Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 08:24

     Maha Thray Sithu U THANT (1909-1974), homme politique birman est le troisième secrétaire général des Nations Unies, durant un peu plus de dix. D'abord spécialisé dans la communication (dès l'indépendance de la Birmanie en 1948, il accède au poste de directeur de la radiodiffusion, puis en 1949 de secrétaire au ministère de l'information), U THANT est à partir du début des années 1950 le plus proche confident et conseiller de U NU. Il participe à la Conférence de Bandoug en 1955 en tant que secrétaire et joue un rôle très actif à l'ONU dès 1952, où il devient membre de la délégation birmane aux Nations Unies, puis de 1957  à 1961, représentant permanent de son pays à l'ONU.

   Il est élu à la mort de Dag HAMMARKSJOD, en 1961, à l'unanimité par l'Assemblée générale, réélu en 1966, pour démissionné en décembre 1971. "Au cours des dix années passées à la tête de l'ONU, écrit Chloé MAUREL, U Thant, calme, simple et direct, proche du courant socialiste, a suscité l'admiration pour son intégrité, son courage, et son talent de négociateur. Il a été ainsi un ferme opposant à l'apartheid en Afrique du Sud. Cependant il a aussi montré des défauts sur le plan de l'administration (...)". Religieux, bouddhiste, il accepte que le Vatican soit représenté par un observateur à l'ONU, et en cela se situe bien dans un mouvement général d'oecuménisme même si bien entendu l'ONU a un caractère strictement laïc. Il s'oppose souvent à la France, et ce n'est pas seulement parce qu'il ne parle pas français...

   Ses deux mandats sont marqués par la poursuite de la guerre froide, mais sur un mode moins violent. C'est sous son premier mandat que, dans la logique du mouvement de décolonisation, l'Organisation Internationale du Travail devient opérationnelle dans les pays du Sud. 

     Dans le fil droit d'une diplomatie volontariste impulsée par son prédécesseur, l'ONU s'implique dans plusieurs conflits, au Congo, à Cuba, en Inde, au Pakistan, en République Dominicaine, au Moyen-Orient et au VietNam. Confronté à la crise de Cuba en 1962, il tente de faire une médiation, appelant les deux parties à négocier, à un moment où l'évolution de la crise amène les protagonistes à se rapprocher. L'impact de son intervention reste à mesure, mais il semble que son rôle ait été modeste. Bien plus, le secrétaire général est occupé par le dénouement de la guerre civile au Congo, par le conflit gréco-turc concernant Chypre où il établit une force de maintien de la paix en 1964 et par la guerre indo-pakistanaise de 1965 où il se rend sur place pour élaborer un cessez-le-feu. U THANT est très fortement critiqué aux Etats-Unis et en Israël, car il accepte de retirer les troupes de l'ONU (FUNU), interposée entre l'Egypte et Israël, au Sinaï, à la demande de l'Eglype. Malgré ses efforts, il ne peut empêcher le déclenchement de la guerre des Six jours en juin 1967, et certains lui reprochent une erreur stratégique en retirant la FUNU. 

    Parce qu'il critique les Etats-Unis au sujet de la guerre du VietNam et qu'il tente des négociations pour y établir la paix, ses relations avec les Américains se détériorent, et le thème du retrait de l'ONU est relancé encore une fois. Par la suite, la diplomatie d'U THANT se fait largement plus prudente, tendant à adopter une position neutre dans dans les conflits. Ainsi Chloé MAUREL résume : "En août 1968, l'URSS réprime le printemps de prague en envoyant les armées de cinq pays du Pacte de Varsovie. Le lendemain, à la session du Conseil de sécurité de l'ONU, le ministre tchécoslovaque des Affaires étrangères s'élève avec force contre l'occupation de son pays. Mais l'URSS utilise son veto. Le 31 août, les représentants du printemps de Prague sont relevés de leurs fonctions. Finalement, l'ONU n'a pas pu intervenir dans cette crise. Les pays occidentaux n'ont pas vraiment insisté en ce sens, car ils voulaient poursuivre leurs bonnes relations avec l'URSS, en cette période de détente, et continuer les négociations Est-Ouest sur le désarmement atomique. En 1970, les Etats-Unis ont utilisé pour la première fois leur veto, au sujet de la Rhodésie du Sud. Ce pays ségrégationniste avait déclaré unilatéralement son indépendance du Royaume-Uni en 1965, et l'ONU a décidé, en 1970, d'isoler cet Etat qui ne respectait pas les droits de l'homme. Les Etats-Unis ainsi que le Royaume-Uni se sont élevés contre cette décision, protégeant le gouvernement raciste de Rhodésie, et agissant en faveur des multinationales qui faisaient du profit en commercialisant les métaux rares présents dans le sous-sol de la Rhodésie."

    Ne pouvant agir réellement sur le plan politique sur la scène diplomatique, le secrétaire général, poussé par les différentes forces issues et parties prenantes de la décolonisation, et également par l'entrée massive de pays du Tiers-Monde à l'ONU, favorise une expansion des activités économiques et sociales de l'organisation internationale. Il contribue à la mise en place de plusieurs structures onusiennes dans le domaine du développement, de la recherche et de l'environnement (Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en 1966, Université des Nations Unies, Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) en 1964, véritable tribune pour les pays du Sud, réunis d'ailleurs dans le puissant "groupe de 77", Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAB) en 1963, Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUB) en 1972). Le secrétaire général incite également l'ONU à s'occuper des catastrophes naturelles et des désastres causés par l'homme. Il établit le poste de coordinateur du bureau des Nations Unies pour les secours au désastre.

    Le mandat de U THANT est aussi marqué par l'adoption du texte important du Traité de non-prolifération. Son action est constamment marquée par le souci de la coexistence pacifique entre les deux super-puissances. 

  La documentation sur les activités du secrétaire général U THANT est réunie en grande partie à l'ONU, répartie en différentes déclarations, discours et compte-rendus de commission, notamment autour des opérations de maintien de la paix, outre ses Souvenirs et différents Records privés. 

 

Chloé MAUREL, Une brève histoire de l'ONU au fil de ses dirigeants, éditions du croquant, 2017.

 

PAXUS

Partager cet article

Repost 0

commentaires