Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2018 5 30 /03 /mars /2018 09:49

     Le rapprochement entre le Moyen-Âge et l'époque contemporaine à propos du mercenaire n'est ni une provocation ni une spéculalation. Dans les deux cas d'expansion des entreprises militaires privées, c'est à une même dynamique de conflit entre État et mercenaires à quoi nous avons affaire. Dans les deux cas cette expansion nuit à l'État tel qu'il soit présent dans le monde féodal ou post-féodal ou dans des guerres qui opposent des État occidentaux à des pseudos-Etats ou des groupes terroristes ou toujours dans ce dernier cas dans maints coopérations militaires entre États. L'expansion moderne des compagnies privées militaires, qui mêlent compétences en armement et en tactique s'inscrit dans ce que nous appelons une (tentative ou réalisation) reféodalisation du monde.

Corollaire de l'accroissement du rôle des entreprises militaires privées, parallèlement à la dissémination de quantités d'armes de tout genre, la difficulté d'établir ou de rétablir une relative paix sur des territoires de plus en plus étendus. Qu'ils participent directement ou qu'ils soient seulement conseillers, ces entreprises vivent de la guerre, que de la guerre, que de la préparation de la guerre, à l'image de ces grandes compagnies qui ont sévi, en Europe de l'effondrement de l'Empire Romain à la Renaissance ou bien ailleurs, qui entretenaient un désordre violent autant en période de guerre qu'en période de trêves...

        Pascal LE PAUTREMAT, géopolitologue français, chargé de cours dans l'Enseignement supérieur et Conférencier, fondateur et président de la société Actiongeos, spécialisée sur les questions géopolitiques et géoéconomiques, fait bien ce rapprochement. Après avoir défini le mercenariat comme "une fonction militaire ou paramilitaire assurée en contrepartie d'un salaire (au sens latin de merces, salaire)", lequel salaire peut prendre bien des formes, il date son apparition dès l'Antiquité, pour connaitre son âge d'or en Occident, de la fin du Moyen-Âge jusqu'au XVIIe siècle, même si d'autres auteurs indiquent d'autres époques. En tout cas, "à cette époque, les mercenaires, souvent issus de pays relativement pauvre ou morcelés, représentent la principale force armée pour le pouvoir politique. Ces professionnels de la guerre lui sont indispensables lorsque de véritables armées permanentes font défaut. Leur fidélité repose essentiellement sur un contrat par lequel un salaire leur est versé en échange de leurs services. Leur rôle est par conséquent d'une importance capitale avant la consolidation des États-nations et la constitution d'armées nationales qui ont entrainé leur quasi-disparition à la fin de l'époque moderne. En effet, la conscription et le développement de l'idéal patriotique, à partir des révolutions américaine et française, ont permis de recourir à des effectifs militaires de plus en plus importants. La formation de contingents, le maintien de conscrits sous les drapeaux offrent, en permanence, les éléments armés destinés à la protection du territoire national et des intérêts de l'État."

"Pourtant, ajoute-il, après une éclipse de près de deux siècles, le mercenaire reparait dans la seconde moitié du XXe siècle sous une forme entrepreneuriale, par le biais des sociétés militaires privées (SMP). il devient récurrent dans les crises inter- ou intra-étatiques, dans un monde où les frontières entre guerre ouverte et guerre secrète sont de plus en plus floues. cette résurgence invite à porter sur le phénomène un regard historique large, des âges antiques jusqu'à l'actualité tumultueuse du début du XXIe siècle."

 

Les grandes compagnies

    Pascal LE PAUTRENAT toujours, indique que "les grands empires, tout au long de l'Antiquité, ont recours aux services de mercenaires qui sont plus ou moins confondus avec les troupes auxiliaires. On leur reconnaît compétences techniques et prouesses dans le maniement des armes les plus récentes. Souvent, ils deviennent indispensable pour les souverains soucieux d'asseoir leur puissance."

Employés au gré des guerres de conquêtes par différents Empires, les mercenaires remplacent ou complètent les troupes, par exemple de Carthage pendant les guerres puniques (264-238 av JC), de Rome (avec des troupes composées majoritairement de Gaulois et de Germains à la fin de l'Empire), de Byzance qui fait appel de manière répétée à des Nordiques, des Germains, des Francs et des Normands d'Italie... A l'époque médiévale féodale, les forces mercenaires se mettent fréquemment au service des puissances qui se veulent souveraines. Les rois capétiens ont recours à des chefs mercenaires renommés, par exemple le Brabançon Lambert CADOC, LUPICARE ou BRANDIMER, tout comme leurs rivaux les rois plantagenêts. 

Pendant la guerre de Cent ans (1337-1453), le recours au mercenaires s'intensifie tant du côté anglais que du côté français. Faute de finances suffisantes pour constituer une armée nationale, le roi Charles VII (1422-1461) ne peut éviter l'emploi d'un nombre croissant de mercenaires. Qui devant l'abondance des rapines possibles ou des rémunérations de plus en plus fortes (rendues possibles par le commerce des otages nobles capturés...), se structurent en véritables unités, dénommées Grandes Compagnies, représentées par leurs capitaines qui louent leurs services aux princes d'Europe. Sans autres critères de fidélité que l'importance des profits à en tirer. 

      Ces grandes compagnies deviennent puissantes, en temps de guerre comme en temps de paix où elles se transforment en bandes redoutables de brillants. Ces mercenaires sont désignées comme "routiers" (routes, troupes à l'époque).

On peut repérer plusieurs vagues de compagnies de routiers qui apparaissent dès le XIIe siècle.  Une première vague apparait au XII et XIIe siècles. Ils participent à la guerre civile en Angleterre avant d'être intégrés de façon permanente à l'armée du roi Henri II à partir de 1159. Dans les années 1180, on constate le même phénomène en France dans les troupes du roi Philippe Auguste. Mais cette intégration restent soumises aux conditions favorables pour l'entretien des troupes et la fidélité va surtout aux grands capitaines, parfois en conflit direct avec les représentants du roi notamment après la réussite du siège d'une ville. Si le capitaine entend récompenser ses troupes avec le fruit du sac de la ville, la royauté ne peut espérer tirer profit d'un cité en ruine... La fidélité volatile des troupes de mercenaire par rapport à la royauté trouve sa parfaite réciprocité dans la mauvaise habitude que certains souverains ont de ne pas payer ces troupes après victoire. C'est ainsi que Jean sans Terre, le plus riche et les puissant roi, même devant le roi de France ne paye plus à un moment donné ses mercenaires : ceux-ci passent alors à l'ennemi...

Au XIIe et XIIIe siècles, les routiers proviennent de nombreuses régions et se situent souvent, et parfois très précisément dans la transmission des capacités de capitaine à fils ou neveu de capitaine, dans la continuité des générations précédentes. Ils sont désignés suivant leurs origines géographiques, puisqu'ils ont tendance à se regrouper entre Allemands, Aragonais, Breton, Catalans, Navarrais, et parfois suivant des signes distinctifs, Paillers par exemple, ou une certaine réputation, comme les Ravisseurs.

Au XIVe siècle, les grandes compagnies sont des troupes d'aventuriers, qui, financés par les princes en temps de guerre, vivent de pillage et de rançons en temps de paix ou de trêves. Les royautés comprennent alors que loin de pourvoir à leurs appêtits de puissance, les grandes compagnies sont plutôt source de multiples désordres, allant jusqu'à contrecarrer leurs efforts pour constituer un sentiment national. Tendant à veiller à ce que les grandes compagnies restent contrôlables, payées pour se faire, les rois les rapatrient et les déplacent à leur gré, surtout après le traité de Brétigny de 1360 qui suscite alors bien des espoirs. Régulièrement après des traités conclus en bonne et due forme (par exemple celui plus tard d'Arras de 1435), les grandes compagnies constituent un réel problème pour les monarchies. 

   C'est un jeu complexe qui souvent alors se met en place, mettant aux prises non seulement les troupes royales contrôlées entre elles, mais également les grandes compagnies, qui peuvent passer d'un camp à l'autre.

Dès 1364 en France, à l'avènement de Charles V, il devient évident que le rétablissement de l'autorité royale et de l'économie passe par l'éradication de ces grandes compagnies. Ce souverain refuse de négocier (notamment les otages...) avec les capitaines, réorganise l'armée en déléguant à ses frères l'organisation de la réponse militaire au sein de chaque principauté. Et rapidement, avec notamment l'appui des Villes et d'une grande partie de la paysannerie, les chevaliers du roi combattent avec de plus en plus de vigueur et de persévérance les routiers. En dehors des possessions royales, les ducs et les troupes d'autorités religieuses (en Lorraine et sur les bords du Rhin par exemple) s'organisent elles-mêmes pour les combattre et cessent de faire de ces bandes armées des auxiliaires de leur troupe, sauf à les y intégrer complètement.

Il faut de nombreuses péripéties et diverses trahisons avant que l'emporte ce grand mouvement européen d'expulsion des grandes compagnies, parfois à coup d'opérations militaires contre elles. Certains éléments alimentent plus tard cette nouvelle génération de mercenaires que sont les condottiere dans la péninsule italienne du cours des XIVe et XVe siècles si décriés par MACHIAVEL. 

Ces troupes aguerries, en roue libre ou rattachée aux armées royales, bien organisées et très mobiles pour l'époque constituent un élément décisif de bien des batailles. C'est pourquoi les différents monarques hésitent longtemps avant de s'employer à les disperser, à les détruire ou à les mettre hors de leur territoire. 

 

Un mercenariat persistant

    Mais comme le rappelle d'ailleurs Pascal LE PAUTREMAT, l'appel aux mercenaires perdure très longtemps après la constitution des armées nationales permanentes. La transformation progressive de l'armée féodale en armée de métier se fait souvent par apport d'éléments mercenaires "nationalisés", et parfois, à côté du principal corps armé subsiste des éléments mercenaires, mais qui n'ont rien à voir avec leurs lointains ancêtres. Ils sont eux disciplinés, régulièrement payés, et parfois mis à la disposition, de manière quasi permanente, du roi par des alliés (les fameux gardes suisses de l'armée française par exemple). Mais cette transformation est lente, même si elle aidée par un certain nombre d'applications techniques (armes à feu, fortifications méthodiques...), et subsiste longtemps l'emploi de formations mercenaires ad hoc, comme lors de la guerre de Trente Ans (1618-1648) ou encore au XVIIIe siècle (Maurice de Saxe (1696-1750) avec son armée offre ses services... appréciés).

C'est surtout au XIXe siècle que les activités des mercenaires déclinent, ceux-ci étant dévalorisés sur le plan de la technique (les armées mettent plus en avant la maitrise du feu et du fer que le courage) et des valeurs (le  nationalisme et le patriotisme prime sur la vie apatride). Si les armées ont toujours besoin de soldats faisant de la vie militaire leur manière d'être, à l'inverse des conscrits qui offrent à la Nation plusieurs années de leur existence par devoir et par obligation, ce ne sont plus des groupes qu'elles recherchent, mais des individus volontaires, tant elles se méfient de ce qui peut ressembler à une allégeance extérieure à la leur. Des officiers ou des soldats volontaires servent dans les différentes armées européennes, souvent sous des contrats très longs et surtout sur des théâtres d'opération extérieur aux territoires métropolitains, dans les guerres de conquête coloniale notamment.

Il est difficile de trouver la filiation mercenaire au XXe siècle - mais elle peut exister - dans les différentes brigades internationales comme celles qui combattirent lors de la guerre civile espagnole de 1936-1939. Pour des raisons idéologiques opposées, divers volontaires européens rejoignent alors, pendant la seconde guerre mondiale, les rangs de l'armée allemande du IIIe Reich pour combattre le bolchévisme sur le front de l'Est.

Dans la seconde moitié du XXème siècle, la guerre froide constitue le cadre pour des activités de volontariat et de mercenaires, notamment à travers les guerres et crises de la décolonisation. D'anciens militaires, issus souvent de troupes d'élites des guerres d'Indochine  (Français et Américains) et d'Algérie (Français) se retrouvent officiellement ou très souvent clandestinement dans des opérations sur tous les continents, en liaison avec des services discrets ou secrets, souvent comme conseillers militaires. On retrouve le phénomène des deux côtés du "rideau de fer".

 

Des sociétés militaires privées.

   C'est surtout à partir des années 1980, si l'on excepte le cas particulier de l'Amérique Latine et Centrale, que le milieu du mercenariat ou des professionnels de la guerre connaît une nouvelle mutation. Avec la fin de la guerre froide, les restrictions budgétaires dans les armées, les diminutions d'effectifs, de nombreux soldats, proprement démobilisés alors que la vie est surtout militaire pour eux, se trouvent dispersés dans le monde; Souvent, dans les conflits limités qui se multiplient alors, des sociétés militaires se constituent, attirant une nouvelle génération d'hommes prêts à louer leurs services. Issus de divers milieux, anciens militaires en fin de contrat, aventuriers ou idéalistes, amateurs ou individus en déshérence, ils intègrent divers département de ces sociétés, entre démonstrateurs d'armement, conseillers militaires ou supplétifs de division d'armée. 

Dans les années 1990, c'est en ex-Yougoslavie qu'on mesure le mieux la pérennité du phénomène d'attraction exercé par les conflits armés. Dans un territoire où pénètrent plusieurs marchés d'armements divers, où plusieurs groupes militaires, issus souvent des rangs de l'Armée Populaire Yougoslave, "choisissent" un camp ou un autre, chez les Bosniaques ou les Croates ou encore chez les Serbes. 

Au sein des SMP, les actifs mobilisables se répartissent en deux catégories, si l'on suit notre auteur : ceux qui sont en mesure d'effectuer une opération armée et ceux qui accomplissent des missions de formation, d'instruction et d'encadrement au profit d'États demandeurs; Souvent en liaison, non officielle, avec différentes filières du commerce des armements, ces SMP interviennent de plus en plus souvent dans des conflits dites de "basse intensité". Certaines SMP y interviennent de manière à peine voilée pour des entreprises de lobbying, d'extraction minière, diamantifère ou pétrolière, dans des pays instables, comme le Sierra Leone, l'Angola ou la République démocratique du Congo (ex-Zaïre) et la liste de ces pays a plutôt tendance à s'allonger à l'orée du XXIe siècle. Ce sont surtout les SMP américaines qui dominent ce qui constitue maintenant de véritables marchés, véritables multinationales de la sécurité - lesquelles peuvent parfois intervenir aussi, directement ou par l'intermédiaire de filiales, sur des territoires européens ou états-uniens. L'activité de ces SMP explose littéralement pendant les interventions américaines des années 2000 dans le Golfe et en Irak.

Si dans de nombreuses contrées et dans de nombreux pays, où le libéralisme touche - ils ne verraient d'ailleurs pas pourquoi il en serait autrement - les problématiques militaires, comme aux Etats-Unis ou au Royaume Uni, l'attitude officielle est plutôt bienveillance envers le développement de ces SMP, d'autres pays, au sein de l'Union Européenne notamment, en France particulièrement, manifestent une approche plutôt réservée. Pour des raisons éthiques et culturelles surtout, pas encore pour des problèmes de pouvoir économique ou politique. Plusieurs Etats, de la France à l'Afrique du Sud mettent en place une législation qui interdit ou restreint la pratique du mercenaires et l'activité de ces SMP. L'inquiétude grandit d'ailleurs dans certains milieux politiques et militaires, sans compter l'opinion publique, sur l'ampleur de leurs activités, qui croisent souvent entre le légal, le non-contrôlé et l'illégal, via des réseaux parfois opaque où la grande criminalité n'est jamais absente. 

      L'ONU concrétise cette inquiétude en condamnant le mercenaires par diverses résolutions, dont la première date du 29 novembre 1968 (assez tôt donc). D'autres instruments juridiques prohibant le mercenaires sont l'article 47 du premier protocole additionnel (1977) aux conventions de Genève, la convention de l'OUA pour l'élimination du mercenaires en Afrique (1977) et la convention international contre le recrutement, l'utilisation, le financement et l'entraînement de mercenaires (1989). Pour l'instant, les législations ne sont pas parvenues à freiner le développement des SMP, qui ne sont souvent pas l'objet précis de celles-ci.

   En dépit d'une condamnation de principe, et surtout face à la multiplication d'abandon progressif de la part des États de fractions de leurs pouvoirs régaliens en matière de sécurité, les soldats privés, qui ne relèvent pas du mercenaires dans son expression traditionnelle, trouvent encore facilement des emplois attractifs et variés. Ils représentent un outil militaire fiable pour nombre de services spéciaux des grandes puissances guidées par leurs intérêts géopolitiques. Les SMP constituent de véritables outils géostratégiques, qui s'immiscent dans les crises et conflits armés. Plus de 15 000 de leurs employés opèrent ainsi en Irak en 2005. Les Etats membres de l'ONU se montrant de plus en plus réticents à fournir des unités par ses multiples opérations, l'organisation étudie sérieusement la possibilité de courir à de telles entreprises. 

   Comme l'écrit Pascal LE PAUTREMAT, "il reste que la frontière pluriséculaire entre soldat, au sens strict, et mercenaire est remise en cause : le mercenariat et le service armée sont devenus les expressions d'un milieu paramilitaire particulièrement complexe".

   Plus les Etats obéiront à des impératifs financiers qu'ils se refusent en définitive à maitriser - voulant laisser faire les marchés - plus ils sont soumis à des impératifs budgétaires de réduction du format de leurs armées, alors même que les dangers peuvent se multiplier dans diverses régions du monde, plus ils laisseront à des entreprises militaires privées entamer leurs pouvoirs régaliens et par là, une grande partie de leur légitimité même. La mémoire historique devrait pourtant leur indiquer que cette évolution est des plus dangereuses. 

 

Pascal LE PAUTRAMAT, Mercenaires, dans Encyclopedia Universalis, 2014.

 

STRATEGUS

    

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens