Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 10:16

   Georg Wilhelm Freiherr von VALENTINI est un officier prussien, lieutenant-général, chef d'état-major de KURT (chargé du contrôle et de l'éducation)  et un  écrivain militaire. 

 

Une carrière qui suit les vicissitudes de l'armée prusse.

   Appartenant à une famille de militaires, il fait ses classes dès 1791 comme Junker au régiment de chasseurs à pied de l'armée prussienne. Sous-lieutenant en 1792, il participe à la guerre de la première coalition. Au siège de Landau en décembre 1793 il est blessé ainsi que durant la bataille de Wissembourg. Ce qui ne l'empêche pas de poursuivre sa carrière militaire jusqu'à la bataille d'Iéna et au-delà pour, en1809, faisant partie de ces officiers qui n'acceptent pas la défaire face aux Français, de passer au service des Autrichiens. Après la défaite autrichienne, il passe dans l'armée russe et participa en 1810-1811 à la guerre contre les Turcs, devenant lieutenant-colonel russe en 1811. C'est sous ce grade qu'il retourne en 1812 dans l'armée de Prusse. Il combat plusieurs fois encore, affecté entre autres à l'accompagnement du Prince d'Orange, et en mars 1813 est intendant général de la guerre de libération.

Après la guerre, il devient alors chef d'état-major en 1828 et participe à ce titre à la réforme de l'armée de la Prusse. 

 

Un écrivain sur la "petite guerre"

     Georg Wilhelm Von VALENTINI s'inspire de sa participation à la guerre contre la jeune République française (1792-1794) pour écrire un ouvrage sur la "petite guerre" (1799). Ce livre connait plusieurs éditions, remaniées à chaque fois. Après 1809 un écrit un Essai sur une histoire de la compagne de 1809.  Par la suite, il écrit sur la façon de combattre les troupes ottomanes. Ce traité sur la guerre contre les turcs, est traduit en Français en 1830.

En fait, que ce soit pendant une campagne ou dans ses périodes de repos après blessures, il n'arrête pas d'écrire, ce qui explique des dates différentes mentionnées parfois pour la publication de ses livres. 

   C'est l'un des premiers Allemands, après Von EWALD à traiter de la "petite guerre". Ce n'est qu'en 1810 que CLAUSEWITZ, dont il est le précurseur, enseigne à l'Académie militaire de Berlin un cours sur la guérilla (De la Guerre). 

 

Les petites guerres

L'extrait qui suit est tiré du livre de Walter LAQUEUR, A historical anthology, New American Library, 1977, repris dans l'Anthologie mondiale de la stratégie, Sous la direction de Gérard CHALIAND, Robert Laffont, collection Bouquins, 1990. (Abhandlung über den Kleinen Krieg und über den Gebrauch der Leitchen Truppen).

"Que l'ennemi ait été chassé de la péninsule Ibérique et pressé jusque dans son propre pays a bien entendu été dû essentiellement aux victoires du duc de Wellington. Mais celui qui a simplement parcouru l'histoire de cette guerre sait comment la guerre des paysans - ainsi qu'on l'appelle - a contribué à ces victoires et comment elle a empêché l'ennemi de jouir tranquillement du fruit de ses succès initiaux.

Toute guerre défensive dans laquelle le peuple joue un rôle déterminé en soutenant les opérations des forces alliées et en menant une petite guerre sur les arrières de l'ennemi aboutira au même succès. Même après avoir remporté une bataille, l'ennemi ne sera jamais en mesure de prendre fermement pied dans le pays ailleurs que dans des places fortes qu'il aura emportées ou créées lui-même. Tout détachement qu'il fait sortir, tout envoi de renforts, d'armes ou de vivres sera exposé aux attaques des partisans. Menées de cette manière sur une grande échelle, les petites guerres deviennent des guerres d'extermination pour les armées ennemies.

La guerre de Vendée ne peut cependant pas être considérée comme une petite guerre. Les paysans qui y combattirent si vaillamment pour leur roi et leur pays visaient à détruire complètement l'adversaire. Versés dans l'art de la chasse, ils exploitèrent à fond les possibilités qu'offraient les haies, les fourrés et les chemins creux qui sillonnaient leur pays pour se mettre aux aguets des hordes bleues, les envelopper de toutes parts et les abattre par des salves bien dirigées. Puis, quand l'ennemi chancelait sous la fusillade, ils le chargeaient exactement au moment voulu et l'achevaient le plus rapidement possible au corps à corps. L'emploi de l'artillerie, dont l'efficacité était considérablement réduite par la portée limitée qu'imposait ce pays boisé, était rendu inoffensif par l'habitude qu'avaient les paysans de se jeter à terre quand les canons tiraient. Puis ils emportaient l'artillerie dans l'assaut final.

Au début de la guerre, seule une minorité de paysans étaient armée de fusils, dont certains n'étaient que des fusils de chasse. Les autres ne les combattaient qu'au corps à corps. Jusqu'au moment de la charge, les quelques fusils disponibles étaient confiés à des tireurs d'élite que leurs camarades rechargeaient. Lorsqu'une escarmouche semblait mal tourner pour eux, les agiles paysans sautaient par)dessus les haies et disparaissaient dans les sentiers tortueux. Il semble qu'il n'y ait eu parmi eux qu'un minimum d'organisation. Les volontaires n'étaient informés que de l'objectif d'un coup de main et de l'endroit où il devait avoir lieu ; les hommes concernés étant particulièrement familiers du terrain, cela suffisait.


La guerre dans le Tyrol présente un caractère analogue. On est frappé par le fait que, dans les régions de montagne en général dans les contrées où les hommes doivent combattre la nature pour survivre et assurer leur subsistance, les habitants sont soumis à un entraînement de l'esprit et du corps qui les rend propres à la guerre ; cet entraînement leur donne un sens tactique naturel adapté au terrain qu'il est presque impossible d'inculquer par des méthodes artificielles. Apprendre à ceux qui vivent en plaine et exercent leurs métiers en ville, ou qui labourent à loisir dans des champs largement ouvertes, la façon de mener la guerre à la manière de ces montagnards à l'humeur combative ne sera pas une affaire aisée."

 

 

Georg Wilhelm VALENTIN, Traité sur la guerre contre les Turcs, 1830. Disponible sur Google.fr.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens