Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 10:24

    Antonio Manuel de Oliveira GUTERRES (né en 1949), homme d'Etat portugais socialiste et fervent catholique, est le neuvième secrétaire général de l'ONU. Elu par l'assemblée général en octobre 2016, il entre en fonction le 1er janvier 2017, après plusieurs tours (de nombreux Etats souhaitaient voir une femme à ce poste). Recentrant le parti socialiste vers la droite, Premier ministre du Portugal de 1995 à 2002, il est connu pour ses positions morales conservatrices. Il possède une grande expérience de Haut Commissaire aux réfugiés (2005-1015), expérience importante de nos jours où de nombreuses guerres, notamment au Moyen-Orient, provoque des mouvements de population très importants. La planète fait face en effet à la plus grande crise de réfugiés depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. 

   Le nouveau secrétaire général se donne pour mission de réaliser les "Objectifs du développement durable" (ODD) adoptés en 2015, dans le contexte d'une omniprésence du thème du développement durable devenu un slogan mondial, dans le contexte également d'un changement climatique aux effets de plus en plus graves. Il entend également rendre, comme maints prédécesseurs, l'ONU plus efficace mais aussi plus démocratique. Ceci à double tire, au niveau de la représentation des Etats devenus parmi les plus importants bloquée notamment par la pratique du veto et au niveau du recrutement du personnel, trop encore inégal. 

   Il se déclare lors de son élection "pleinement conscient des défis auxquels est confronté l'ONU et des limites entourant le Secrétaire général" ll reconnait que "le Secrétaire général à lui seul ne possède pas toutes les réponses, et ne cherche pas non plus à imposer son point de vue." Son rôle est d'être un "rassembleur, un médiateur, quelqu'un qui établit des ponts et un intermédiaire honnête" dans le but d'aider à trouver des solutions qui profitent à toutes les personnes impliquées. Il exprime son engagement envers les personnes les plus vulnérables de la planète, la protection et l'autodétermination des femmes et des filles, la diversité sous toutes ses formes, le développement durable, les droits de l'homme, ainsi que pour une diplomatie capable d'apaiser les tensions et d'apporter des solutions pacifiques. Même si cela apparait comme un discours de langue de bois, il s'inscrit dans la ligne suivant laquelle pour la première fois dans l'histoire de l'ONU, le choix du secrétaire général s'est effectué publiquement, avec des débats particulièrement suivis. Le nouveau secrétaire général parait très soucieux de la transparence qui doit caractériser le fonctionnement des Nations Unies, notamment dans la phase actuelle d'un certain repli des activités et de l'importance au niveau mondial de l'organisation internationale.

Chloé MAUREL, Une brève histoire de l'ONU au fil de ses dirigeants, éditions du croquant, 2017.

 

PAXUS

   

Partager cet article

Repost 0

commentaires