Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 09:10

  En partie centré sur les bombardements nucléaires au Japon en 1945, ce petit livre, qui reflète assez bien l'opinion majoritaire américaine aujourd'hui concernant ceux-ci, évoque presque toute la gamme des arguments sur l'inutilité des bombardements aériens. A l'encontre de la doctrine officielle initiée par le général Giulio DOUHET (1869-1930), les bombardements aériens, pour destructeurs qu'ils soient, n'ont jamais entamé, où qu'ils soient effectués, le moral des populations en guerre et ont plutôt renforcé à chaque fois le soutien de celles-ci au pouvoir politique, quel que soit sa nature, démocratie ou despotisme. Concernant le Japon, la décision de capituler date d'avant ces bombardements atomiques, comme l'attestent de nos jours pratiquement toutes les sources. Sur une utilité strictement militaire, la grande imprécision des bombardements massifs fait qu'ils détruisent bien plus d'habitations que d'usines ou d'installations militaires.

     Mais Howard ZINN (1922-2010), qui a lui-même participé de plein gré à des bombardements, dont celui de la ville de Royan, en France, et qui a accueillit avec joie le bombardement d'Hiroshima parce qu'il mettait, dans l'esprit des opinions publiques d'alors, à la guerre mondiale, insiste surtout sur l'aspect moral de ces actions militaires. Alors que les Alliés se targuent d'appartenir à une civilisation démocratique en lutte contre le démon nazi ou contre la dictature nippone, quelle différence y-a-t-il entre eux dès lors qu'ils utilisent les mêmes moyens immoraux de faire la guerre. Tuer des civils, indistinctement hommes, femmes et enfants peut-il avoir une justification quelconque quand on se réclame d'une société qui entend respecter les droits de l'homme et du citoyen? 

    Ce livre entendait en 1995 faire contrepoids aux discours officiels - de moins en moins tenables d'ailleurs - qui entouraient la célébration du cinquantième anniversaire des bombardements nucléaires. Sa réédition en 2010 (au 65ème anniversaire) s'inscrit dans un ensemble de littératures scientifiques et journalistiques leur déniant toute utilité, et replaçant les bombardements plutôt dans le début de la guerre froide entre les Etats-Unis et l'URSS. Au moment où les gouvernements martèlent qu'ils entendent lutter contre le terrorisme, la mise en perspective de ces bombardements permet de qualifier précisément les Etats de terroristes, et ce ne sont pas les récents bombardements d'Irak ou de Syrie qui vont démontrer le contraire...

      Divisé en deux parties, Hiroshima, briser le silence et Le bombardement de Royan d'avril 1945,  ce dernier se révélant comme le résultat d'une succession d'erreurs du commandement allié, le livre apporte quantité d'arguments, références nombreuses à l'appui, sur l'inefficacité et l'immoralité non seulement des bombardements nucléaires mais de tous les bombardements massifs par voie aérienne. On ne peut qu'être frappé du nombre important de témoignages d'acteurs (pilotes, gradés, responsables politiques et militaires) culpabilisés après coup à cause des destructions des vies humaine (qui se comptent par centaines de milliers...) causées par ces bombardements.

Reproduisons ici simplement les dernières lignes de ce livre : "On peut toujours attribuer, en toute légitimité, une responsabilité à autrui. Pour l'exemple, film remarquable (Joseph LOSEY, 1964) ayant pour trame la Première Guerre mondiale, raconte l'histoire d'un paysan naïf qui, écoeuré de la boucherie des tranchées, décide un jour de déserter. En Cour martiale, au terme d'un procès en deux étapes, il est condamné à mort. Bien que personne ne considère vraiment que son exécution est justifiée, les officiers ayant pris part à une étape peuvent imputer la responsabilité du verdict à ceux qui ont participé à l'autre. En fait, le tribunal de première instance l'a condamné pour l'exemple, et souhaite au fond que le verdict soit renversé en Cour d'appel. Cette dernière, qui confirme plutôt le jugement, peut faire valoir que la condamnation à mort ne relève pas d'elle. L'homme est donc fusillé. On rappelle qu'une telle façon de faire remonte à l'Inquisition, où l'Eglise seule mentit le procès alors que l'Etat se chargeait de l'exécution, si bien qu'on ne pouvait savoir qui de Dieu ou des hommes était à l'origine de la décision.

Le mal qui fait aujourd'hui l'objet d'une production de masse, exige une division du travail de plus en plus complexe, si bien que plus personne ne peut être tenu directement responsable des horreurs ayant cours. Cependant, tout le monde porte une responsabilité négative, car n'importe qui peut tenter d'enrayer la machine. Bien entendu, rares sont qui disposent des outils nécessaires, mais il reste aux autres leurs mains et leurs pieds. La capacité de nuire à cette terrible progression est donc inégalement répartie, si bien que le sacrifice à consentir varie selon les moyens donc chacun dispose. Dans cette transformation perverse de la nature qu'on appelle société (la nature semble outiller chaque espèce selon ses besoins propres), plus grande est la capacité d'un individu de s'opposer au mal, moins pressant est son désir de le faire.

Ce sont les victimes désignées, celles d'aujourd'hui comme celles de demain, qui en éprouvent le plus grand besoin et qui ont le moins de moyens à leurs disposition. Il ne leur reste que leurs corps (ce qui pourrait expliquer pourquoi la rébellion est un phénomène si rare). Voilà qui pourrait inciter ceux d'entre nous qui, non contraints à l'usage de leurs seules mains nues, souhaitent le moindrement voir la machine s'enrayer, à s'engager dans la recherche d'une issue à l'impasse sociale.

Il est possible qu'un tel choix exige de dénoncer les croisades mensongères, ou à tout le moins telle ou telle opération ayant lieu dans le cadre d'une campagne légitime. Il ne faut cependant jamais se laisser paralyser par les gestes d'autrui, par les vérités d'une autre époque. Il faut agir en son âme et conscience, au nom de notre humanité commune et à l'encontre de ces abstractions que sont le devoir et l'obéissance."

 

Howard ZINN, La bombe, De l'inutilité des bombardements aériens, Lux éditeur, 2011, 90 pages

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens