Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 09:26

    Friedrich Adolf Julius Von BERNHARDI, général prussien et historien militaire allemand, était un auteur best-seller en Allemagne avant la première guerre mondiale, pour son livre L'Allemagne et la prochaine guerre de 1911. Avocat d'une guerre d'agression "vitale pour le peuple allemand", il est d'abord  lieutenant de cavalerie pendant la guerre franco-allemande de 1870-1871. Attaché militaire de 1891 à 1894 à Berne et à la tête du département d'histoire du grand général STAFF à Berlin et sert comme général pendant la première guerre mondiale successivement sur le front Est et sur le front Ouest. Tout au long de sa carrière, il préfère grandement son travail d'écrivain et de propagande à celui d'officier sur le terrain, qu'il mène toutefois avec la même ardeur.

     

     Von Friedrich BERNHARDI est souvent comparé à CLAUSEWITZ lorsqu'il publie son ouvrage La Guerre moderne en 1911 (suivi de peu par La Guerre d'aujourd'hui), considéré comme un des théoriciens allemands les plus stimulants du premier entre deux-guerres, entre les deux premières guerres franco-allemandes de 1870 et de 1914. 

A son analyse théorique de la guerre, il ajoute une vision prophétique des conflits à venir. pour lui, la guerre est un phénomène en évolution constante mais qui, comme tout phénomène social, possède ses propres lois. Il faut déterminer quelles sont ces lois puis réadapter sans cesse la doctrine au cadre mouvant de la guerre. Les conditions dans lesquelles se produisent les guerres sont toujours différentes, selon la nature des belligérants et le théâtre des opérations, même si la forme de la guerre change; sa substance reste la même. L'expérience pratique du soldat étant toujours limitée, il fait donc fouiller dans l'étude des combats du passé tout en restant conscient du fait que les leçons tirées n'ont qu'aune valeur limitée pour le présent et plus encore pour le futur. L'expérience de la guerre fournit une base d'informations utiles sur des éléments tels que les facteurs moraux, le rôle du hasard ou celui de l'individu. Mais il fait encore savoir appréhender les divers facteurs capables d'affecter la nature du prochain conflit et comprendre les changements survenus depuis la dernière guerre.

"L'expérience, écrit BERNHARDI, montre que, s'il est, d'une part, très important de se donner des principes pour faire la guerre, il est, d'autre part, extrêmement difficile de découvrir la loi des phénomènes de la guerre future dont se déduisent ces principes." Il est donc difficile pour une nation d'établir sa supériorité numérique et matérielle de manière telle qu'elle soit sûre de vaincre. En revanche, le théoricien allemand reste persuadé que les qualités morales des grands généraux, résolution, courage, hardiesse, constituent le facteur déterminant de la victoire. Il importe également d'être bien préparé et d'apprécier avec justesse ses propres forces et celles de l'adversaire.

L'application de principes nouveaux est l'autre élément ayant assuré aux plus grands généraux l'avantage nécessaire à la victoire. L'utilisation de principes oubliés peut également s'avérer décisive, comme ce fut le cas pour l'ordre oblique, utilisé jadis par EPAMINONDAS, et que FRÉDÉRIC LE GRAND remit à l'ordre du jour. En revanche, l'application rigide de certains procédés est néfaste. Le principe d'enveloppement appliqué par MOLTKE et SCHLIEFFEN, par exemple, est un principe de guerre cohérent, mais son élévation au rang de dogme stratégique (par l'état-major allemand) est, selon lui, ridicule.

Au-delà de la théorie, BERNHARDI est préoccupé par le sort de l'Allemagne dans la prochain de guerre. Partisan de l'offensive à la fois tactique et stratégique, il préconise une politique belliqueuse qu'il défend par des arguments moraux, historiques et scientifiques, notamment dans L'Allemagne et la prochaine guerre, de 1912. L'Histoire démontre que la nation qui attaque la première s'octroie un net avantage si elle parvient à conserver l'initiative pendant tout le conflit. L'Allemagne, pense-t-il, doit donc agir la première. Pour cela, elle doit évaluer intelligemment le caractère de la prochaine guerre et la valeur de ses ennemis potentiels, qu'il décrit avec soin. Trois éléments nouveaux vont déterminer la nature de la guerre :

- Tout d'abord, le prochain conflit sera un conflit de masse avec une participation populaire sans précédent.

- Ensuite, la capacité de destruction des armes modernes atteindra un seuil inconnu jusqu'alors.

- Enfin, la qualité des moyens de communication connaitra des progrès énormes.

L'emploi de "masses" accroit la puissance mais réduit l'efficacité tactique. En même temps, la taille des armées et les nouveaux moyens de destruction contribueront à rehausser le facteur psychologique, et les nouveaux moyens de communication devraient rendre les troupes totalement dépendantes de l'acheminement de vivres et de munitions. En conséquence, la nation qui saura se doter d'une armée mobile et efficace au niveau tactique devrait pouvoir s'assurer la victoire. Comme il sera impossible de mouvoir la totalité des troupes, la victoire se jouera en un point décisif où l'avantage incombera à l'armée sachant concentrer le maximum de forces le plus rapidement possible.

Von BERNHARDI est l'un des rares penseurs militaires à avoir su entrevoir, en temps de pais, les transformations fondamentales qui s'effectueraient à son époque, comme l'avait fair un siècle auparavant un autre prophète de la guerre, Jacques de GUIBERT. (BLIN et CHALIAND)

Nul doute que ce penseur dû étudier avec attention les évolution de la Guerre de Sécession américaine, notamment grâce à la présence sur place de nombreux observateurs/conseillers militaires européens, dont beaucoup allemands. Les trois éléments nouveaux énoncés sont bien des caractéristiques essentielles de la guerre lors de ce conflit armé.

Sans conteste également, les écrits du général BERNARDHI ont contribué à préparer de nombreux officiers et l'opinion publique allemands à considérer la guerre comme nécessaire (quasiment une nécessité divine...) pour le bien de l'Allemagne. Dans l'Allemagne et la prochaine guerre notamment, il expose pratiquement toutes les conditions nécessaires à cette guerre...nécessaire. Maints commentateurs estiment qu'il porte, par ses écrits, une certaine responsabilité dans le déclenchement (au niveau intellectuel) de la Première guerre mondiale. 

 

Von Friedrich BERNHARDI, L'Allemagne et la prochaine guerre, Editions du Trident, 1989. Disponible sur le site Gallica (BNF) ; Les ambitions allemandes et la guerre. Notre avenir, avec une préface de Georges CLEMENCEAU, Edition L. Conard, 1915.

Eugène CARRIAS, La Pensée militaire allemande, 1948.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016.

Partager cet article

Repost 0
Published by GIL - dans AUTEURS
commenter cet article

commentaires