Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 11:07

    Si les coups d'Etats pullulent dans l'Histoire sur tous les continents, c'est qu'il fait appel à un ressort particulier : le pouvoir y est tellement concentré à la tête de l'Etat, que la tentation est grande, quelle que soit idéologie invoquée, de le remplacer.

Exploiter cette conquête de pouvoir est toujours une autre affaire et doivent intervenir des changements significatifs dans l'exercice du pouvoir, changements d'autant plus grands que l'assise de ce pouvoir est traditionnellement large. Une dictature peut en remplacer une autre, seule change l'étiquette du pouvoir pour tous les sujets. Un coup d'Etat, par contre, est bien plus délicat dans une démocratie (ou même dans une féodalité ramifiée, ou une république), où, même si officiellement les sujets ne bougent pas, ils risquent de ne pas participer à la consolidation ou au maintien de ce nouveau pouvoir, par toute une panoplie extensive de moyens, du refus de payer l'impôt à la constitution d'institutions parallèles...

    Comme souvent, la chose existait avant qu'on la nomme... Le terme "coup d'État", fait référence au coup d'État du 18 brumaire, et est repris ensuite tel quel en anglais, sans la majuscule au mot "Etat" de rigueur en français. Le mot putsch, d'origine suisse allemande, est équivalent et communément utilisée en français, plus rarement par les  anglophones, qui utilise la formule ou sa version abrégée, coup. Le terme putsch est popularisé par les coups d'État manqué de 1920 et 1923 en Allemagne (putsch de Kapp à Berlin et putsch de la Brasserie à Munich). L'expression "coup d'État" est passée notamment en indonésien (kudeta) et en japonais. Le terme pronunciamiento, repris de l'espagnol, désigne lui des soulèvements militaires d'une typologie différente. 

 

Le coup d'Etat : une quasi habitude historique.

    Qu'il soit ouvertement pratiqué, avec tambours et trompettes, ou qu'il soit dissimulé, par une succession arrangée, le coup d'Etat vise à anéantir puis à remplacer la tête d'un régime politique. L'organisateur du coup d'Etat cherche à obtenir le contrôle politique de l'État, sans nécessairement vouloir en changer la nature et ne prétend avoir d'autre objectif, dans la plupart des cas, que de s'emparer du pouvoir.

Toutefois, le coup d'Etat peut être l'aboutissement d'un conflit armé ou de libération nationale) de plus ou moins longue durée dont la nature et les objectifs vont au-delà de la simple prise du pouvoir politique (coup d'État bolchevique, par exemple). Le coup d'Etat, ou la tentative de coup d'Etat, peut également avoir pour effet de déclencher un conflit armé de grande envergure, généralement une guerre civile (Guerre d'Espagne en 1936).

Le coup d'État n'est pas forcément vient. Idéalement, la prise du pouvoir s'opère sans bain de sang, bien qu'en pratique le coup d'État engendre fréquemment la violence. Le coup d'Etat, acte essentiellement politique, ne fait pas non plus obligatoirement usage de la force militaire. Mais, dans certaines régions comme l'Amérique Latine, où jusqu'à récemment le pouvoir politique reposait souvent, directement ou indirectement, sur les forces armées, toute tentative de coup d'État impliquait généralement l'usage de la force militaire.

Néanmoins, si l'instrument militaire peut être exploité lors d'une tentative de coup d'État, il n'est pas indispensable. Et les organisateurs d'un coup d'Etat n'ont pas toujours l'appui de l'armée régulière (ou même d'un noyau), ni les moyens physiques de combattre. Sans l'instrument militaire, l'infiltration politique au sein au sein de l'Etat est le moyen principal pour s'emparer du pouvoir, avec la création d'un noyau politique suffisamment puissant pour arracher le contrôle des secteurs clés de l'Etat des mains du gouvernement.

Lorsque l'instrument militaire est employé, la supériorité militaire est obtenue grâce au soutien de l'armée régulière (général Pinochet au Chili) ou avec l'aide d'une armée parallèle, généralement composée de troupes de mercenaires (Comores) ou de troupes étrangères, capable de renverser l'armée régulière (Laurent Kabila dans l'ex-Zaïre). Le financement de telles opérations provient de fonds privés ou de gouvernements extérieurs impatients d'assister à un changement de régime. La guerre froide est, à cet égard, propice aux coups d'États soutenus, plus ou moins activement, par l'une ou l'autre des superpuissances ou par leurs alliés.

Le coup d'Etat réclame une préparation minutieuse même si l'acte en lui-même est très limité dans le temps, son exécution ayant pour but d'enrayer immédiatement toute tentative de riposte en neutralisant l'adversaire, si possible avant même qu'il ait eu le temps de réagir. L'organisateur du coup d'État décide du lieu et surtout du moment de l'action, choisis en fonction de l'effet de surprise et du degré de confusion qu'il compte provoquer chez l'adversaire, et de la situation des forces gouvernementales en place (chef d'État en voyage, dissensions au sein du gouvernement, crises politiques, menaces extérieures...). La première offensive est vitale et, contrairement au conflit armé classique, le plan d'attaque ne peut être modifié une fois qu'il est mis en action : la première "bataille" décide presque toujours de l'issue du combat. En effet, toutes les forces à la disposition des organisateurs du coup d'État sont employées lors de son exécution - l'usage de réserves n'a pas lieu d'être -, et l'effet de surprise ne joue qu'une fois. L'échec débouche généralement sur l'anéantissement physique des responsables du complot.

La stratégie du coup d'État est fondée sur une bonne préparation, sur la concentration des efforts et la surprise. Les alliances et les appuis, politiques ou militaires, à l'extérieur et au sein même de l'État assurent le succès du coup d'État. Le renseignement est important. L'usage d'une "cinquième colonne" est fondamental pour s'infiltrer au sein du gouvernement. Les risques de friction doivent être réduits au minimum car le moindre obstacle imprévu peut être fatal au déroulement des opérations. (BLIN et CHALIAND)

 

L'exploitation d'un coup d'État et l'art aussi difficile d'en profiter lorsqu'il est réussi...

  C'est que une fois le coup d'État réussi, il faut l'annoncer en suscitant l'adhésion ou au mieux la résignation, c'est pourquoi la main-mise sur les procédures d'information et les organes de communication est essentielle. Parfois, il arrive qu'une annonce mal faite ou une mauvaise maîtrise de ces organes provoquent finalement l'échec du coup d'État lui-même. Le tout n'est pas de les prendre, mais il faut aussi les conserver....

Il faut s'emparer des organes centraux de l'État ou les neutraliser selon le cas. De même que les lieux symboliques d'expression du pouvoir. Il faut aussi s'assurer de la personne des gouvernants et de leurs fidèles. Dans les pays dotés de Parlements, il faut s'assurer de leur soutien ou de leur neutralité. La fidélité impersonnelle de tous les échelons administratifs supérieurs est un élément cruciale de la réussite d'un coup d'État. Beaucoup d'acteurs de coups d'État réussis veulent s'assurer un peu vite de la fidélité personnelle de tous les citoyens, mais cela n'est pas toujours possible, sauf après une préparation idéologique profonde antérieure.

Très souvent, les acteurs d'un coup d'État soit sont des militaires ou d'anciens militaires ou possèdent une connaissance solide de l'institution militaire. Mais cette connaissance ne suffit pas : il faut s'assurer du soutien du peuple en général, sinon même après la proclamation, ses auteurs courent à l'échec. Ainsi le coup d'État des généraux d'avril 1961, perpétré par quatre généraux connus bénéficiait de l'opinion locale mais pas de celle de la population en métropole. Une contradiction provoque alors scissions, annulations de ralliement, résistances... 

Le succès du coup d'État, enfin, dépend du contexte international. Leurs auteurs doivent s'assurer de forts soutiens ou de bienveillances a minima, surtout lorsque l'opinion publique leur est hostile. Souvent ils prennent la précaution pour rassurer l'opinion publique internationale et les autres États que tous les accords internationaux seront respectés.

Dans tous les cas, pour réussir un coup d'État, il faut s'assurer de la neutralité des fractions ou à défaut de soutiens, de la population en général. C'est facile lorsque seule la tête de l'Etat change, ce qui se traduit par très peu de changements pour la population (hormis surtout dans les royautés le portrait figurant sur les pièces de monnaie...). mais lorsqu'il s'agit d'un véritable changement de régime, avec changements institutionnels et économiques à la clef, c'est une autre histoire et généralement dans ce cas, le coup d'État est suivi d'une guerre civile plus ou moins longue, ou dans certains cas, au XXe siècle, d'une résistance et d'une désobéissance civile massive particulièrement difficile à maîtriser... Et l'épuration qui suit le coup d'État s'avère plus ou moins ample et... réussie. 

Seule l'Histoire nous apprend que l'exploitation d'un coup d'État a réellement réussit. Dans la longue liste des coups d'État dans le monde depuis qu'on les recense (on peut remonter à l'Antiquité romaine et même avant), peu en définitive ont rencontré les succès attendus. Le plus souvent, le coup d'État est une péripétie de plus dans les longs conflits, mais parfois il représente un tournant dans ceux-ci. 

 

Edward LUTTWAK, Coup d'État, mode d'emploi, Paris, Robert Laffont, 1969. Curzio MALAPARTE, Technique du coup d'État, Édition 10/18, Paris, 1964 (premier édition en 1931).

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, tempus, 2016. 

 

STRATEGUS

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens