Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2018 5 04 /05 /mai /2018 07:23

    Le livre universitaire de Jean-Claude CHEYNET, professeur à l'Université Paris IV, qui commence par exposer les nombreuses sources de son travail sur le pourvoir et les contestations dans l'Empire byzantin, éclaire son fonctionnement. Il met en évidence les différents aspects de l'aristocratie dans la société byzantine, intermédiaire obligé entre l'empereur, en principe d'ailleurs issu en son sein, dans la résultante toujours mouvante des conflits qui la traverse, et le reste de la population. 

   Toute société se caractérise non seulement par les dynamiques des solidarités qui travaillent en son sein, mais aussi par la manière dont les conflits sont régulés, toujours à la limite de menacer sa structure même. 

Dans sa conclusion, après avoir examiné longuement l'image et les fondements sociaux de la révolte, les assises territoriales de l'opposition aux autorités, les solidarités dans l'aristocratie byzantine et s'être livré à une interprétation des révoltes, dans une période bien délimitée, il écrit que "Dieu a toujours désigné le meilleur pour accéder à l'Empire, mais entre le Xe et le XIIIe siècle, il a manifesté une préférence quasi exclusive pour l'aristocratie - les Paphlagoniens constituèrent l'unique exception - et à partir du XIIe siècle, il exigea en sus que l'élu ait du sang Commène dans les veines, ce qui laissait encore un vaste choix. Il admit de plus en plus facilement que la fonction suprême restât dans la même famille de génération en génération. On l'aura compris, la compétition pour le pouvoir fut le monopole de l'aristocratie. Le mécontentement, souvent d'origine fiscale, qui pouvait s'exprimer à l'occasion en province, ne prit jamais la forme de mouvements authentiquement populaires. Jamais les paysans, le peuple des ville, les allogènes, n'osèrent s'engager dans une sédition ouverte sans s'être assurés au préalable le soutien de notables locaux." Cette aristocratie fortement hiérarchisée influence les couches sociale inférieure, tant à Constantinople qu'en province. A l'image de la cour impériale, se réunit autour d'un notable toute sa famille élargie qui va des plus proches aux voisins et serviteurs, dans une résidence qui lui donne parfois une autorité supérieure à celle des fonctionnaires impériaux. Si nombre de conflits se structurent autour du pouvoir impérial, pour le servir ou pour le conquérir, c'est parce que l'empereur reste le pourvoyeur (le seul légitime) de richesses et des fonctions, prérogative dont il use volontiers pour se maintenir au pouvoir. Les vraies divisions sont provinciales, et c'est l'analyse prosopographique des élites dirigeants, militaires et civiles qui permet à l'historien d'établir les lignes de force de ces conflits de pouvoir.

"La compétition pour le pouvoir central, gaspilleuse de ressources fiscales et militaires, pesa sur le comportement des provinciaux. Si l'Italie tomba en raison de la force militaire supérieure des Normands plutôt que de la désaffection des populations locales, ailleurs les dissidences furent favorisées par le sentiment des autochtones que le pouvoir central n'assurait plus sa fonction essentielle de protection des biens et des personnes, contrepartie attendue des prélèvements fiscaux. Ce sentiment d'abandon, plus qu'une hypothétique trahison des populations "hérétiques", rend raison de la dissidence des provinces orientales. Dans l'Etat constitué sous la direction de Phlilarète, l'encadrement étant assurés par d'anciens officiers byzantins, Chalcédoniens en majorité. Ils ne mirent au rarement et tardivement en avant le particularisme religieux des populations qu'ils contrôlaient pour assurer une meilleur cohésion de leur État, et seulement lorsque tout espoir de secours venant de Constantinople était perdu. Alors que des mouvements séparatistes éclataient simultanément en Occident et en Orient, le gouvernement byzantin donna la priorité à la sauvegarde de l'Occident, abandonnant à leur sort de vieilles provinces attachées depuis toujours à l'Empire, la Chaldée, les Anatoliques, la Cappadoce."

Dans les réformes entreprises au cours du XIIe siècle, la plus significative de changement progressif de la société est la transformation de la hiérarchie des dignités, qui substitue à un ordre fondé sur l'importance des fonctions une hiérarchie dépendant du degré de parenté avec l'empereur. Le loyalisme envers la personne du souverain prend le pas sur le loyalisme envers la fonction impériale, pas vers une dérive de féodalisation, que l'on connait bien par ailleurs dans d'autres civilisations. Le rétrécissement du territoire fait le reste, Constantinople n'est plus qu'une principauté, malgré tout le prestige accumulé et le magnificence persistante.

 

    D'autres études de ce genre seraient bienvenues pour des périodes antérieures de l'Empire byzantin.

 

Jean-Claude CHEYNET, Pouvoirs et contestations à Byzance (963-1210), Publications de la Sorbonne, 1996. 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens