Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2018 6 10 /03 /mars /2018 13:47

    Jean DU TEIL de BEAUMONT est un général français de la révolution et de l'empire, théoricien de l'artillerie. Actif de 1743 à 1813, issu d'une famille de militaire, il participe à la révolution tactique de l'époque.

Il ne faut pas négliger son importance : en modifiant les conditions de l'utilisation de l'artillerie, il modifie à la fois le rapport entre les trois armes, que sont la cavalerie, l'infanterie et l'artillerie, et intensifie l'usage du cheval dans les armées. Cet usage augmente la mobilité de l'artillerie et permet également la manoeuvre en divisions; La cadence imposée à l'infanterie dans la marche et dans la manoeuvre est accrue d'autant. Sans compter bien entendu, l'intensification de l'usage du feu et l'augmentation sérieuse des pertes dans les batailles...

 

Un théoricien de la tactique de l'artillerie

    Le chevalier DU TEIL fait partie du courant réformateur qui aime les militaires français dans la  seconde partie du XVIIIe siècle. Il publie son ouvrage De l'usage de l'artillerie nouvelle dans la guerre de campagne en 1778 pour proposer des solutions nouvelles pour l'emploi de l'artillerie, arme de prédilection dans les campagnes de BONAPARTE. Il préconise la mobilité pour les batteries et souligne la valeur des tirs obliques. Selon lui, l'artillerie doit être employée presque exclusivement comme arme offensive. A cet effet, l'armée doit se doter d'une capacité de feu importante. DU TEIL encourage la concentration de l'artillerie dans les secteurs stratégiques plutôt que sa répartition dans divers secteurs de moindre importance où il est préférable de donner l'illusion d'attaquer, sans véritablement engager un nombre de forces trop élevé. Le but est d'assommer l'adversaire sous une pluie de projectiles pour mieux l'anéantir par la suite. La mobilité doit permettre au commandant en chef de contrôler le mouvement de ses batteries et de les placer rapidement en position de tir. cette manoeuvre était accomplie au galop, les pièces étant placées à mille mètres des lignes ennemies. Il envisage l'artillerie comme un instrument idéal pour déstabiliser l'adversaire, à la fois physiquement et psychologiquement.

   Le jeune BONAPARTE sert sous les ordres du baron DU TEIL, frère du chevalier, à Auxonne, et devient l'un de ses élèves les plus doués. C'est à ce moment qu'il est initié aux doctrines du chevalier, lesquelles ont une influence durable sur son approche de la guerre, au même titre que celles de GUIBERT et de BOURCET, les autres grands novateurs français de l'époque dans le domaine militaire. (BLIN et CHALIAND).

 

Jean DU TEIL, Manoeuvres d'infanterie pour résister à la cavalerie et l'attaquer avec succès, 1782 ; Usage de l'artillerie nouvelle dans la guerre de campagne ; connaissance nécessaire aux officiers destinés à commander toutes les armées, 1788. Ces deux ouvrages sont disponibles sur le site de BNF, Gallica.net. 

Eugène CARRIAS, La pensée militaire française, Paris, 1960.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens