Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 12:17

    Containment ou Endiguement appartient au langage largement utilisé juste après la fin de la Seconde Guerre Mondiale notamment par les Etats-Unis et la Grande Bretagne, et ce jusqu'à la fin de la guerre froide avec l'URSS, pour signifier la nécessité de contenir l'avancée de la puissance des pays dit "communistes", Chine et Union Soviétique, et ce du niveau militaire au niveau culturel. Il constitue, outre son usage intensif en matière stratégique, une sorte de sous-vocabulaire à sous-entendu idéologique fort. Rappelant la hantise des classes possédantes de contenir les poussées des classes ouvrières et paysannes pour plus de justice sociale, l'endiguement est conçu de la même façon que le "cordon sanitaire" établi par nombre de pays occidentaux contre la Russie Soviétique après la Première Guerre Mondiale. 

Le terme "cordon sanitaire" est utilisé dès 1917 par le ministre français des Affaires étrangères, contre la possible extension de l'idéologie marxiste, plus précisément bolchévique. Alors que les troupes russes sont en pleine débandade, l'apparition d'une régime ouvertement et pratiquement anti-capitaliste (non paiement des intérêts de l'emprunt russe...) à l'Est provoque la panique d'une partie des investisseurs et des entreprises européennes, qui font pression sur leurs gouvernements pour intervenir militairement en Russie, en appui aux armées (dites blanches) et autorités fidèles au régime impérial déchu.

Le père de la doctrine de l'endiguement, adoptée dès 1947, est George F. KENNAN, spécialiste des affaires soviétiques, qui l'explicite le 22 février 1946 dans le "Long Télégramme" à destination du Secrétaire d'Etat d'alors, James F. BYRNES. Avec le Discours de Fulton dans lequel Winston CHURCHILL intime aux démocraties de réagir contre l'expansionnisme soviétique, ou encore l'affaire Igor GOUZENKO au Canada, l'endiguement marque le début de la guerre froide. L'article non signé "The Sources of Soviet Conduct" qui formule ce qui devient plus tard la politique de l'endiguement parait au mois de juillet 1947 dans la revue Foreign Affairs.

 

Une stratégie mise en oeuvre par les Etats-Unis malgré de nombreuses critiques

   Dans ce texte célèbre, KENNAN suggère au gouvernement de faire contrepoids aux Soviétiques partout où leurs actions menaceraient l'ordre et la paix dans le monde. Cette stratégie serait une stratégie à long terme, exigeant à la fois beaucoup de patience et une vigilance permanente. Dans sa vision qualifiée de prophétique par certains, il envisage une dégradation progressive du système soviétique aboutissant à la libération de l'Europe de l'Est de l'emprise communiste et à la "victoire" de l'Amérique et de la démocratie occidentale. Stratégie principalement défensive, la politique d'endiguement table sur l'effondrement naturel de l'Union Soviétique par l'intérieur sans nécessité pour les Etats-Unis d'exercer une pression extérieure trop forte, car celle-ci pourrait avoir des conséquences négatives. L'Amérique doit tout simplement assurer le maintien de l'équilibre mondial et contenir toute expansion soviétique. Une stratégie plus agressive de la part des Américains est dangereuse et peut se retourner contre eux.

Au moment même où KENNAN définit sa stratégie d'endiguement, le président des Etats-Unis, Harry TRUMAN, lance une campagne destinée à faire face à la menace communiste en Grèce et en Turquie. Cette campagne devient le symbole de sa présidence sous l'appellation de Truman Doctrine. La stratégie politique de KENNAN et la doctrine de TRUMAN sont, par la force des choses, associées l'une à l'autre, la première étant interprétée comme une stratégie militaire plutôt que politique, contrairement au sens originel que lui donne son créateur. Alors que le Plan MARSHALL déverse de l'aide économique en Europe, en partie destinée à repousser le communisme dans les pays d'Europe occidentale, d'autres moyens sont mis en place par les Américains pour mettre en action la nouvelle stratégie, particulèrement l'espionnage et les opérations clandestines (incluant des menées "subversives" y compris pour contrer les syndicats pro-communistes en Europe). Toutefois, alors que les Américains  développent activement leur dispositif, les limites d'une telle politique apparaissent au grand jour. La prise du pouvoir par MAO ZEDONG en Chine révèle la nécessité de définir les moyens disponibles en fonction des fins politiques. Le gouvernement américain doit alors se résoudre à abandonner la Chine aux communistes et se voit dans l'obligation d'établir une politique d'endiguement fondée sur des choix géopolitiques sélectifs. La manière dont ces choix sont fait au cours des décennies suivantes est déterminée par la nature des gouvernements en place, depuis TRUMAN jusqu'à REAGAN et BUSH.

Deux grandes lignes stratégiques se dessinent pour contenir la menace soviétique. La première, celle de KENNAN, préfère concentrer les efforts sur une poignée de points stratégiques jugés importants. La deuxième est appliquée pour la première fois lors de la guerre de Corée, après avoir été formulée dans un document officiel, le NSC 68, commandité par TRUMAN. C'est une stratégie plus égale, définie selon un périmètre géopolitique au-delà duquel toute agression de la part des Soviétiques, qu'elle soit faible ou importante, doit être maîtrisée. Il s'agit d'une approche moins souple que celle de KENNAN, mais plus directe, qui permet un meilleur contrôle tout en réclamant des moyens, financiers et militaires, plus conséquent. Mais c'est aussi une stratégie plus agressive, et plus dangereuse, comme en témoigne l'épisode de la crise de Cuba en 1962. 

Les stratégies d'endiguement qui sont appliquées entre 1948 et la fin des années 1980 suivent l'une ou l'autre de ces deux directions, souvent en alternance. Ce choix stratégique est déterminé plus fréquemment par des facteurs internes que par des actions quelconques de la part des Soviétiques, facteurs internes liés aux agissements d'un complexe militaro-industriel particulièrement pugnace. KENNEDY et JOHNSON, puis REAGAN sont les adeptes d'une stratégie plutôt directe, alors que la stratégie politique et diplomatique subtile que mènent NIXON et KISSINGER est plus proche des idées de KENNAN. EISENHOWER préfère lui aussi adopter une stratégie sélective, mais surtout pour des raisons budgétaires. 

Après la chute de l'Empire soviétique, certains commentateurs - dont le président George BUSH pendant sa campagne présidentielle en 1992 - attribuent cet effondrement à l'action vigoureuse et constante menée par les Américains depuis quatre décennies, et culminant avec Ronald REAGAN et son projet de "guerre des Étoiles", largement propagandiste - on le sait aujourd'hui. George KENNAN, témoin des événements qu'il avait prédit quarante ans auparavant, est plus circonspect et déclare que, au contraire, la politique trop agressive des Etats-Unis à l'égard de l'Union Soviétique a contribué à prolonger la durée d'un régime qui, selon lui, aurait dû s'écrouler bien plus tôt. (BLIN et CHALIAND)

   Cette stratégie d'endiguement, dans sa version soft comme dans sa version hard, est critiquée aussi bien par les partisans d'une confrontation ferme comme CHURCHILL, que par les partisans d'un apaisement avec l'URSS. 

 

John Lewis GADDIS, Strategies of Containment : A Critical Appraisal of Postwar American Security Policy, Oxford, 1982. Georges KENNAN, Memoirs, Boston, 1967, réédition 1972. Voir également les Mémoires d'Henry Kissinger. Jean-Baptiste DUROSELLE, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, Dalloz. André FONTAINE, Histoire de la guerre froide. 

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016. 

 

    

 

      

     

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens