Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 13:37

     Le spécialiste des questions stratégiques, directeur d'études à l'EHESS, poursuit là sa réflexion sur le monde post-guerre froide et sur l'état actuel de l'empire "américain". Intitulé spéculations financières, guerres robotique, résistance démocratique, on trouve dans ce livre analysés des aspects de la mondialisation en ce début du XXIe siècle. Pour Alain, il s'agit toujours de la guerre, qu'elle soit économique, physique ou intellectuelle.

Pour lui, ce n'est pas d'une guerre qu'il faut parler, mais d'une combinaison de guerres par lequel le capitalisme poursuit ses oeuvres : il consacre à chacun de ces aspects un chapitre. 

Il développe d'abord ce qu'il appelle "société insécuritaire" globale. Qu'est-ce qui relève, dans les crises actuelles, de l'accident technique ou de la volonté politique? Fukushima et la crise des supprimes en sont emblématiques. Sous cet angle, la réflexion de l'auteur est particulièrement intéressante, cat elle tente d'éclairer l'intrication profonde entre le "technique" et le "politiques". Un enchevêtrement, dans un monde de plus en plus rapide, bien difficile de démêler.

Alain JOXE revient sur les guerres menées sous la houlette des Etats-Unis, des guerres selon lui politico-économiques, "sans but politique fixe. A l'heure où les Bourse et les marchés mondiaux sont lancés dans la course au millième de milliseconde (le trading haute fréquence), l'auteur fait le parallèle entre la gestion désormais entièrement informatisée des marchés et la robotisation de la guerre : supercalculateurs capables de déclencher une attaque massive contre une valeur ou une monnaie d'un côté, drôles de l'autre. Dans le domaine économique aussi, la guerre "propre" ne le reste jamais bien longtemps. A qui profite cette évolution? A une nouvelle noblesses rentière dénationalisée", écrit-il qui rappelle au passage que "l'esclavage pour dette" était déjà condamné dans l'Antiquité.

On peut reprocher à l'auteur de se focaliser excessivement sur le phénomène de la spéculation, celle-ci n'étant qu'un des aspects de la dimension désormais planétaire de la technique. Nous vivons sous la menace d'un "Hitler invisible", affirme Alain JOXE, pour souligner le risque de conflagration majeure que fait peser sur la planète un capitalisme débridé.

De façon convaincante, l'auteur plaide pour un nouveau "réalisme" à l'échelle mondiale. "Il est devenu essentiel de regrouper les nations démocratiques en une fédération capable, par son poids, de se défendre contre les nuisances de la finance, écrit-il. En prévenant que seule une revitalisation démocratique de l'Union Européenne, pour l'instant encore trop sous l'emprise de ce capitalisme financier, permettra d'éviter les replis régionalistes ou fascisants.

Au total, il s'agit d'un essai ambitieux, dans lequel, à son habitude, Alain JOXE manie les concepts avec brio. Il montre que les mutations économiques, militaires et technologiques qui  se combinent dans une accélération des décisions efface le temps long du politique et fabrique un système incapable de réguler la finance ou la violence. Pour en finir avec la dictature des marchés, une mobilisation éthique commence en faveur de la conversion de l'Europe, seule force qu'il voit pour l'instant capable d'inverser la tendance. Chemin faisant, il montre que le temps de CLAUSEWITZ risque bien de finir : plus de victoires décisives, que des guerres qui n'en finissent pas, s'enchainant très vite l'une l'autre. Son analyse des fins de guerre de Barak OBAMA par exemple tend à indiquer que, faute de décision sur le terrain et même faute de "buts de guerre" bien définis, des territoires de plus en plus étendu sont en proie à la violence, et d'une violence de plus en plus automatisée. La nouvelle "noblesse dénationalisée" ne s'intéresse ni aux buts de guerre bien définis, ni aux dégâts "collatéraux" de ce qu'elle favorise dans le monde entier, du monde que "son" système continue de fonctionner.

 

Alain Joxe, les guerres de l'empire global, La Découverte, 2012, 260 pages. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens