Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 08:41

         Livre collectif de membres du Réseau "Sortir du colonialisme", ce livre se veut le début de l'analyse de la toponymie (noms des rue de Paris) poursuivie dans le blog du même nom, afin de combattre une certaine mémoire de l'histoire de la France. 

       Didier EPSZTAJN et Patrick SILBERSTEIN expliquent leur démarche au début de ce livre, qui déroule en une "croisière" ces noms de rues baptisées des "célébrités" de l'aventure coloniale.

Même si on peut penser que cela n'a pas vraiment beaucoup d'importance, il faut se souvenir que la mémoire collective est la prégnance de mille détails de la vie quotidienne, dont les noms de rue, vus ou aperçus lors de la marche ou de la conduite automobile dans le Paris d'aujourd'hui n'est pas anodine. Même si, comme ils le rappellent d'ailleurs, ces noms "coloniaux", ne "marquent" que 300 des quelques 6 000 rues, voies, avenues, boulevards de la capitale, ils contribuent au "dessin" que se font les Français (et les Touristes!) de Paris.

Pour les auteurs de ce petit livre, ces "plaques bleues font bien plus que célébrer l'expansion coloniale française et son oeuvre "civilisatrice" ; elles montrent l'extraordinaire imbrication du fait colonial avec la construction et le fonctionnement de l'Etat. Les élites du pays, dont évidemment les élites militaires, ont été façonnées par le système colonial et impliqués dans son histoire." Pour eux, qui s'appuient d'ailleurs sur une flopée d'études historiques dont on retrouve les références en fin de livre, "Contrairement aux enseignement diffusés, il n'y a pas d'un côté la république vertueuse - pour n'en rester qu'à ce régime politique - et de l'autre le colonialisme et les colons. Il n'y a pas non plus un Alexis de Tocqueville - qui a évidemment été récompensé par une rue dès 1877 - penseur de la démocratie et un autre Alexis de Tocqueville penseur des razzias. Il y a bel et bien enchevêtrement, symbiose, imbrication". 

D'ailleurs pour ceux qui en doutent, l'attribution des noms de rue, de la même manière que l'édification de statues d'ailleurs, est le fruit d'une bataille politique et idéologique qui remonte parfois jusqu'à l'Assemblée Nationale. Les auteurs ne demandent pas l'occultation de la mémoire de cette colonisation, ils réclament seulement l'annulation d'une certaine glorification d'un certain passé plus que sanglant. Ils déplorent d'ailleurs que le projet d'un musée de la colonisation, quel qu'en soit le nom, n'ai pu d'ailleurs aboutir. Car la mémoire demande une explicitation de l'histoire que les noms de voies piétonnières et/ou routières ne restituent que peu ou pas du tout. 

Qui sait que la rue du Lieutenant-Lapeyre dans le 14ème arrondissement est un hommage au sous-lieutenant d'infanterie coloniale, "mort héroïquement au cours de la pacification du Maroc" ou que la rue du Colonel-Moll dans le 17ème arrondissement célèbre un officier des troupes de marine, commandant au Tonkin puis en Afrique, où il est chargé de fixer les frontières des territoires sous domination française afin d'arrêter le partage avec les territoires colonisés par la Grande-Bretagne et l'Allemagne (1903-1906)? Ce petit livre est un guide intéressant à prendre en main avec les guides touristiques... 

Guide du Paris colonial et des banlieues, Éditions Syllepse, 2018, 145 pages. https://guidedupariscolonialetdesbanlieues.worldpress.com. www.anticolonial.net. 

Partager cet article

Repost0

commentaires