Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2018 7 21 /01 /janvier /2018 08:19

      L'essai de John RUSKIN (1819-1900), paru pour la première fois en décembre 1860 dans le mensuel Cornhill Magazine sous forme d'articles, très violemment critiqué surtout de la part de ceux qui s'étaient plutôt habitués à ses écrits sur l'art et à toutes les mondanités qu'il y a autour, traite de l'économie. Pour faire face à l'interruption de la publication au bout de quatre mois par l'éditeur, il publie les quatre essais en livre en mai 1862. Son livre, redécouvert aujourd'hui, le fait considérer comme le précurseur de l'économie sociale.

John RUSKIN est surtout connu pour être écrivain, poète, peintre et critique d'art britannique. Notamment pour Moderns Painters (1843-1860, en 5 tomes), The Seven Lamps of Architecture (1849), The Stones of Venice (1851, 1880, en 3 volumes), et aussi pour political Economy of Art (1857) et Pre-Raphaelitism. Il s'implique dans les années 1850 dans diverses initiatives pédagogiques, voire d'éducation populaire (Working Men's College...)

     En français Il n'y a de richesse que la vie, l'auteur veut définir la richesse et démontrer que certaines conditions morales sont essentielles pour l'obtenir. il ne propose pas de nouvelle théorie économique ou de politiques particulières. C'est avant tout une critique des croyances et des idées populaires sur l'économie. Les économiste avaient défini un "homme économique" qui agit "invariablement pour obtenir la plus grande quantité de nécessités, de facilités ou de luxe, avec la plus petite quantité de travail et d'effort physique nécessaires dans l'état de connaissances existant", pour reprendre John Stuart MILL (On the définition of Political Economy ; and the Methofdof Investigation Proper to It, de 1836). L'homme ne serait motivé que par le désir d'un gain matériel. Il s'agit d'orienter les recherches scientifiques dans ce sens. Pour John RUSKIN, c'est précisément cela que la science ne doit pas faire. Si un tel individu n'existe pas, ce que d'ailleurs les économistes visés admettent dans leur démonstration en fin de compte (mais ils estiment cette hypothèse nécessaire). Comment ce modèle pourrait-il être utilisé pour comprendre les actions humaines dans la réalité? Plus que tout, dans le cas de la nature humaine, comment est-il possible de séparer la compréhension d'une action de son jugement moral? En stigmatisant l'amoralisme qui guide l'ensemble d'une classe capitaliste hégémonique, John RUSKIN s'attire les foudres de tout ce qui compte dans la société matérialiste et libérale de son pays. 

Quatre essais

        Unto This Last a pour origine la parabole du vigneron (Matthieu 20-.1-16). Il n'est pas étonnant que John RUSKIN prenne pour "point de départ" de son exposition dans un pays imprégné de culture chrétienne et où la Bible constitue de très loin encore le livre le plus lu et le plus utilisé.

         Car, pour lui, le Royaume des Cieux est semblable à un maître de maison qui sortit dès le matin, afin de louer des ouvriers pour la vigne. Il convint avec eux d'un denier par jour, et les envoya à sa vigne. Il sortit vers la troisième heure, et il vit d'autres qui étaient sur la place sans rien faire. Il leur dit : "Allez aussi à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera raisonnable". Et ils s'en allèrent. Il sortit de nouveau vers la sixième et la neuvième heure, et fit de même. Etant sortit vers la onzième heure, il en trouva d'autres qui étaient sur la place, et leur dit : "Pourquoi vous tenez-vous toute la journée sans rien faire?" Ils répondirent : "Personne ne nous a loués". Allez aussi à ma vigne, leur dit-il. 

Quand le soir fut venu, le maître de la vigne dit à son intendant : "Appelle les ouvriers, et paie-les le salaire, en allant des derniers aux premiers". Ceux de la onzième vinrent, et reçurent aussi chacun un denier. Les premiers vinrent ensuite, croyant recevoir davantage ; mais ils reçurent aussi chacun un denier. En le recevant, ils murmurèrent contre le maître de la maison, et dirent : "Ces derniers n'ont travaillé qu'une heure, et tu les traites à l'égal de nous, qui avons supporté la fatigue et la chaleur du jour". Il répondit à l'un d'eux : "Mon ami, je ne te fais pas tort. n'as-tu pas convenu avec moi d'un denier? Prends ce qui te revient et va-t-en. je veux donner à ce dernier autant qu'à toi. Ne m'est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux? Ou vois-tu d'un mauvais oeil que je sois bon? Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers."

Si la lecture de la Bible était aussi répandu aujourd'hui que dans son Angleterre, nous ne  reproduirions pas ce passage dans son intégralité. John RUSKIN pense tenir là la signification économique de l'enseignement du Christ.

L'appréciation de ce passage n'est jamais directement déclarée, mais une lecture attentive du livre suggère deux idées directrices :

- la relation économique entre un employeur et son employé ne doit pas être vue comme une question de profit et d'avantage, mais de justice

- le taux de salaire doit être fixe pour un travail donné, quel qu'en soit la qualité, ce qui est aujourd'hui communément admis, mais à son époque, c'était loin d'être le cas, et les tenants d'un libéralisme sauvage verrait bien d'un bon oeil la mise en cause de ce principe. 

      Le premier essai commence avec une attaque de la notion d'homme économique. Dans la plupart des affaires humaines, il est normal de regarder le gain personnel comme secondaire dans le service désintéressé de son prochain. La même chose doit s'appliquer à l'industrie et au commerce : le travail du fabricant et du vendeur doit être de pourvoir la communauté en biens et services utiles.

      Le second essai anticipe la charge de sentimentalisme. A l'aide de fables simples, il montre que l'honneur dans les affaires commerciales est non seulement désirable, mais essentiel pour une prospérité véritable. Les économistes ne comprennent pas cet argument car ils isolent l'individu et la société. le modèle proposé pour l'Etat est la cellule familiale où la survie et la prospérité sont profondément interdépendante. Ce qui conduit naturellement à la considération de la juste récompense du travail dans le troisième essai. Le concept de justice abstraite existe derrière toutes les transactions humaines. ce concept est inné, et quand il est violé, celui qui en souffre se sent lui-même la victime d'un crime. Un salaire injuste est donc une forme de vol. 

     Dans le dernier essai sont esquissés quelques-unes des critiques écologiques aux cités modernes. Il définit ce qu'est un objet utile, ce que n'avaient pas fait les économistes du XIXe siècle. Puit vient la définition d'une véritable richesse, à savoir, qu'elle ne se trouve pas dans la possession de biens matériels, dans la propriété, mais dans le coeur d'individus "nobles et généraux".

      

     Unto This Last a une importance capitale sur la pensée de Mahatma GANDHI, qui le découvre en mars 1904 en Afrique du Sud grâce à un ami rencontré dans un restaurant végétarien, Henry POLAK, rédacteur en chef du journal The Critic à Johannesburg. Dans cet ouvrage, il trouve une grande partie de ses idées sociales et économiques. GANDHI va jusqu'à le paraphraser, dans un texte plus court, avec un vocabulaire fortement simplifié (voir wikisource). 

La démoralisation de l'économie que dénonce RUSKI trouve un fort écho actuel. Et son ouvrage est un ouvrage fondamental dans l'évolution des idées et des pratiques alternatives dans la société moderne. 

Il n'a été publié en France qu'en 1902 et semble ensuite avoir eu une diffusion confidentielle. L'ensemble de l'oeuvre de Ruskin, est redécouverte aujourd'hui, surtout sous l'angle de sa discipline principale, de l'histoire de l'art. Relire Ruskin, ouvrage collectif publié en 2003, publié dans la Collection "Principes et théories de l'histoire" (Musée du louvre et École nationale supérieure des beaux-arts), apporte des éclairages sur la reproductibilité et la reproduction des oeuvres artistiques, notamment à travers le design industriel. Cet ouvrage rappelle la dimension sociale et politique de l'oeuvre de John RUSKIN; qui inspire après lui  le programme réformiste des travaillistes du début du XXe siècle. A noter que l'expression la plus complète des vues de RUSKIN sur la vie future est contenue dans les vingt-cinq lettres à un ouvrier réunies dans Time and Tide, le plus célèbre de ses essais étant Sésame and Lilies, publié à Londres en 1865 (Sésame et les lys, Complexe, Bruxelles, 1983). 

Malgré qu'elle soit aujourd'hui oubliée, l'oeuvre économique de John RUSKIN, qui entretenait une correspondance régulière avec David-Henri THOREAU, était bien connue de ses contemporains (il fut rejeté d'ailleurs, pratiquement ostracisé par ses proches...), et surtout des milieux travaillistes de la première heure. 

John RUSKIN, Il n'y a de richesse que la vie, traduction de Pierre THIESSET et de Quentin THOMASSET, Vierzon, Le Pas de Côté, 2012 (www.lepasdecote.fr).

Yann FORGET, Les Ouviers de la dernière heure, Commentaires sur Unto This Last de M.K Gandhi, Mémoire de Maitrise de philosophie, 1993, dans wikisource. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens