Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 13:54

    Dag Hjalmar Agne Carl HAMMARRSKJOLD (1905-1961), homme d'Etat suédois, second secrétaire général de l'organisation internationale de 1953 à 1961, par ailleurs économiste (secrétaire d'un comité gouvernemental sur le chômage dans son pays), succède immédiatement à Trygve LIE après la démission de celui-ci de ce poste. Elu par l'Assemblée générale en avril 1953, il est réélu secrétaire général en 1957. Il prend précédemment en 1950 une part active à la conférence créant l'UNISSANT, un forum de consultation économique associant le Danemark, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni. Diplomate par tradition familiale, il prend une part active à plusieurs réseaux d'organisations internationales économiques tissées en Europe juste après la Seconde guerre mondiale, dont l'OECE. 

    Pendant les premiers mois, HAMMARRSKJOLD s'attache à remonter le moral des fonctionnaires et à restructurer le Secrétariat. Sous sa direction, celui-ci s'élève à un effectif de 4 000 personnes. Désireux de réaffirmer son contrôle managériale sur le Secrétariat, tout-à-fait dans la ligne prévue par les statuts, il met fin à l'interaction du secrétariat avec les délégations nationales. Spiritualiste, il décide de permettre la participation du Vatican à l'ONU à partir de 1956 (en 1964, le Vatican obtiendra le titre d'observateur permanent à l'ONU, sans être un Etat membre). Essentiellement, dans les deux mandats, dont le second est écourté par un accident d'avion encore soupçonné d'être un attentat dans le cadre de l'affaire du Congo belge, il met en place une diplomatie préventive qui sera une part importante ensuite de l'activité de l'organisation.

     Méthodique, calme, négociateur hors pair, il forge cette "diplomatie préventive, s'attachant à appréhender les causes économiques et sociales des conflits, afin de les désamorcer avant qu'ils ne dégénèrent. Chloé MAUREL écrit que "ses interventions dans la crise du canal de Suez en 1956 (il organise en huit jours une force d'urgence qui permet aux Anglais, Français et Israéliens de se retirer d'Egypte sans perdre la face) et dans la crise de Jordanie en 1958 lui valent la réputation d'un ardent défenseur de la paix." C'est au lendemain de la crise de Suez qu'il lance le prototype des missions de paix de l'ONU, dotant les membres militaires de ces missions de paix de casques bleus. L'action de maintien de la paix l'ONU, qualifiée par lui, faute d'accord entre les grandes puissances, de "chapitre VI et demi" de la Charte, perdurera ensuite et existe toujours aujourd'hui. "Avec cette hésitation, commente notre auteure, on touche à un paradoxe de l'ONU, qui fait que les opérations de maintien de la paix (OMP), bien qu'étant le type d'action le plus connu de l'ONU, résultent à l'origine d'une improvisation, pour remplir le vide créé par la paralysie du système de sécurité collective. En effet, la guerre froide a rapidement bloqué le Conseil de Sécurité collective prévu par le Chapitre VII de la Charte. La notion de sécurité collective prévoyait que l'ONU puisse imposer la paix par la force, sans même le consentement des parties. Au lieu de cela, c'est la notion de maintien de la paix qui s'est imposée, fondée sur l'idée de consentement des pays concernés et de non-utilisation de la force par les casques bleus (sauf pour se défendre). D'où ce mandat, finalement très limité, des casques bleus."

   C'est sous son mandat qu'est créé l'AIEA, (Agence Internationale de l'Energie Atomique) en 1957. Au total, durant son mandat, HAMMARSKJOLD voyage beaucoup sur le terrain pour tenter de résoudre les conflits, s'attachant notamment à assouplir les relations entre Arabes et Israéliens, et (mais en vain) à créer une force onusienne de maintien de la paix pour mettre fin à la guerre du Vietnam. 

      C'est sans doute sous son mandat que la guerre froide à l'ONU fut la plus intense. Les Etats-Unis et l'URSS semblent utiliser le plus possible les instances de l'organisation internationale comme tribune publique (le long discours de CASTRO en 1960, et la même année les chaussures de KHROUTCHEV...) tout en lui déniant une influence déterminante dans le cours des événements. Cela se vérifie particulièrement dans la crise du Congo qui lui coûte la vie. Si l'ONU parviendra finalement à restaurer l'unité du Congo, il ne peut empêcher l'arrivée au pouvoir du général MOBUTU par un coup d'Etat en 1965. Le bilan de l'action de l'ONU au Congo est donc mitigé, l'ONU n'a pas réussi à éviter les violences meurtrières ainsi que l'instauration d'une sévère dictature.

On ne compte plus sous ses deux mandats les campagnes de presse, notamment américaines pour obtenir soit son éviction soit carrément le retrait de l'ONU, campagnes suscitées précisément par la perte d'influence américaine dans l'organisation, au fur et à mesure que le nombre de membres augmente, et que nombre d'organisations reliées s'accroit avec dynamisme. Alors même que sa diplomatie est loin d'être favorable au camp de l'Est de manière générale et à ses différents soutiens dans les pays du Tiers-Monde, témoin son attitude envers Patrice LUMUMBA dans l'affaire du Congo (d'ailleurs sans doute commit-il là une erreur politique en n'accédant pas fermement à la demande du leader africain d'agir par la force pour briser la sécession du Katanga. C'est qu'en donnant à l'ONU sa place revendiquée de centre de la vie diplomatique internationale, le secrétaire général fait plus que de l'ombre à certains groupes politiques et économiques états-uniens. 

       En septembre 1961, Dag HAMMARSKJOLD est en route pour le Congo pour négocier un cessez-le-feu entre les forces de l'ONU et les troupes katangaises de Moïse TSCHOMBE lorsque, dans la nuit du 17 au 18 septembre, son avion s'écrase en Rhodésie du Sud. Il meurt avec quinze autres personnes. C'est un choc pour l'opinion mondiale.

L'année même de sa mort, il lui est attribué à titre posthume le prix Nobel de la paix. Plus récemment, Kofi ANNAN a créé la médaille Dag Hammarskjold qui est décernée à titre posthume aux personnes des forces de l'ONU mortes dans le cadre d'une opération de paix.   Elle a été attribuée pour la première en 1998. L'hypothèse d'un sabotage de son avion, ainsi que celle d'un abattage de l'avion par des mercenaires belges, a été évoquée à maintes reprises mais aucune preuve n'est jusque-là venue l'étayer.

Dag HAMMARSKJOLD laisse un bilan positif et il est très regretté par la communauté internationale à sa mort. Non seulement il parient à détacher relativement bien l'organisation des préoccupations intérieures de certains Etats membres, dans leur paranoïa anti-communiste, mais parvint à mettre l'organisation enfin en état de marche quant à ses missions. Il faudrait certainement faire une étude sur les réglementations mises en place quant aux responsabilités et aux droits du personnel, notamment du secrétaire général, pour mesurer toutes les limites mises à ces ingérences. Concernant précisément la chasse aux communistes maccarthysme, en arrivant à la tête de l'ONU en pleine crise, le nouveau secrétaire général prit le premier prétexte en nombre 1953 pour arrêter la longue enquête du FBI. Laquelle, comme d'ailleurs partout ailleurs sur le territoire des Etats-Unis, n'a pas conduit à des révélations sur une supposée infiltration communistes chez les agents américains de l'ONU ; finalement les USA ont dû payer des compensations aux onze employés de l'ONU inquiétés. 

La Bibliothèque Dag-Hammarskjold, au siège de l'organisation internationale à New-York,  consacrée à sa mémoire, est spécialisée dans deux domaines majeurs. Elle est le dépositaire principal des documents et des publications de l'ONU et maintient une collection de documents produits par les institutions spécialisées et par les organismes affiliés aux Nations Unies. La bibliothèque recueille également des livres, journaux et autres documents relatifs aux programmes et aux activités de l'organisation (www.library.un.org.fr).

 

Chloé MAUREL, Une brève histoire de l'ONU au fil de ses dirigeants, éditions du croquant, 2017.

 

PAXUS

  

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires