Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 08:42

     Erik DURSCHMIED, reporter de guerre pour la chaine anglaise BBC, poursuit avec ce livre sa réflexion sur ce que CLAUSEWITZ appelait le brouillard de la guerre qui n'est pas seulement l'imprécision ou  l'ignorance des plans de l'ennemi, mais aussi l'ensemble des facteurs sur le terrain et sur le temps (climat) qui, en se modifiant, empêche l'application simple des plans de campagne. Son précédent livre, La logique du grain de sable (2000) analysait la part de la chance et du hasard pendant les guerres. Là, il prend en compte les forces de la nature, les violences du climat qui ont causé plus de morts et de destructions que tous les projectiles créés par les hommes depuis le début de l'humanité. 

Comme il le constate, les inondations ont noyé des millions d'individus, les sécheresses et les famines éradiqué des populations entières et leurs civilisations, le gel stoppé des armées invincibles, déréglant sans y être invités le ballet des stratèges militaires.

S'appuyant sur des textes anciens comme sur l'avis de spécialistes, l'auteur décrit au fil des chapitres entre autres, en commençant d'ailleurs par ce qu'en dit la Bible, le sort des légions de VARUS (an 9), la catastrophe qui anéantit la flotte de KUBILAY KHAN en 1281, l'influence sur la Révolution française de la pluie à Paris du 27 juillet 1794, le gel de l'armada hollandaise qui permet à la cavalerie française de s'emparer de la flotte de ce pays le 23 janvier 1795, l'échec de la traversée de deux ponts par l'armée de Napoléon le 25 novembre 1812, la grande famine de la pomme de terre de septembre 1845-juillet 1849, la mort blanche du 13 décembre 1916, le gel des panzers le 5 décembre 1941, les péripéties du débarquement du 6 juin 1944... 

   Son ouvrage se termine par l'évocation de certains projets de maitrise du climat pour 2025... Après bien des expériences passées généralement inaperçues du grand public, le monde peut s'attendre à diverses "armes supertechnologiques" dans un conflit géophysique, par exemple des procédés provoquant des inondations, des modifications de courants océaniques, des détournement de tempêtes tropicales, d'ouvertures de trous dans l'atmosphère, des extensions de la calotte glacière, des tremblements de terre... Dans un contexte de rapides changements climatiques, il y a de quoi s'inquiéter... Alors qu'on débat des effets positifs et négatifs sur les écosystèmes artificiels de l'homme, ces bouleversements climatiques pourraient bien provoquer "naturellement" de tels phénomènes... 

L'auteur estime que "Destructrice ou bénéfique, la perspective de maîtriser le climat en 2025 pourrait bientôt devenir réalité". D'ailleurs le cinéma et la littérature de science-fiction ou catastrophe s'est déjà emparé du thème... "Contrôler les éléments reste un puissant symbole, qui associe les redoutables aptitudes technologiques de l'homme à sa tendance à l'autodestruction. C'est une expérience globale, où les cobayes sont l'homme et l'environnement. Le monde contemporain est confronté à un dilemme ancestral : comment s'assurer que les idées concernant la modification des forces climatiques sont appliquées d'une façon responsable et réfléchie."

 

Erik DURSCHMIED, Le facteur climat, Quand les forces de la nature ont changé le cours de l'Histoire, JC Lattès/Trinaca, 2004, 360 pages. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens