Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 08:44

    Edward Nicolae LUTTWAK, d'ascendance roumaine, historien et spécialiste en stratégie américain est un stratégiste des plus connus dans le monde. Membre du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington DC, il construit une théorie générale de la stratégie tant au travers d'ouvrages généraux sur ce thème que d'études historiques sur des empires (Empire romain, Empire byzantin, Empire soviétique, Empire américain...). 

   Consultant de diverses institutions militaires des Etats-Unis, il élabore une réflexion originale sur la stratégie, non exempte d'aspects critiques envers une stratégie entièrement militaire. et la stratégie adoptée par son pays. Il fournit des services de consultation pour les gouvernements et les entreprises, y compris les diverses branches du gouvernement des Etats-Unis et de l'armée américaine. Il a été conseiller au Bureau du secrétariat de la défense, le Conseil de sécurité nationale, le Département d'Etat des Etats-Unis, la marine, l'armée et l'Air force. Ainsi que pour plusieurs secteurs de la défense de l'OTAN. Travaillant pour OSD/Assesment, il a co-développé le concept de guerre de manoeuvre actuelle. Au TRADOC, il introduit le "niveau opérationnel de la guerre" dans la doctrine de l'armée américaine et écrit le premier manuel pour l'organisme de service spécial, et co-développé le concept de Force de de déployement rapide (et plus tard celui de commandement central américain) pour le Bureau du secrétaire de la défense de la sécurité internationale.

   Conférencier très demandé et consultant, il est connu pour ses idées politiques novatrices, suggérant par exemple que les tentatives des grandes puissances pour réprimer les guerres régionales soient prolongées. Son livre Coup d'Etat (1979) est un guide pratique imprimé de nombreuses fois et traduit en 18 langues. Son livre Stratégie : la logique de la guerre et de la paix est utilisé comme un manuel dans les écoles de guerre et les universités.

       Contrairement à de nombreux confrères aux Etats-Unis, il prévoit par exemple la fin de l'Empire soviétique et adopte des attitudes critiques envers l'engagement américain en Irak (avec des arguments pas toujours vérifiés toutefois...). Il ne pense pas que la présidence de TRUMP soit l'accession de changements profonds dans la politique extérieure américaine. 

    Il existe pour lui cinq niveaux interdépendants de la stratégie, idée développée dans Le Paradoxe de la stratégie (1987) :

- niveau de la Grande stratégie

- niveau des stratégies de théâtre

- niveau des stratégies opératives

- niveau tactique

- niveau technique.

Dans ce livre, Edward LUTTWAK veut restaurer une "vraie stratégie", se situant dans une perspective culturaliste. Il s'agit pour lui, ainsi que pour la génération du moment de restaurer la pensée stratégique : Il faut : 

- surmonter la rupture nucléaire en réactualisant le concept de victoire ;

- réduire le flux de pensée de l'arme control ;

- restaurer une authenticité stratégique en ne s'appuyant plus sur la science économique, la gestion et les mathématiques, mais sur les disciplines qui ont toujours servi la pensée stratégique : l'histoire et la géographie. 

Tout dans la guerre est antinomie : dans le domaine technologique (le mieux est souvent l'ennemi du bien), au niveau de l'efficacité stratégique (qui contredit l'économie). La guerre est faite de paradoxes qui n'obéissent pas à une logique linéaire (à l'inverse de la rationalité économique ou de la vie courante). Cette logique paradoxale connait plusieurs phase : action-culmination - déclin-renversement. En effet, tel est la paradoxe de l'arme nucléaire, qui du fait de son excès de puissance, a très rapidement atteint un point culminant d'efficacité et donc entamé son "déclin". Elle ne peut servir aucune stratégie militaire, encore moins en constituer une par ses propres effets (concept de non-stratégie). Pour LUTTWAK, "l'affrontement dynamique des volontés opposées est la source unique de cette logique invariable mais les facteurs qu'elle conditionne varient selon le niveau de la rencontre". Il définit ainsi les 5 niveaux qui forment une hiérarchie, mais qui ont des interactions les uns avec les autres. La stratégie possède deux dimensions : la dimension verticale (superposition des différents niveaux) et la dimension horizontale qui est celle "de la logique dynamique qui déploie ses effets, concurremment, à chacun de ces niveaux" qui correspond au paradoxe de la stratégie. Le propos de LUTTWAK n'est pas de donner une définition abstraite de la stratégie, mais plutôt de montrer "les lignes de partage de la stratification naturelle des phénomènes conflictuels", car "les définitions abstraites ne peuvent nous livrer que les formes creuses de la stratégie et non son contenu changeant". Il n'a, en effet, que l'intention d'exprimer les réalités objectives qu'il a observées, notamment à travers un cas d'espèce : la défense de l'Europe occidentale face à l'armée soviétique et qu'il va comparer avec les doctrines normatives d'institutions ou d'observateurs intéressés. (Etienne de DURAND).

   Bien qu'il travaille souvent sur des ouvrages de seconde main (auteurs spécialisés sur l'un ou l'autre thème), il connait un succès critique tant dans les milieux universitaires que dans le grand public. La grande stratégie de l'empire romain (1976) est reconnu, bien que LUTTWAK ne soit pas un spécialiste de l'Antiquité comme apportant une lecture globale originale. Son livre a relancé l'étude de l'armée romaine et des frontières (défense en profondeur) de l'Empire romain. 

  Il fait partie des comités de rédaction de Géopolitique, de la revue des études stratégiques, de l'European Journal et du Washington Quaterly.

Si la plus grande partie de son travail porte sur les relations Est-Ouest, ses élaborations théoriques s'appuient aussi sur l'étude des grands empires dans l'Histoire.

On peut citer ainsi ses ouvrages principaux :

- A Dictionary of Modern War (1971), The Strategic Balance (1972), The Political Uses of sea power (1974) ; The US-USSR Nuclear Weapons Balance (1974), Strategic Power : Military capabilities and Political Utility (1976) ; Sea Power in the Mediterranean : Political utility and military constraints (1979) ; The rise of China, the logic of strategy (2012)...

- The Grand Strategy of the Roman Empire from the first century to the Third (1976) ; The Grand strategy of the Soviet Union (1983) ; The Israeli Army (1983) ; The Pentagon and Art of War (1984) ; Strategy and History (1985) ; Strategy : The logic of War and Peace (2002) ; The Grand strategy of byzantine Empire (2009)....

 

Edward LUTTWAK, Le Grand livre de la stratégie, Odile Jacob, 2002 ; La Grande Stratégie de l'empire romain, Economica, 2011 ; la grande stratégie de l'empire byzantin, Odile Jacob, 2010 ; le paradoxe de la stratégie, Odile Jacob, 1989.

Etienne de DURAND, Fiche de lecture de Le paradoxe de la stratégie, www.thomas.petit.gr.free.fr, 2002.

Partager cet article

Repost 0
Published by GIL - dans AUTEURS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens