Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 14:06

     Jacques de BOLLARDIÈRE, officier général de l'armée française, combattant de la Seconde Guerre Mondiale, de la guerre d'Indochine et de la guerre d'Algérie, est un des figures de la non-violence en France.

 

Une carrière militaire brillante

   Après ses études secondaires, il rejoint le Prytanée national militaire de La Flèche, et entre ensuite en 1927 à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, où il fait de LYAUTEY son idole. Il est issu d'une famille de militaires de longue date.

 Élève indiscipliné et devant redoubler, il sort de Saint Cyr avec seulement le grade de sergent-chef (alors qu'habituellement les élèves sortent de Saint-Cyr au minimum avec le grade de sous-lieutenant), et est affecté en Corse puis en Algérie. C'est qu'il n'aime pas ces traditions militaires et surtout la glorification de la guerre, avec tout son décorum. Il est largement rétif aux devoirs de désobéissance aveugle.

 Il participe à la Seconde guerre mondiale, dans la campagne de Norvège. A la débâcle, il rejoint les Force Françaises Libres et a l'honneur, avec le général De GAULLE, d'être condamné à mort par le régime de Vichy. Il s'illustre dans les campagnes de novembre 1940 au Gabon, puis en Erythrée, puis à diverses autres campagnes militaires, avant de rejoindre en octobre 1943, le BCRA où il commande la mission "Citronelle" qui doit organiser le maquis des Manises dans les Ardennes. Lorsqu'il arrive au maquis pour y introduire entre autres des armes, il constate l'existence d'une autre résistance des paysans à l'occupant, non armée mais efficace notamment sur le plan de l'aide aux réfugiés ou aux évadés.

  Lorsque ce maquis subit un sanglant revers, il rejoint la brigade SAS, qui saute sur la Hollande en avril 1945 aux arrières de l'ennemi pour saboter ses communications et attaquer ses Postes de Commandement.

Jacques de BOLLARDIÈRE est à la Libération, l'un des Français les plus décorés de la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il est promu lieutenant-colonel et en 1946 il est débarqué à Saïgon avec le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient. Il rentre en France en 1948, puis commande les troupes aéroportées en Indochine de 1950 à 1953. 

Lors de ce commandement, il se prend de sympathie pour le peuple vietnamien et commence à avoir de la répugnance envers cette guerre. C'est qu'il comprend les parallèles que l'on peut faire entre la lutte pour la Libération du peuple français en 1940-1945 et celle du peuple vietnamien. Déjà qu'il ne participait pas à l'esprit de revanche qui animait la haute hiérarchie de l'armée française sur sa défaite humiliante de 1940. Par ailleurs, les conditions de déploiement des troupes françaises, sans compter celles de ses transports (dans des cargos!) de France au VietNam (témoignage familial de l'auteur de l'article), pitoyables pour le moins, avaient déjà de quoi faire réfléchir...

Affecté au Centre des Hautes Études Militaires en octobre 1953, puis à l'École de guerre, où il enseigne la tactique des troupes aéroportées, il prend la tête de deux brigades en Algérie en juillet 1956. En décembre de la même année, il est promu général de brigade, alors le plus jeune général de l'armée française. Il exprime très tôt ses appréhensions vis-à-vis de la guerre en Algérie. Il a alors sous son commandement le lieutenant de réserve Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER (JJSS) qu'il autorise à circuler partout en Algérie et à entretenir des contacts avec des journalistes. Il met l'accent, au poste qu'il occupe, l'accent avant tout sur l'action sociale au détriment de la lutte contre les troupes rebelles. Il retrouve là l'esprit de LYAUTEY et de sa doctrine sociale du soldat. 

 

Une action militante non-violente

C'est alors que en raison de la dégradation de la situation dans le secteur dont il a la charge que le général MASSU diligente une enquête qui montre à la fois l'inefficacité de la répression dans ce secteur et la mauvaise tenue des troupes. Il demande à être relevé de son commandement en raison du manque de moyens - fait général dans toute la colonie, la métropole ayant toute sa reconstruction à effectuer... - et de la structure de la hiérarchie qui le place sous les ordres de MASSU.

       Ce n'est qu'à son retour en France qu'il s'exprime publiquement au sujet de la torture à l'occasion de la sortie du lire de JJSS, Lieutenant en Algérie. Auparavant seulement très connu des milieux militaires, il entre en pleine jour pour le grand public. Il faut dire que c'est sur l'insistance de ses camarades proches qu'il le fait, car il n'aime pas se produire en public.

 Sa prise de position retentissante lui vaut une sanction de 60 jours d'arrêt de forteresse, en avril 1957. C'est qu'il n'est pas complètement isolé dans l'institution militaire et beaucoup d'officiers, soit par répugnance du système colonial, soit parce qu'ils partagent ses convictions chrétiennes, et les autorités craignent toute contagion. Jacques de BOLLARDIÈRE ne cache pas ses sentiments sur l'analogie entre les méthodes nazies sous l'occupation et les pratiques de la torture pendant la guerre d'Algérie. Même s'il est le seul officier supérieur à s'être exprimé ouvertement contre ces pratiques, un certain nombre d'officiers subalternes partagent ses points de vue. De plus, il n'est pas le seul officier supérieur qui s'exprime publiquement ; même s'il est alors dans la réserve, le général Pierre BILLOTTE refuse également toute forme de torture. 

Cela ne met pas fin à sa carrière militaire, car, bénéficiant du soutien de Gaston DEFERRE, il est nommé adjoint du général commandant supérieur des forces armées de la zone de défense AEF-Cameroun, puis à Conblence, en Allemagne, des postes honorifiques qui l'éloigne du commandement. Il démissionne au moment du putsch des généraux (avril 1961), n'ayant pu obtenir de poste en Algérie comme il le souhaitait. Ne voulant pas être complice d'une aventure totalitaire qui a réellement ébranlé la nation, Jacques de BOLLARDIÈRE opère un tournant radical dans sa vie.

Sa rencontre en 1970 avec Jean-Marie MULLER accentue son inclination de gauche et pacifiste. Il devient un membre actif du Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN) avec sa femme Simone. Il participe au mouvement de défense du Larzac menacé par l'extension du camp militaire. Il participe en 1973 à la campagne contre les essais nucléaires, notamment sur son voilier, le Fri. C'est l'aventure du "commando Bollardière" en compagnie de Jean TOULAT, jean-Marie MULLER et Brice LALONDE. Il participe ensuite à différentes luttes sociales dans les années 1970. 

C'est dans ces années qu'il fait publier coup sur coup trois ouvrages, Bataille d'Alger, bataille de l'homme (1972), La Bataillon de la paix (ouvrage collectif) (1974) et La Guerre et le désarmement (1976).

Président de l'association Logement et promotion sociale de 1968 à 1978, il est également membre d'associations régionalistes bretonnes et théoricien de la défense civile non-violente. Lors de sa participation aux cessions de formation organisées notamment par Le Cun du Larzac, il impressionne toujours pas ses propos et son calme; "Cette cause du Larzac est la mienne, disait-il, devant un auditoire de 50 000 personnes au Rajal du Larzac, l'un de ces nombreux rassemblements qui eurent lieu alors, Je suis opposé à l'extension du camp. D'abord parce que la décision a été prise en dehors de toute démocratie. Ensuite parce que le choix qui a été fait est mauvais. Aucun pays n'a de véritable défense nationale s'il na pas l'adhésion de la population, et surtout celle de sa jeunesse". 

   Ses combats ont fait l'objet de plusieurs ouvrages et d'au moins deux films (Général de Bollardière, d'André GAZUT et Pierre STUCKI, de 1974 et Un combat singulier, documentaire de 52 minutes de Xavier VILLETARD, en 2004). 

 

Jacques Pâris de BOLLARDIÈRE, Bataille d'Alger, bataille de l'homme, Éditions Desclée de Brouwer, 1972 ; Le Bataillon de la Paix (ouvrage collectif), Éditions Buchet-Chastel, 1974 ; La Guerre et le désarmement, Paris, 1976. 

Roger BARBEROT, Malaventure avec le général Pâris de Bollardière, Plon, 1957. Jean TOULAT, Un Combat pour l'homme, Le général de Bollardière, Éditions du Centurion, 1987 ; Combattants de la non-violence, De Lanza del Vasto au Général de Bollardière, Cerf, 1983. Vincent ROUSSEL, Jacques de Bollardière : de l'armée à la non-violence, Desclée de Brouwer, 1997. Jessie MAGANA, Général de Bollardière, non à la torture, Actes Sud, 2009.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens