Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 10:09

    Si l'image que l'on a aujourd'hui de l'Empire assyrien, qui est celle d'un Etat cruel, voué à la guerre et pratiquant cet art avec une cruauté raffinée, n'est pas vraiment démentie par l'ouvrage de Frederick Mario FALES, il y apporte un certain nombre de nuances. Pour le chercheur en sciences religieuses à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, l'un des meilleurs spécialistes de la deuxième grande période assyrienne, au vu des documents disponibles (textes et archéologie), s'il est vrai que les Assyriens affichent (et ne font pas qu'afficher) une politique de conquête sans merci, il est tout à fait vrai aussi que leurs souverains préfèrent les solutions pacifiques. Et que les peuples (même déportés) qui affirment leur allégeance à l'Empire restent libres d'honorer leurs dieux, de respecter leurs traditions culturelles et d'organiser même dans certains cas leur vie politique interne.

Ses quatre conférences prononcées en 2007 regroupées dans cet ouvrage concernent la période dite "néo-assyrienne", du IXe au VIIe siècle av JC. 

   Son étude de l'Assyrie fait suite à celle de Florence MALBRAN-LABAT, qui avait déjà en 1972, décortiqué les lettres des Sargonies trouvées à Ninive. Depuis cette date, les publications et re-publications des textes néo-assyriens se sont multipliées (S. PARPOLA), complétées entre autres par l'auteur de cet ouvrage, dans les années 1990.

Son ouvrage commence par établir un bilan historiographie de cette période historique, dont les premiers travaux y ont été consacrés depuis le milieu du XIXème siècle. La redécouverte de cette civilisation assyrienne à cette époque s'est faite dans l'enthousiasme, un enthousiasme peu regardant sur les réalités guerrières de l'époque. Depuis les horreurs des deux guerres mondiales, nous ne pouvons évidemment pas regarder toute cette documentation, qui se répartit entre inscriptions royales et grands bas-relief des palais, avec le même regard. D'autant que l'on découvert depuis, au fur et à mesure des recherches sur le terrain, les moins reluisantes pratiques de l'Empire assyrien. 

C'est que par exemple, les inscriptions royales insistent sur la destruction totale des villes et le massacre des ennemis (même si dans la pratique cela n'est jamais complètement réalisé), sur l'organisation du pillage (très important pour les partages "équitables" des butins), et sur les déportations massives des populations. Les lettres témoignent des difficultés logistiques d'acheminement des populations vers les lieux décidés par le souverain. 

Cependant, l'ouvrage se termine par une étude du concept de "paix". A l'intérieur de l'Empire, la sécurité était assurée par l'armée et l'administration civile. Avec les Etats alliés, les bonnes relations pouvaient être formalisées par des traités. La présence assyrienne permettait parfois de développer l'économie d'une ville ou d'une région. Avec les autres Etats souverains, les Assyriens auraient cherché la paix. La guerre, toujours considérée comme une violation à l'initiative de l'ennemi - vieille méthode qui se retrouve dans tous les Empires qui suivent - de cet état de paix, déchaînait la juste fureur divine et permettait au roi de se présenter comme celui qui cherchait à rétablir l'ordre cosmique. 

Des listes des principaux souverains, des figures très parlantes sont réparties dans l'ouvrage. Il est conseillé pour ces figures d'utiliser une loupe pour leur bonne compréhension (loupe matérielle ou loupe virtuelle).

Ce livre remarquable est conseillé à tous les étudiants et chercheurs intéressés par cette période.

 

Frederick Mario FALES, Guerre et paix en Assyrie - Religion et impérialisme, Editions du Cerf, 2010, 246 pages.

Brigitte LION, Compte Rendus, Généralités, tome 115- 2013, n° 1; Revue des Études anciennes. Florence MALBRAN, L'armée et l'organisation militaire de l'Assyrie sous les Sargonides, d'après les lettres (1470 en tout, ce qui est loin d'être rachitique...) trouvées à Ninive, Ecole Pratique des Hautes Etudes, 4ème section, Sciences historiques et philologiques, Annuaire 1971-1972, 1972.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens