Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2018 1 02 /04 /avril /2018 11:43

   Alors que les concepts simmeliens sont devenus monnaie courante dans la sociologie contemporaine (distance sociale, rôle, groupes de référence, interaction...) et malgré la renaissance des études de l'oeuvre de Georg SIMMEL, le sociologue et philosophe allemand reste relativement méconnu.

On se concentre généralement sur la micro-sociologie et on oublie la philosophie qui anime sa pensée. En insistant sur l'unité de sa pensée, on rejoint les grands interprètes contemporains (ADLER, ARON, FRIECHEISEN-KÖHLER, KRACAEUR, MAMELET) comme les nôtres (BEVERS, BECHER, DAL LAGO, FREUND, HABERMAS, LEVINE, OAKES, WEINGARTNER) qui refusent le découpage de son oeuvre selon les périodes ou les disciplines et s'efforcent de présenter une interprétation globale de SIMMEL, même si parfois, on a l'impression à la lecture de ses oeuvres d'une certaine dispersion, due dans une certaine mesure à son style mais souvent volontaire, comme pour couvrir tout le champ de la recherche en sociologie. Dans les différentes revues et même au sein du Centre Simmel de l'EHESS, on retrouve ces deux tendances de micro-sociologie et de globalité philosophico-sociologique. En France plus qu'en Allemagne, domine encore, mais sans doute pour peu de temps, un découpage artificiel de son oeuvre, propice à des interprétations partielles et/oupartiales, notamment chez les "individualistes méthodologiques" et autres anti-marxistes (alors que souvent SIMMEL part de lectures de MARX...) qui insistent de façon unilatérales sur des aspects méthodologiques de la pensée de SIMMEL tout en retranchant sa critique du temps présent, ou, pire encore, dans la récupération irrationaliste de SIMMEL par des soit-disant "sociologues de la vie quotidienne".... Pour restituer toute la richesse de sa pensée, un certain nombre d'auteurs, isolément ou au sein du Centre Simmel en France, même s'ils l'abordent par le biais  d'un thème (l'étranger, par exemple), permettent la de comprendre mieux et de l'utiliser en cohérence.

   S'il n'existe en France pas de revue "simienne" à proprement parler, le Centre Georg Simmel, au sein de l'Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, sous la direction de Rainer Maria KIESOW, de Florence DELTEIL et de Julie LALLEMENT, publie un certain nombre de travaux qui constituent des pépites de réflexions sociologiques. 

Issu du Centre de recherches interdisciplinaires sur l'Allemagne (CRIA) fondée en 2001, le Centre Georg Simmel est une unité de recherche EHESS-CNRS. Ses chercheurs explorent à partir de différentes disciplines - histoire, sociologie, anthropologie, droit, philosophie, études littéraires et germaniques, musicologie - un ensemble de questions et de problématiques qui, en référence à Simmel, prennent à bras le corps le défi de penser un monde en transformation, à travers ses manifestations les plus caractéristiques. Cette exigence amène à positionner les recherches franco-allemandes dans une approche européenne et transnationales plus large, mais aussi à les nourrir des débats méthodologiques et théoriques propres aux différentes disciplines en présence. 

Ainsi les axes de recherches sont de quatre sortes, organisés de façon interdisciplinaire : Actes de la création, Travail, capacités et parcours biographiques, Espaces de normativité, Théories et pratiques de la connaissance historique. Parmi les publications en 2017, on peut citer celle  sous la direction de Laure SCHNAPPER - Du salon au front, Fernand Halpen (1872-1917), compositeur, mécène et chef de musique militaire (Hermann), celle sous la direction de Jean-Louis GEORGET, Gaëlle HALLAIR et Bernhard TSCHOFEN, Saisir le terrain ou l'invention des sciences empiriques en France et en Allemagne (Presses Universitaires du Septentrion) ou encore celle sous la direction de Denis THOUARD et Benedicte ZIMMERMANN, Simmel, le parti-pris du tiers (CNRS-Éditions). 

   Si l'on veut avoir une vue d'ensemble de cette renaissance des études autour de son oeuvre, on peut lire également des auteurs comme FRISBY et FEATHERSTONE au Royaume-Uni, comme LEVINE, JAWORSKI, WEINSTEIN aux Etats-Unis, BOUDON (même si son approche peut apparaitre partiale, notamment dans son Traité critique de sociologie...), DEROCHE-GURCEL, MAFFESOLI, WATIER et LÉGER en France, ACCARINO, CAVALLI, DAL LAGO en Italie et RAMMSTEDT, DAHME, LICHTBLAU et KÖHNKE en Allemagne. On peut en outre trouver une bonne sélection d'articles sur Simmel dans la Simmel Newsletter, publiée par l'Université de Bielefeld. La Georg Simmel Homepage met une multitude de textes primaires et secondaires de ou sur Simmel sur le site www.socio.ch/sim/index_sim.htm. 

 

 

Centre Georg Simmel - EHESS - 54 boulevard Raspail, 75006 PARIS.

Frédéric VENDENBERGHE, la sociologie de Georg Simmel, La Découverte, Repères, 2001.

 

     

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens