Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 08:25

       De la fin de l'Empire Romain d'Occident à la fin du Moyen-Âge, si on peut encore se permettre ce genre de découpage historique commode, soit du début du fractionnement du pouvoir politique au commencement de la fin de l'ordre féodal, c'est en France que se réalise, bien plus qu'Italie ou en Espagne, en encore plus qu'en Allemagne et en Grande-Bretagne le rassemblement de territoires sous une autorité consentie, à défaut d'être encore stable et centralisée (ce qui n'est le cas que plus tard sous les quatre Louis). Si le rassemblement de ces terres ne relève pas complètement (ou seulement en pointillé suivant les règnes et la volonté des responsables d"une Église soucieuse de son autonomie) d'une stratégie mise en oeuvre tout au long de ces siècles, la maison capétienne est mue, par nécessité ou par ambition, dans il faut le dire une sorte de chaos qui mêle guerres, épidémies et famines endémiques, par un mouvement d'expansion qui ne se dément pas. Face à ses rivales, elle manifeste non seulement une ambition tenace, mais également une croyance en sa destinée, soutenue par tout un ensemble de groupes culturels très divers, soucieux à la fois de stabilité (qui permet le commerce) et las d'autorités éclatées incapables d'assurer à la fois paix et prospérité. Le souvenir de l'Empire Romain, perpétué sur le plan politique par la fiction relative du Saint Empire Romain Germanique, l'unification progressive de populations sous la même foi catholique, d'heureuses conjonctures militaires, la position géographique centrale de l'Ile de France, une terre propice à toutes sortes d'agricultures, sont quelques éléments qui permettent à des familles ambitieuses, possédées parfois par la foi de leur destin, regroupées sous une même généalogie de coeur et d'esprit, celle des Capétiens, d'amalgamer au fil des siècles allégeances et propriétés.

 

Une même hantise au long des siècles : accroitre les territoires et affermir l'autorité

      La dénomination de dynastie capétienne, des Capétiens directs, puis des Valois et enfin des Bourbons est une commodité d'historiens, mais pas seulement. L'emblème de la fleur de lys est le ralliement de toutes ces lignées, dominées et dominantes, et elle est la marque d'une véritable famille royale. Sans pour autant décrire les différentes luttes politiques et militaires comme des conflits, armés souvent, entre frères, cousins et atterra (sans compter les soeurs et les cousines...), il existe entre tous ces personnages aux moyens légaux et financiers qui s'accumulent au cours des siècles de véritables accointances qui les distingue définitivement d'autres lignées, comme celles de Plantagenêts ou des Hohenzollern. Il n'y a pas pour autant identité parfaite entre ces lignées capétiennes et le sentiment protonational français partagé par tant de féodaux, d'ecclésiastiques, d'artistes, de nobles. Des Bourbons pourront au fil des siècles s'opposer à d'autres lignées capétiennes, de même que les Valois. Il existe toutefois une véritable durée sur le long terme, et après les Mérovingiens et les Carolingiens, du règne de cette dynastie, dont on a pu écrire qu'elle était la plus longue du monde, d'Hugues Capet (987) à Louis XVI (1793), prolongée par intermittences ensuite avec Louis XVIII, Charles X et Louis-Philippe Ier (1814-1848). Non seulement, cela fait plus de 35 têtes couronnées (37), mais nombreux ont en tête d'accroitre de manière ferme leurs possessions, avec atout idéologique majeur qui importe à ces époques, d'être sacré, oint du Seigneur, reconnu par l'Église, garants de l'extension et de la sauvegarde de la Chrétienté en Occident. La hantise des souverains les plus en pointe dans cette lignée qui ne compte pas que des lumières (!), et ils furent assez nombreux, les familles étant capables se se repassés le flambeau soit directement soit dans un premier temps par l'intermédiaire de conseillers privés du Roi inamovibles la plupart du temps, est de notre vassal de personne et d'accumuler en revanche les allégeances féodales, dans le cadre d'un ordre féodal qu'ils ne contestent d'abord pas (ils le confortent plutôt) avant de le transformer en monarchie directement responsable devant Dieu. Le grand problème de cette dynastie, dynastie d'abord militaire, qui finira d'ailleurs de la faire tomber au XVIIIe siècle, est d'être obligée de s'endetter de plus en plus pour soutenir ses guerres, et d'être obligé soit de ne plus les payer (en s'en prenant physiquement aux finances, Juifs, Templiers, Italiens...), soit de recourir à des assemblées plutôt turbulantes, parfois en États-généraux décisifs pour l'avenir de la monarchie. 

     On peut constater deux phénomènes majeurs qui contribuent à conforter les acquisitions territoriales directes et indirectes au fil du temps : l'organisation d'une fiscalité efficace supportée par une organisation administrative (avec un monopole de la frappe de la monnaie) (chapeautée par des responsables directement auprès du Roi) et la constitution progressive d'une armée permanente qui permet - sans que l'analyse en soit faite sur le moment - de rejeter des territoires les mercenaires de tout type, parallèlement d'ailleurs à l'établissement d'un monopole royal (personnel) sur des fabrications d'armes et sur les mines). De plus le sentiment national, à coup de propagandes, religieuses ou non, se diffuse dans des parties des populations, notamment urbaines (parallèlement au progrès de l'intruction scolaire) qui au départ ne reconnaisse comme autorité que celle des princes, comtes, barons, à la tête d'un système féodal ou post-féodal (féodalité bâtarde)... Les gens d'armes clament pour exécuter les sentences de justice, progressivement, Au nom du Roi! alors qu'auparavant résonnaient au nom du Prince!, au nom du Comte!, voire au nom de Dieu!

     Ce qui tranche progressivement le caractère de cette dynastie capétienne d'avec celles qui l'ont précédée, c'est une sorte de déplacement (déjà amorcée au cours de l'héritage de Charlemagne) de l'attention et des énergies de ses rois et reines, du Saint Empire Romain Germanique vers le territoire devenu français. La polarisation du conflit avec l'Angleterre s'opère de l'intérieur même de la dynastie. Si après 1066, le duc de Normandie devient roi d'Angleterre, certains rois d'Angleterre parlant un français plus "correct" que ceux qui règnent en Ile de France, c'est dans la foulée des rivalités qui s'expriment durant les Croisades que s'affirment les allégeances différentes entre ceux-ci. Philippe AUGUSTE qui se sert encore du prestige de la Rome antique pour se faire acclamer à Paris, Louis IX (Saint Louis) qui intervient sur les conflits entre Papauté et Empereur germanique et Philippe IV le Bel qui organise  le domaine royal jusqu'aux parlements des régions ont tous cette hantise d'accroitre et leur territoire et leur pouvoir à l'intérieur de ce territoire, et même sur ceux de leurs vassaux. C'est à l'occasion de la jonction, à la suite des conflits intérieurs aux Capétiens directs, dans une conjoncture qui rend difficile la succession directe, seul mode reconnu de transmission du pouvoir royal, entre Capétiens Directs et Valois, en 1328, que s'affirme de manière un peu définitive la ligne de fracture entre prétendants aux deux Couronnes (de France et d'Angleterre) et prétendants de la Couronne de France. L'avènement de Philippe VI de Valois en mai 1328 signe le début des hostilités, les membres mêmes de la famille des Capétiens (celle des Bourbons contre les Valois par exemple), répartissant leur préférence entre les deux sortes de prétendants.

Même si par la suite l'historiographie favorise la vision d'un conflit entre la France et l'Angleterre, durant la guerre de Cent Ans par exemple, il faut bien voir, et quand on raconte l'histoire d'Angleterre aux Anglais, on s'en aperçoit bien, que s'opposent réellement barons, princes... en faveur d'un Royaume qui unissent le Continent aux grandes iles contre illustres chefs de contrées en faveur d'un seul Royaume de France. C'est en cela, même si l'on a la vision d'une dynastie qui construit peu à peu un sorte de France aux frontières "naturelles" comme on l'écrira beaucoup plus tard, rien n'est réellement joué à cette période de l'histoire. On parle, on pense en Français des deux côtés de la Manche, dans une même culture globale, avant cette séparation définitive issue de la guerre de Cent Ans précisément, qui se double plus tard encore d'une fracture religieuse. Et que s'établit, au XVIe siècle, une séparation proprement linguistique aux redoutables conséquences...

     La stratégie des Capétiens Valois dont on parle n'est pas d'une même nature, car ce ne sont pas les mêmes branches de la famille qui pilote versant français, entre les deux branches qui se succèdent, mais on voit bien, que, parce que les souverains Anglais d'une part sont aux prises avec des problèmes féodaux d'une autre nature dans les îles (Angleterre-Ecosse-Pays de Galle-Irlande...), que les souverains d'Ile de France, qui parfois sont éjectés d'ailleurs de ce domaine, qui sont aux prises avec des rivalités normandes, bretonnes, aquitaines, provençale, qui s'additionnent ou se conjuguent dans le temps... Entre 1328 et 1589, cette maison des Valois, avec leurs branches (Valois direct, rameau d'Orléans, Rameau d'Orléans d'Angoulême), met en oeuvre les mêmes moyens en vue des mêmes fins, dans des conflits divers dont la matrice est constitué par la rivalité entre une maison qui se veut de plus en plus anglaise plutôt que française et une maison française qui se revendique seule la possession de territoires de plus en plus étendu autour de l'ile-de-France. Le grand jeu s'opère à trois au minimum, Bourguignons, Armagnacs et Plantagenêts se heurtent tour à tour ou en même temps dans des réseaux d'alliance où leurs vassaux peuvent faire parfois la différence. Chaque protagoniste emploie pro domo les mêmes expédients dans leurs guerres : impôt, frappe de monnaie, manipulation de leur valeur, emploi de mercenaires. On peut en venir à opposer plus des troupes 'françaises" entre elles que des troupes issues des deux rives de la Manche, étant donné que les ravages stratégiquement opérés en temps de guerre continuent en temps de paix. Les mercenaires n'arrêtent pas leurs déprédations et les souverains emploient beaucoup d'énergie à lutter autant contre ceux-ci que les uns contre les autres... La guerre de Cent Ans, baptisée ainsi très tardivement (1337-1453) constitue une suite de guerres interrompues de trêves, dans une conjoncture économique obérée par la Grande Peste (1347-1352), ses effets qui semblent faibles sur le déroulement de la guerre, opèrent une saignée sans équivalent du haut en bas de l'échelle sociale des populations, ce qui montre le caractère terriblement contingent (ces contingences, sans jeux de mots, sont au sens propre terribles) des péripéties successorales. 

  La stratégie des Bourbons enchaine sur celle de la branche dynastique précédente, au hasard des successions, dans un contexte nouveau, celui de guerres de religions qui sont également une conséquence à moyen terme de la Grande Peste avec la remise en cause de l'ordre religieux établi. Le règne de ses Rois correspond à l'apogée de la monarchie absolue et la prépondérance française en Europe. L'ensemble des moyens revendiqués et mis en oeuvre de manière intermittente les siècles d'avant constitué les bases matérielles et morales solides de la monarchie : fiscalité régulière, armée permanente avec recrutement contrôlé, même si des éléments non français peuvent en constituer une partie, contrôle de l'instrument monétaire, monopole sur les mines et les fabrications d'armement, contrôle des arts et des métiers (sous forme de privilège sur territoire étendu souvent), mise à la disposition de la monarchie d'un ensemble de moyens d'information et de divertissement, alliance forte avec l'Église gallicane, sentiment national et d'allegeance à la monarchie... Avant les quatre Louis qui allient,  par leurs conseillers, pensée stratégique globale et mise en oeuvre de la défense d'un territoire, Henri IV met en place le système de consensus entre protestants et catholiques, entre les nobles et entre l'Eglise et l'Etat, qui fonde les conditions de l'existence d'une monarchie puissante et stable. 

Parmi tous ces moyens, la manière dont cette dynastie s'efforce de rendre la justice, sur le fond et en pratique, constitue une sorte de fil rouge qui compte beaucoup dans le ralliement des nobles et des populations, tant urbaines que rurales. Cet élément compense dans l'esprit de beaucoup le poids de l'impôt toujours plus important demandé. Dans la démarche idéologique, il s'agit - ce qui est théorisé assez tôt au XVe siècle, notamment dans les milieux religieux - d'un contrat qui lie sécurité, prospérité et soutien (moral et matériel) à la monarchie. 

   Tant dans la guerre de Cent Ans qu'auparavant se forge le sentiment national français, où l'activité des menestriels et des prêcheurs de toute sorte joue un très grand rôle. Le développement des foires commerciales va de pair avec le développement d'une activité artistique, cette dernière exaltant souvent les espoirs de paix et de prospérité porté sur la monarchie proto-française puis française. Les épopée de DU GUESCLIN et de JEANNE D'ARC constituent, mais il y en d'autres moins connues, deux pôles culturels qui cimentent ce sentiment national, en dépit de toutes les infortunes militaires. C'est d'ailleurs par l'étude de ces épopées comme des faits historiquement établis qui les ont fait naître que l'on perçoit le mieux le plus important ciment du pouvoir royal : l'adhésion de multiples pouvoirs politiques au départ pourtant fortement antagonistes et de multiples éléments des populations en général. Jusqu'à la fin toutefois, révoltes (urbaines, rurales, provinciales) et menaces de révolution parsèment la vie de cette monarchie, qui n'assure parfois son pouvoir qu'au prix de terribles répressions qui marquent d'ailleurs plus tard populations et pouvoirs locaux, dont la mémoire est utilisée, et ce jusqu'à l'époque moderne, pour d'autres combats. 

   Il n'empêche que la stratégie capétienne, avec cette transmission remarquable des connaissances (civiles et militaires) et de la culture d'une génération à l'autre, d'une branche dynastique à l'autre, dans laquelle l'Eglise catholique joue d'ailleurs un grand rôle, parvient à faire considérer ses membres comme les maître en leur Empire, les opérations de police étant là pour maintenir leur ordre chez eux, à l'intérieur de frontières de plus en plus garanties par des traités entre Royaumes et/ou Républiques. 

 

Une transformation progressive qui traverse toute l'Europe

     Jean-Philippe GENÊT décrit bien cette évolution multi-séculaire dont le pivot se situe lors de la transformation entre 1270 et 1360 de la monarchie féodale. C'est en France plus qu'ailleurs que cette évolution donne ses fruits les plus féconds. Pour une raison un peu simple, voire primaire : elle se situe à l'extrémité d'un continent où nombre de populations s'entassent après s'être déplacées d'Est en Ouest, sans pouvoir aller plus loin... Ces peuples n'ont pas grand choix, soit ils s'entendent ou meurent, sous le coup des guerres, des épidémies et des famines.

Entre 1270 et 1360, "la monarchie féodale, écrit-il, se transforme. Ce n'est pas une révolution ; mais une série d'évolutions, amorcée depuis longtemps, souvent dans l'Eglise ou les villes plus que dans les États, se cristallise pour donner naissance à une structure politique nouvelle : dans ses caractéristiques essentielles, elle préfigure l'Etat moderne. En quelques années, la fiscalité féodale (fondé sur l'aide du vassal au seigneur) devient une fiscalité consentie, une contribution. Ce consentement est, selon des modalités variables, exprimée par des assemblées représentatives (...) plus ou moins issues de la curie féodale. Du gouvernement effectué par un petit groupe de fidèles, on passe à des administrations de fonctionnaires et d'officiers ; de même, les armées constituées par la levée féodale des vassaux deviennent des armées professionnelles contractuelles, puis permanentes. L'espace imprécis dominé par les personnes se mue en un territoire, espace circonscrit et défini par des frontières. Le concept d'État (le mot apparait dans son acception moderne au XVe siècle) s'approfondit au plan juridique et théorique, avec des notions comme celles de des publics et de Couronne distincte de la personne du roi, avec la généralisation des raisonnements dérivés du droit romain, et l'idée que le roi est à la fois source de la loi et soumis à la loi. Enfin, la notion de sujet se superpose peu à peu à celle de vassal.

D'autres changements, poursuit-il, sans être d'ordre strictement politique, sont étroitement liés à cette évolution : ainsi la "naissance de l'esprit laïc", mais aussi ces hérésies qui, cherchant à circonscrire précisémennt le rôle de l'Eglise, sont en fait les premières manifestations de la réforme (...) et surtout - sans doute l'aspect le plus difficile à mettre en lumière - le développement du concept d'individu-ujet, qui, au-delà du politique, se traduit sur les plans de la littérature (avec la généralisation de la notion d'auteur), de la religion (avec la valorisation de l'expérience individuelle du chrétien, autre racine de la réforme) ou de l'art (idée d'artiste). Les historiens résument souvent ce bouleversement de la civilisation occidentale par le nom de Renaissance, associée plus précisément à l'Italie du Trecento et du Qattrocento, mais le phénomène culturel ne peut être coupé de la société dans laquelle il se produit : le substrat politique et social de la Renaissance est précisément cette genèse de l'État moderne, ou plutôt ses contrecoups, qui affectent toute l'Europe. les formes les plus achevées de la culture de la Renaissance se développement en effet hors des monarchies d'Occident, dans les cité de Flandre et d'Italie.

Le moteur de la genèse de l'État moderne est le couple infernal formé par l'impôt et la guerre : non la guerre féodale, limitée par la nature même des forces en présence, mais la guerre d'État à État, impliquant non seulement des armées et des financements d'une ampleur nouvelle (qui par exemple dépassent le fruit des prises et libérations d'otages...), mais aussi des ravages et des destructions à une échelle encore jamais vue. La guerre, qui permet d'exiger l'impôt, est à la fois cause et conséquence du développement de ce type d'État. Car, car l'effort d'organisation et de mobilisation rend l'appareil d'État de plus en plus efficace ; conséquence, car elle est l'instrument de la concurrence entre les États, départagés non par leur richesse ou leur puissance intrinsèques, mais par leur capacité à mobiliser des ressources toujours plus grandes pour la guerre. Les XIVe et XVe siècles sont des siècles de guerre permanente (...). Un cortège ininterrompu de conflits menés par les grands royaumes d'Occident, France, Angleterre, Aragon et Castille finalement unis : États héritiers des monarchies féodales qui se disputent les régions où celles-ci n'ont pu s'imposer, comme l'Italie et les Pays-Bas, où l'État bourguignon s'effondre à la fin du XVe siècle. La guerre n'est plus un événement, elle est une structure."

Mais comment les sociétés politiques des royaumes d'Occident ont-elles pu accepter cela? se demande Jean-Philippe GENÊT, car les conjonctures militaires ne peuvent réellement expliquer cette évolution générale. "L'arrière-plan économique fournit un commencement d'explication : la croissance pluriséculaire qui soutient l'affirmation politique de l'Occident de la fin du Xe au XIIIe siècle (et qui supporte les autorités féodales), s'essouffle dans la seconde moitié du XIIIe siècle : bientôt, la famine reparaît, la population stagne. En 1348, la Peste Noire fauche au moins le tiers de la population européenne (40% en France, 60% en Angleterre..). Les classes dirigeantes sont durement frappées ; les terres restent souvent incultes ; la noblesse féodale, dont largesse, générosité et munificence marquent le statut, voit son genre de vie et son existence même menacée par la baisse du prélèvement seigneurial. L'État, s'il menace l'indépendance nobiliaire par le monopole de la guerre et de l'ordre public qu'il s'arroge, apparaît comme un recours : sa justice impose le respect de l'ordre seigneurial, sa fiscalité crée un prélèvement supplémentaire. Prélèvement certes concurrent de celui du seigneur, mais dont celui-ci tire profit s'il bénéficie de sa redistribution. Les aristocraties féodales tolèrent donc, mais non sans conflits, la genèse de l'État moderne. Les bourgeoisies, grandes pourvoyeuses de fonds, ont elles-aussi leur mot à dire : leur rôle déterminant dans la gestion des finances et du crédit de l'État, les opportunités offertes par les services de l'État et qui leur ouvre la noblesse de robe ou la gentry, comptent autant que la reconnaissance de leur légitimité politique dans le cadre des institutions représentatives. Mêmes les paysanneries, principales victimes du surélevèrent d'État et exclues en général des institutions représentatives, sont sensibles à leur intégration dans le corps politique ; mais la révolte reste leur principal mode d'expression." On conçoit que dans les appels aux ralliements des Capétiens et des Plantagenêts par exemple, mélanges de menaces et de séductions, se trouve des capacités différentes de mobilisation des énergies morales et financières pour l'offre des situations dans les royaumes en gestation. Il s'avère que les Capétiens ont pu concentrer un "capital culturel" plus fort que leurs adversaires ou partenaires dans ces appels. La transmission héréditaire directe, et pas seulement des attributs familiaux, mais des connaissances sous la vigilance souvent de membres d'Église, qui à ces époques concentrent entre leurs mains l'essentiel du capital intellectuel bénéficie plus aux Capétiens qu'aux autres prétendants. 

"le processus de genèse de l'Etat moderne, écrit-il encore, ne s'enclenche donc que là où apparait un consensus social entre aristocratie féodale, bourgeoisie et monarchie : et il se dégage à travers une structure sociale nouvelle que les historiens anglais (puisque c'est là qu'elle se manifeste avec le plus de clarté) appellent la féodalité bâtarde. le système des liens d'homme à homme et les valeurs de fidélité, de service et de protection caractéristiques de la féodalité subsistent : mais la terre n'occupe qu'une place marginale dans la structure, remplacée par l'argent et surtout le patronage qu'offre dans ce cadre le seigneur à son retainer (celui qui retient par un contrat : cas anglais) ou son "allié (avec lequel il a conclu une alliance : cas français) et qui inclut l'accès au service du prince, à la redistribution de la levée fiscale et la protection contre l'ordre d'État (justice, etc). Ce patronage ne fonctionne donc que si le seigneur a accès, soit directement, soit indirectement (en étant à son tour retenu par plus puissant que lui) au lieu de la redistribution de l'impôt et du patronage suprême (celui du roi), en l'occurrence le conseil royal. D'où la constitution de factions et de partis aristocratiques qui se déchaînent dans une concurrence sauvage pour se réserver la part du lion dans la redistribution. Lorsque la structure se bloque, il y a rupture et tendance au fractionnement en unités plus petites : des principautés essaient ainsi de se dégager du carcan monarchique pour accéder à leur tour à l'autonomie. Temps de la guerre entre États, la fin du Moyen-Age est aussi le temps de la guerre civile."

Le passage de cette féodalité bâtarde à une monarchie qui n'est en définitive plus féodale, se réalise surtout sur la ténacité de la dynastie capétienne, dont les membres refusent précisément cette écheveau d'allégeance pour une autorité sans partage, sous l'égide de l'Eglise, elle aussi tenace, mais d'une Église qui devient gallicane, et qui refuse la perspective d'ensemble de Rome. Il se trouve que la conjoncture a aidé grandement les Capétiens dans leur visée stratégique à long terme.

 

Jean-Philippe GENÊT, Le monde au Moyen Âge, Hachette, 1991.

 

STRATEGUS

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires