Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2017 3 06 /12 /décembre /2017 12:51

  Ecrits juste après les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki, en 1945, ces petits textes de Denis de ROUGEMONT (1906-1985), directeur littéraire, écrivain, philosophe et professeur universitaire suisse, lié au personnalisme et militant du fédéralisme européen, n'ont pas pris (malheureusement, pourrait-on écrire) beaucoup de rides. L'auteur fait suivre ces 18 textes d'un appendice, l'un sur l'expérience atomique qui précède ces bombardements, l'autre sur le point de vue du général J.-F.-C. FULLER.

   Choqué à la nouvelle de ces explosions nucléaires rayant de la carte deux villes japonaises, Denis de ROUGEMONT écrit notamment parmi ces "lettres", La guerre est morte, étant à ce moment-là à Lake George (New York), le 12 août 1945.

"On nous parle d'armistice depuis hier. Est-ce encore une de ces fausses nouvelles comme cette guerre en a vu tant, qui ne font qu'anticiper d'un ou deux jours sur la réalité? La libération de Paris a été fêtée un soir à New York, démentie le lendemain, confirmée quelques jours plus tard. Effet manqué. C'est pourtant, d'une manière symbolique, la date capitale de la guerre. De même la victoire en Europe nous fut annoncée en deux temps, laissant la foule de Times Square perplexe. Cela n'est pas sans conséquence pour le moral de la population. Rien de plus malsain que de couper court à un élan de soulagement collectif, après des années de discipline et de souci. L'explosion vitale et délirante qui devait marquer la fin d'une ère a fait long feu. On dit que les accidents de ce genre, dans divers ordres, sont souvent à l'origine d'une névrose...

Mais cette fois-ci, prématurée ou non, la nouvelle de la fin de la guerre se trouve déclassée par la Bombe. Nous n'aurons pas de Onze Novembre, parce que nous venons d'avoir un Six Août, et que c'est à partir de la Bombe, non de la paix, que l'ère nouvelle sera comptée.

D'ailleurs, il s'agit moins de la naissance d'une paix que de la mort subite de la guerre. C'est c'est la guerre en général qui vient d'être atteinte en plein coeur. Voilà qui me frappe bien davantage que l'aspect scientifique de l'invention, ou que l'aspect criminel de son application à 300 000 Japonais non prévenus. La science ira beaucoup plus loin. les morts seront oubliés dans une génération. Mais quelque chose d'irréparable s'est produit. (...)".

  Sur un mode faussement badin, provocateur, absurde, Denis de ROUGEMONT met en situation les questions métaphysiques, toujours d'actualité, qu'ont suscitées, au lendemain de la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, les destructions par bombe nucléaire d'Hiroshima et de Nagasaki. "Quel est le sens de la vie si elle finit demain? Qu'est-ce que cette mort de l'homme causée par son génie? Pourquoi l'intelligence conduit-elle au suicide?" Au fil des réflexions émises par les différents protagonistes, on est saisi de constater que tant d'années après la rédaction du texte, les hypothèses théoriques émises comme des conjectures, ont été conduites par les Etats-Unis comme un but à atteindre : "A l'arme planétaire correspond donc une communauté universelle, qui relègue les nations au rang de simples provinces". Par là, il pointait l'un des ressorts les plus puissants de la réalité de l'actuel Empire américain. Cet ardent défenseur d'une Europe fédérale et d'un gouvernement mondial croyait-il vraiment qu'il fallait une menace planétaire pour provoquer l'union sacrée du genre humain? On peut se le demander encore aujourd'hui face à l'immense défi que représente pour l'humanité le changement climatique en cours. Si la menace nucléaire n'a pas suffit, peut-être la menace d'une possible extinction le sera...

  Publiés auparavant dans divers quotidiens et hebdomadaires, ces lettres ici rassemblées, adressées à un correspondant imaginaire, restent d'une sinistre actualité.

 

Denis de ROUGEMONT, Lettres sur la Bombe Atomique, Gallimard, 1946, 130 pages. Rééditions nombreuses, entre autres aux éditions La Différence, collection Minos, 2015. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens