Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 08:06

   On s'attache ici à la situation bien spécifique de l'Empire des Mamelouks qui gouvernèrent l'Egypte l'Egypte entre 1250 et 1517. Les Mamelouks étaient à l'origine d'anciens esclaves rattachés à la dynastie des Ayyoubides (descendant du kurde SALADIN), afin de servir dans l'armée. Une telle coutume existait depuis des siècles en Asie occidentale, et l'esclave militaire, très souvent originaire d'Asie centrale, est une institution instaurée dès le IXe siècle, sous la dynastie des Abbassides à Bagdad. C'est dire que ces esclaves militaires ont eu le temps d'acquérir une compétence technique et militaire importante.

Les Mamelouks finissent par renverser leurs maîtres et établissent une aristocratie militaires qui continue à grossir ses rangs en achetant des esclaves de diverses régions, dont la Russie méridionale et les Balkans. D'autres esclaves militaires parviennent également au XIIIe siècle à établir une dynastie en Inde du Nord. Ce processus d'usurpation du pouvoir était évidemment facilité par le fait que les mamelouks représentaient le bras armé de l'Etat.

    L'histoire de la dynastie des Mamelouks en Egypte est généralement divisée en deux périodes :

- 1250-1382, pendant laquelle ce sont les mamelouks d'origine turcophone qui sont les détenteurs du pouvoir.

- 1382-1517, où les éléments d'origine caucasienne (Tchekesses) sont majoritaires.

La première période est de loin la plus remarquable sur le plan militaire. issus d'une tradition cavalière, les mamelouks continuent de tenir la cavalerie comme essentielle pour le harcèlement et pour le choc.

Ils donnèrent le coup de grâce aux Etats latins créés par les Croisés. Ces derniers, déjà affaiblis et démographiquement pauvres, succombèrent sous leurs coups. Les mamelouks essayèrent aussi d'imposer leur contrôle sur la petite Arménie et sur l'Anatolie orientale. Afin de consolider leur pouvoir et de se garder des arrières, ils s'efforcèrent de renforcer leurs positions en Nubie (sud de l'Egypte).

Lorsque les Mongols se rendirent maîtres de Bagdad (1258), ce furent les Mamelouks qui devinrent les champions de l'Islam en installant le calife - privé de pouvoir - au Caire. En 1260, à la bataille d'Ain Jalut, une armée mamelouk remporte une victoire contre un contingent de Mongols jusque là invaincus. Cette bataille est considérée comme marquant un coup d'arrêt à l'expansion mongole au proche Orient. Bien que le contingent mongol fû seulement une unité réduire en nombre, l'impact de la bataille est considérable, et il est intéressant de noter que les Mongols rencontraient une troupe hautement disciplinées et fondée sur des traditions nomades similaires. Comme à d'autres moments dans l'Histoire, des troupes auparavant inférieures se mettent à se battre selon les méthodes de leurs adversaires et l'emportent, c'est le cas des Mamelouks qui se battent "à la mongole", comme cela avait été le cas auparavant des troupes barbares qui se mirent à se battre "à la romaine". 

Les plus glorieux des sultans mamelouks sont BAYBARS (1260-1277), qui est l'objet d'une geste célèbres écrite au XVe siècle, et ALI-MALIK-AN-NASIR (1293-1341). Par la suite, les conditions économiques de l'Egypte, les factions entre mamelouks et les épidémies concourent à l'affaiblissement de la dynastie, marquée par la montée au pouvoir des Circassiens. 

Les mamelouks, comme tant d'autres, sont défaits par TAMERLAN (1400). Mais le sultan BARSBAY (1422-1438) restaure la stabilité du pays et entreprend une politique d'expansion. Chypre est conquise en 1426. A cette date, l'Empire mamelouk continue d'englober, outre l'Egypte, la Palestine et la Syrie. Partiellement ruinés par le commerce aux mains des Portugais en mer Rouge, les mamelouks subissent d'abord la pressions de Ottomans en Syrie avant d'être définitivement vaincus en 1517 par l'artillerie ottomane, arme dont ils méprisaient l'usage et à laquelle ils ne peuvent opposer que leur traditionnelle cavalerie. Le sultanat mamelouk est aboli, mais les mamelouks continuent d'exercer une influence importante comme force militaire. Peu à peu, ils pénètrent la caste dirigeante ottomane et la dominent. Avec la période ottomane, une importante rupture apparait dans l'institution mamelouk. Celle-ci, contrairement à la période de la dynastie mamelouk, devient héréditaire. Par voie de conséquence, les différentes grandes maisons se concurrencent pour essayer de dominer le pays, provoquant ainsi une instabilité politique supplémentaire. Néanmoins, les mamelouks, bien que coiffés par une gouverneur ottoman, détiennent encore aux XVIIe-XVIIIe siècles la réalité du pouvoir. Ce qui tend à montrer qu'il faut toujours distinguer la forme officielle des Empires de leur réalité effective. Si les Mamelouks détiennent la réalité du pouvoir jusqu'à très tardivement, la façon dont fonctionne l'Etat-Empire se distingue nettement du reste de l'Empire ottoman qui, du reste, ne fonctionne pas comme un Empire unifié politiquement, mais assure néanmoins l'essentiel de ce qu'en attendent les forces économiques, la circulation sécurisée des marchandises et des esclaves... 

   Lorsque BONAPARTE entreprend son expédition d'Egypte, il rencontre la cavalerie mamelouk (1798) qui, certaine de l'emporter, livre une bataille frontale mais est décimée par le feu nourri des carrés français. C'est que l'ensemble de l'organisation militaires des Mamelouk méprise toujours l'artillerie, alors que, précisément, les troupes napoléoniennes en font un usage décisif. 

Quelques années plus tard, cette caste militaire dépassée est, de façon classique, massacrée par le nouveau maître de l'Egypte, Mohamed ALI, en 1811. (BLIN et CHALIAND)

   Ce rappel historique, utile pour les Occidentaux peu familiarisés avec les chronologies des empires orientaux de ces siècles-là, n'épuise pas bien entendu l'explication des fondements de l'Empire Mamelouk.

Bien entendu, les périodes de calme sont d'une longueur toute relative dans cet Empire, et cela commence par les conditions mêmes de leur accession au pouvoir. Grisés par leurs victoires (sur les Francs et sur les Mongols) ces spécialistes militaires, au recrutement bien spécifique, les dirigeants Mamelouks se fondent sur leur prestige militaire pour prendre le pouvoir et ce qui se passe au tout début - AY BEG, le prince Lune, renverse son souverain en 1250 - se renouvelle à chaque fois qu'une victoire militaire porte aux nues un chef militaire. Le prince Panthère, BAY BARS assassine son prédécesseur pour régner de 1260 à 1277. 

BAY BARS (OU BAIBARS) est l'une des grandes figures du Moyen Âge musulman et un vaste cycle épique populaire, le Roman de Baïbars, s'est constitué autour de lui. De toutes ses actions politiques, économiques et militaires couronnées de succès, la plus importante est, en 1261, l'intronisation comme calife d'un transfuge de la famille abaisse échappé aux Mongols. Le califat, malgré ses échecs et sa faiblesse, conserve un immense prestige, notamment dans les populations des grandes villes, et l'Egypte en bénéficie. C'est pour elle un troisième triomphe. Elle va en connaitre un quatrième en canalisant l'essentiel du commerce avec l'Inde et la chine d'une part, l'Europe de l'autre, renouant ainsi avec le bénéfice - quand c'est relativement calme - de sa position toute stratégique au Moyen-Orient. Les circonstances le permettent car l'empire Mongol ne tarde pas à se diviser en Etats souvent rivaux. L'Egypte noue des relations avec la Horde d'or, le khanat mongol de Russie qui lui fournit ses mamelouks, lesquels ne vont pas tarder à remplacer leur "confrères" d'origine turcophone, et prend à revers ses ennemies le Ilkans ou Mongols d'Orient, avec Byzance et le Saint Empire, et surtout avec Venise dont la marine lui est indispensable en Méditerranée pour écouler les marchandises. Elle tente même, cette Egypte mamelouk, d'établir des relations commerciales avec la Chine... Durant son règne, il met en place - de manière un peu défectueuse il est vrai - des postes frontières, mais c'est difficile avec des foncières aussi grandes...) et un système d'information (un service postal qui fonctionne plus ou moins bien) qui permet au souverain d'avoir connaissance de renseignements de toutes les parties de l'empire et d'y envoyer si nécessaires des troupes. Il constitue un gouvernement fort par la suppression des derniers restes des principaux ayyubides et annihile toutes les vélites d'indépendance et consolide son pouvoir dans le versant religieux islamique en restaurant le mosquée de Médine, avec des a-côtés commerciaux : il s'octroie ainsi le monopole de l'envoi annuel du voile qui recouvre le Temple de la vieille ville. Il joue sur la symbolique, intitulant son Empire dans les pièces officielles d'"empire islamique". 

Mais dans la seconde moitié du XIIIe siècle, l'Egypte doit fournit un grand effort militaire. Après avoir assuré ses frontières en Nubie et en Libye, elle doit reconquérir la Syrie. Elle doit aussi repousser les assauts mongoles. Au XIVe siècle, malgré la Grande Peste de 1348, elle connait une période de paix et d'extraordinaire prospérité. Les Mamelouks, venus de tous les horizons - on voit même à leur tête un Allemand en 1296 - n'ont pas entre eux ce lien tribal qui ailleurs, fait la cohésion des Turcs en terres d'Islam, et ne peuvent établir une véritable dynastie. Les violences qui ont marqué l'avènement des premiers souverains ne cessent guère et le sabre tient lieu de droit. Même si cela n'empêche pas le règne de quelques grands princes, QALAWUN entre 1279 et 1290, Nasir IBN QALAWUN entre 1293 et 1340), la plupart des souverains n'ont qu'une compétence militaire et sont incapables, eux et leur entourage, d'organiser véritablement l'Empire. 

Le changement de dynastie, en 1382, est concomitant avec une nouvelle stabilité. L'Empire domine la Syrie, l'Arabie, toute la mer Rouge et continue de drainer les richesses. Le Caire est alors une ville énorme, avec son demi-million d'habitants et est la première du monde musulman. Des monuments, des temples, des mosquées s'y multiplient, ainsi que des couvents et des mausolées. Un artisanat puissant se développe au Caire et dans les villes moyennes (verreries à l'origine des ateliers de Venise, dinanderies...). Cette longue période de paix, celle qui laisse les plus grandes traces par la suite, est interrompue par les troupes de TAMERLAN qui ravagent et occupent la Syrie en 1400. Et c'est le début d'un long déclin, d'autant que cette perte de territoires, perte de routes commerciales donc, s'accompagne d'une crise économique interne. On assiste à une inflation, à des dévaluations et à l'intervention de plus en plus marquée de l'Etat dans les affaires commerciales, qui s'octroie monopole sur monopole. Le commerce des épices est soumis à des impératifs stratégiques de plus en plus pressants, restreignants du coup les débouchés commerciaux. Et ceci à un moment où de nouvelles routes maritimes (1496 : route des Indes en doublant le Cap de Bonne-Espérance) créant de nouvelles concurrence, renchérissant les prix des épices (égyptiennes ou transitant par l'Egypte), au profit notamment des produits indiens. Les Portugais préfèrent par exemple faire un long détour plutôt que de risquer les navires en Méditerranée orientale ou sur le mer Rouge de moins en moins sécurisés... (Jean-Paul ROUX) D'autant, mais il faudrait vérifier dans les Histoires de piraterie, que les navires pirates écument dans la grande Mer intérieure depuis la fin des Empires romains... 

   Une des raisons politiques de l'instabilité de l'Empire Mamelouk réside dans les tentatives avortées d'établir des fonctions héréditaires à la tête de l'Etat. En fait, cela va à l'encontre d'un des principe mamelouk du primat de la compétence militaire sur toute autre considération. Même si le souverain est loué pour ses réalisations administratives, économiques, politiques, c'est en dernier lieu la victoire militaire qui légitime l'arrive à la tête de l'Empire, ce qui n'est pas le propre de l'Empire Mamelouk, mais du fait des hostilités autour de l'Egypte à l'origine de nombreuses batailles le marque tout-à-fait. L'origine sociale (l'esclavage) de chaque Mamelouk en fait l'égal des autres et du coup il est difficile d'établir des dynasties à fondement héréditaire...

    

     Une des forces de l'Empire Mamelouks réside dans l'existence d'une classe de fonctionnaires très ouverte sur le monde extérieur, dévouées au souverain du moment, à l'écart souvent des luttes entre factions armées qui déclenchent souvent des révolutions de palais. Ce qui ne les empêche de subir, à l'instar des proches des souverains successifs, ascensions et chutes rapides...  Parmi eux, IBN FADL ALLAH AL'UMARI (1301-1349) est l'un des écrivain arabe et et l'un des plus importants représentants de l'encyclopédisme qui se développe dans le cadre de l'Etat et du domaine mamelouk. Il représente le type de ces grands commis du pouvoir mamelouk, qui reprennent à des siècles de distance, la tradition des scribes du califat abbasides de Bagdad. Soucieux de la formation technique du fonctionnaire, ils prétendent aussi à celle, plus générale, de l'honnête homme. Dans l'un et l'autre cas, le souci du langage, de la connaissance parfaite de l'arabe et de ses moyens d'expression va de pair avec leurs préoccupations. Langue des actes administratifs ou langue de l'encyclopédie, l'arabe se doit, à leurs yeux, d'allier la clarté à la rhétorique, la nécessité de traduire un contenu à la forme même de l'exposition de ce contenu. Connu par une sorte de manuel descriptif de l'administration mamelouk, par une histoire consacrée à sa famille, qu'il fait remonter - mais c'est une tradition de faire remonter sa famille aux temps prestigieux... - au second calife musulman, UMAR, et par quelques essais en vers, UMARI est surtout, pour la postérité, l'auteur d'une vaste encyclopédie de plus de 20 volumes, intitulée Voies des regards sur les royaumes des grandes villes (traduction Le Caire en 1924, traduction partielle par M; GODEFROY-DEMOMBYNES, Paris, 1927). Bien informé, le fonctionnaire rassemble pendant toute sa carrière, d'immenses lectures, puisant aux pièces d'archives. Non dépourvu d'esprit critique, il effectue là une synthèse bien présentée, source d'informations pour les historiens contemporains. (André MIQUEL)

    Julien LOISEAU parcourt bien les divers aspects de l'Empire Mamelouk : l'organisation économique et géographique du circuit d'esclaves, la question de la transmission du pouvoir politique, les spécificités d'un système d'exploitation foncière sans vassalisait nu aliénation des terres, l'obsession des guerriers pour les fondations pieuses et mémorielles, tout cela entre en jeu dans l'explication de son fonctionnement, de son instabilité et aussi de la pérennité d'une façon de vivre et d'exister. Après tout, cet Empire a duré quand même trois bons siècles, ce qui est à comparer avec la longévité de bien de califats arabo-musulmans... 

Les Mamelouks ont gouverné un territoire important, des Cataractes du Nil aux contreforts de l'Anatolie (dans sa plus grande extension), pendant 267 ans. Le plus remarquable, alors que le pouvoir politique change souvent de mains, au gré des victoires des chefs militaires, est que le mécanisme d'élévation sociale et militaire qui a produit cette caste de cavaliers a perduré, au moins dans ses grands traits, non seulement à travers ces trois siècles d'histoire, mais également après, même si la réalité du pouvoir lui échappe peu à peu. S'appuyant symboliquement sur les Califes, rapatriés au Caire dans les années 1260 et privé de tous leurs pouvoirs politiques, les sultans mamelouks ont constitué la principale force de l'islam arabe oriental des XIIIe, XIVe et XVe siècles. Dans cette période, le passage des Bahrites (Turcs Coumans) aux Burjites (Circassiens venus du Caucase et d'Anatolie) constitue moins une rupture qu'une continuation, sous des formes légèrement dissemblables, d'une même pratique du pouvoir. Elite militaire continuellement renouvelée par de jeunes esclaves achetés dans des zones périphériques et peu civilisés, les Mamelouks ont su garder le pouvoir sans renoncer à leur caractère premier, celui d'une caste de carrière, où le pouvoir se détient à titre viager. Il n'y a pas, malgré quelques transmissions héréditaires du pouvoir du sultan ou de ses émirs vers leurs descendances, de véritable "succession mamelouk". C'est-à-dire qu'un chef militaire se voit accorder par le sultan des fonctions et des revenus - par le biais d'exploitations foncières dispersées - mais uniquement à titre viager. A sa mort, une partie de sa fortune fiduciaire va à ses enfants, ou à des fondations pieuses, mais le pouvoir, ainsi que l'essentiel des revenus fiscaux, sont, eux, remis à d'autres Mamelouks. La documentation écrite qui nous est parvenu, dans le domaine des successions et des inventaires de biens, est relativement abondante, sans doute parce que la très grande majorité des écrits d'alors concernent le commerce, la fiscalité et la propriété.

Par ce mécanisme (viager), les Mamelouks ont trouvé, sans le savoir, une formule permettant de lutter contre ce que IBN KHALDÛN identifie comme la tendance première du pouvoir en terre d'Islam, ce cycle continuel de conquêtes puis d'épuisement inter et rapide des dynasties, dévirilisées par leur assimilation dans un monde urbain. Les descendants des conquérants mamelouks ne peuvent gâcher les conquêtes de leurs aïeux, puisqu'elles ne leur sont jamais confiées. Le pouvoir est donc, en principe, attribué par décision collégiale des principaux émirs à celui qui présente le plus de garanties pour maintenir l'Etat (au plus fort...). fréquemment renouvelée, la strate dirigeante vit à part dans des quartiers cairotes bien délimités, et ne peut donc, comme les élites conquérantes traditionnelles dépeintes par KHALDÛN, s'amollir au contact prolongé de la civilisation urbaine. En réalité, des successions dynastiques se sont bien produites à de multiples reprises, comme pour les 71 années consécutives de règne des sultans Qalahunides au XIVe siècle. Toutefois, n'étant ni systématiques  ni légitimes par principe, elles n'ont pu déboucher que sur des luttes récurrentes et violentes pour le pouvoir. la plupart du temps, dans des cas de transmission familiale du pouvoir d'état, l'héritier dynastique n'était qu'un prête-nom, sans pouvoir effectif, contrôlé par un puissant émir et supprimé s'il cherchait à s'émancipé. Seules quelques figures peuvent alors se maintenir, celles qui possèdent un très grand sens des opportunités... 

Les avantages d'un tel système de renouvellement sont nombreux : l'élite, composée d'étrangers nés ailleurs, pratiquant mal l'arabe, ne peut jamais s'assimiler culturellement et se dissoudre dans l'émolliente urbanité cairote, elle reste donc très cohérente, à moitié extérieure à la société qu'elle domine par la force, ce qui garantit son esprit de corps ; étant néanmoins convertie et musulmane, elle se plie au pouvoir coranique, dont elle respecte l'essentiel des préconisations, garantie de paix sociale et civile (notamment le système de charité publique...) ; le pouvoir va, dans une forme de compétition presque méritocratique, au meilleur ; le pouvoir est de ce fait, toujours détenu par des soldats, sans qu'aucune aristocratie puisse émerger. C'est la valeur militaire qui a permis l'ascension des Mamelouks, c'est elle qui permet leur maintien, et c'est son érosion que le leur a fait perdre.

Les défauts, cependant, d'un tel système de compétition militaire permanente pour le pouvoir sont nombreux. Pendant ces 257 ans, 51 sultans se sont succédés. L'instabilité du sultanat mamelouk, à part quelques années magnifiées par les chroniques, le dessert en définitive sur le long terme. La plupart des sultans ont fini renversés, vaincus, assassinés, par leurs propres émirs, leurs propres troupes. La dureté du pouvoir mamelouk, sa brutalité, sa violence, découlent aussi des origines de ces hommes. A peine achetés, les esclaves sont formés militairement et jetés dans les batailles, et ne connaissent d'autres comportements que ceux auxquels ils ont été soumis. Le Mamelouk, fondamentalement, est un être arraché et transplanté, sans possibilité d'affranchissement. Transposés dans une société étrangère, qu'ils dominaient par la force sans pouvoir la gouverner par l'esprit, ne possédant pas les capacités culturelles et intellectuelles de la plupart des classes possédantes d'alors, ils se voyaient maintenus dans une étrange et définitive position de sujétion spirituelle et de domination culturelle. de là vient probablement leur décalage permanent avec la société égyptienne, et plus largement arabe, ainsi que leur relative détestation par l'historiographie locale ultérieure.

Cette position explique aussi leur posture pieuse et leur obsession des mausolées et des fondations religieuses, seuls éléments capables à leurs yeux de s'ancrer dans le continuum de la société arabe. A un tel point que les dépenses consacrées à l'entretien de leur mémoire mettent plus d'une fois les finances de l'Empire en péril, ce qui est sans doute résorbables de par les bénéfices du commerce permis par son existence, mais dans les cas d'épidémies ou de défaites militaires sur des points stratégiques économiquement, impossibles à redresser. L'étude de l'urbanisme de cette époque au Caire montre comment, pour se prémunir des visées des émirs, les sultans mamelouks, tous installés avec leurs hommes dans la capitale, ont fini par nourrir, dans leurs propres maisons, des troupes plus nombreuses et donc potentiellement dangereuses en cas de défaite ou d'affaissement économique brutal. Excepté les gouverneurs de province, les Mamelouks demeuraient à la capitale et se contentaient des revenus fiscaux, sans porter le moindre intérêt à l'exploitation des terres. Comme partout dans le monde médiéval, ils manifestaient, par leur prédation fiscale, une complète incompréhension devant des baisses de revenus subites, conséquences de moindres rendements, de dépopulations lente ou rapide ou encore de sécheresses. Le déclin et la disparition (politique) des Mamelouks ont probablement des raisons structurelles plus économiques que politiques. tenant un pays éprouvé fréquemment par la peste, affaibli par la lutte perpétuelle entre les émirs et le sultan, fragilisé par les révoltes des jeunes affranchis mal rétribués, rendu moins indispensable par l'effacement des menaces païennes (les Mongols se sont islamisés) et chrétiennes (il n'y a plus de Croisades), le pouvoir mamelouk s'effondra en quelques années sous les coups d'une force plus moderne, plus jeune, plus puissante, au fond plus adaptée : les Ottomans. (LOISEAU). Même si cette vision des choses est un peu trop tributaire des visions d'IBN KHALÛN (virilité...), elle constitue une explication raisonnée de la situation de l'Empire Mamelouk, qui fait tout de même la part belle aux problématiques sociologiques et économiques.

 

      Du XIIIe au XVIe siècle, l'Egypte des Mamelouks produit de nombreux traités d'armurerie, qui touchent à la tactique et parfois à la stratégie, comme les Instructions officielles pour la mobilisation militaire d'IBN AL-MANQUALI (MANGLI) (XIVe siècle), qui traite de tous les aspects de la campagne terrestre et aborde brièvement la guerre navale. (COUTEAU-BÉGARIE)

 

André CLOT, L'Egypte des Mamelouks (1250-1517), L'empire des esclaves, tempus, Perrin, 2009. Julien LOISEAU, Les Mamelouks : XIIIe-XIVe siècle, Seuil, 2014. Arnaud BLIN et Gérard chaland, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016. Hervé COUTEAU-BÉGARIE, Traité de stratégie, Economica/ISC, 2001. André MIQUEL, Ibn Fadl Allah Al-Umari, Encyclopedia Universalis, 2014. Jean-Paul ROUX, Clio, mai 2002.

https://brumes.worldpress.com.

 

STRATEGUS

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens