Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2018 1 19 /02 /février /2018 12:45

   Francisco Pizarro Gonzalès, marquis de los Atabillos, connu sous le nom de François PIZARRE, (en Français) est un conquistador espagnol. Conquérant de l'Empire inca et gouverneur de l'actuel Pérou, il fait partie de ces élément de la noblesse espagnole (cousin de Hernan CORTÈS au deuxième degré) qui cherche l'aventure loin de ce qui n'est pas encore une métropole. Il participe à la guerre entre conquistadores au Pérou, dont il sort perdant, comme beaucoup..

Si l'on connait bien cette histoire, ce n'est pas grâce à lui-même en tant qu'auteur (il est illettré), mais parce que, comme dans beaucoup de ces expéditions, il est accompagné de lettrés chargés de relater leurs faits et gestes, dont certains sont de véritables espions de la Couronne. C'était d'ailleurs le seul moyen (corruptible il est vrai mais pas toujours corrompu...) pour la monarchie espagnole de connaitre les agissements de ceux qu'elle investissait de "capitulations"... 

    Sa carrière n'a pas l'éclat de celle de CORTÈS, mais sa personnalité est peut-être plus représentative, par ses qualités et ses limites mêmes, de la majorité des conquistadores espagnols. Comme tous les conquistadores célèbres, son oeuvre dépasse largement l'homme. La conquête de l'empire inca fixe le destin de toute l'Amérique du Sud.

 

Une carrière de conquistadore, parmi d'autres, à l'épopée très bavarde....

    Avant cette carrière de conquistadore, après avoir été élevé comme un petit paysan, il est d'abord soldat en Italie et passe aux "Indes" en 1502. Pendant près de vingt ans, rien ne le distingue de ses compagnons d'aventure. Il est de toutes les entreprise du Darien : lieutenant d'OJEDA au golfe d'Aruba (1509), puis de BILBOA, qu'il accompagne dans sa marche jusqu'à la mer du Sud (1513) ; plus tard au service du gouverneur PEDRARIAS, il procède à l'arrestation de BILBOA, que PEDRARIAS et ESPINOSA condamnèrent à mort (1518-1519). Etabli à Panama, bénéficiaire d'une encomienda d'Indiens travaillant à son profit, il élève du bétail et paraît avoir connu une assez large aisance. 

     En novembre 1532, François PIZARRE, à la tête de 167 hommes, entre sans difficultés dans la ville de Cajamarca, au nord du Pérou. Il a déjà alors près de 25 ans d'expériences en Amérique Latine et deux expéditions qui se sont soldées par des échecs. Il n'est pas le seul à essuyer ce genre d'échec : l'histoire des conquistadores en est parsemée. 

Cependant, ayant réussit à obtenir de CHARLES QUINT une "capitulation", il ramène d'Estramadore, d'où il est issu, une centaine de recrues dont ses demi-frères et un cousin germain qui tous s'illustrent dans la conquête. Souvent, les expéditions dans le nouveau continent sont des affaires familiales. En plus de son associé ALMAGRO qui le rejoint après Cajamarca, PIZZARE est accompagné de conquistadores qui deviennent célèbres par la suite : Sébastien de BENALCAZAR, le futur conquérant de Quito, Hernando de SOTO, le futur découvreur de la Floride, ORELIENS qui descendra l'Orenoque.

   PIZARRE ignore, lorsqu'il atteint Cajamarca, que l'Empire inca, construction remontant seulement au siècle précédent, est miné par une guerre civile dont le vainqueur tout récent est ARAHUALPA. Ce dernier accepte de se rendre à l'invitation de PIZARRE qui a dissimulé hommes et chevaux tout autour de la grand-place de Cajamarca et qui, par un coup d'audace, s'empare de l'Inca et sans le savoir jette à bas l'Empire. ARAHUALPA, prisonnier, cherche à recouvrer sa liberté en offrant une énorme quantité d'or. S'il y a bien une tradition des deux côtés de l'Océan, c'est bien celle du trafic des otages des chefs militaires et politiques. Lorsque l'or est rassemblé, ce dernier est exécuté, pratique moins courante en Espagne, mais les Espagnols ne considèrent pas les indigènes comme des hommes comme eux. Entre-temps, ARAHUALPA avait fait lui-même exécuter son demi-frère HUASCAR, souverain de Cuzco. La première rencontre militaire des Espagnols avec les forces d'ARAHUALPA a lieu l'année suivante, et ces derniers sont taillés en pièces. Cuzco est investie sans combat e, novembre 1533, les Espagnols apparaissant aux partisans de HUASCAR comme des adversaires d'ARAHUALPA. Habilement, PIZARRE met en place sur le trône un nouveau Inca.

En février 1534, on annonce en Equateur l'arrivée d'un des lieutenants de CORTEZ, Pedro de ALVADARO, attiré par la perspective d'une nouvelle conquête. Sebastien de BENALCAZAR est envoyé en toute hâte vers Quito, la capitale d'ARAHUALPA, dont il s'empare après avoir battu l'un des généraux de ce dernier. Le départ d'ALVARADO est acheté par ALMAGRO. Les dernières troupes d'ATAHUALPA sont défaites.

Au début de 1535, PIZARRE fonde Lima qui devient capitale du Pérou et, par la suite, siège des vice-rois des indes (parce que l'on reste persuadé, dans la plupart des milieux espagnols qu'il s'agit des Indes, vers qui ils cherchent encore une route plus courte que par le Moyen-Orient.) La même année, ALMAGRO, insatisfait de n'être point l'égal de son associé PIZARRE, s'en va à la conquête du Chili où il espère trouver de l'or. Son expédition est un désastre au milieu du rude hiver de la cordillère (les Espagnols ne connaissent pas encore bien le climat de cette Amérique).

Pendant ce temps, l'Inca MANCO, humilié par les Espagnols, s'échappe de Cuzco et lève l'étendard de la rébellion (1536). Beaucoup d'Indiens se rallient, mais les tribus naguère subjuguées par les Incas restent fidèles aux Espagnols. Un moment, la situation des Espagnols - moins d'un millier au total dans tout le Pérou - paraît désespérée : l'une des trois villes qu'ils ont fondées, Jauja, tombe. Cuzco tenue par trois des frères PIZARRE est encerclée. L'un d'eux y perd la vie. Mais les Espagnols parviennent à tenir tandis que Lima elle-même est menacée. Devant Lima, les troupes de MANCO sont défaites. Elles se replient et, jusqu'en 1539, ne sont plus en mesure que de mener une guerre de guérilla ne pouvant mettre en danger la domination espagnole.

Entre-temps, ALMAGRO, de retour du Chili, s'empare des deux frères PIZARRE, Hernando et Gonzalo, à Cuzco et les tient prisonniers, estimant qu'il a été lésé dans le partage de la conquête. François PIZARRE parvient à obtenir la libération de ses frères, mais l'inimité entre AMALGRO et les PIZARRE est trop profonde. Les deux factions s'affrontent à la bataille de la Salinas (1538). ALMAGRO est vaincu et est exécuté. Le fils de ce dernier tire vengeanceplus tard de la mort de son père en provoquant la mort de François PIZARRE à la tête de quelques fidèles d'ALMAGRO (1541).

Après la mort de PIZARRE, l'anarchie devient chronique et les conquistadores s'entre-déchirent tandis qu'ils défient la Couronne jusqu'en 1548, date de l'exécution de Gonzalo PIZARRE, le dernier des frères présents au Pérou. C'est la couronne qui distribue alors les domaines (encomiendas) et met fin à l'ère des conquistadores. (BLIN et CHALIAND, Jean-Pierre BERTHE)

 

John HEMMING, La Conquête du Pérou, Paris, 1971. W.H. PRESCOTT, La Conquête du Pérou, Paris, 1992.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016. Jean-Pierre BERTHE, Pizarro, dans Encyclopedia Universalis, 2014. 

Partager cet article

Repost0

commentaires