainement pas rendu le monde parfait, loin de là, mais c'est un bien commun trop précieux pour que nous n'ayons pas l'ambition de le défendre et de le réformer", conclut-il.

 

Jean-Marc de La Sablière, Indispensable ONU, Plon, collection Tribune du monde, 2017, 200 pages environ.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angelilie 06/06/2017 15:25

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir. N"hésitez pas à visiter mon blog. lien sur pseudo. à bientôt.