Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2018 1 11 /06 /juin /2018 09:44

      Industriel et philanthrope écossais naturalisé américain, Andrew CARNEGIE est l'un des principaux acteurs de l'essor de l'acier aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle. C'est aussi un des principaux animateur du pacifisme aux Etats-Unis et en Europe. 

       Fondateur de l'une des plus importantes aciéries américaines à Pittsburgh, entre la guerre de Sécession et le début du XXe siècle, le succès de sa société Carnegie Steel Company est lié à sa capacité de produire à bas prix de grands quantités des rails de chemin de fer, dont la demande est très forte à cette époque. Notamment au cours de la guerre de Sécession comme dans le processus de "conquête de l'Ouest", le rail est l'élément stratégique parfois déterminant.

      A la tête d'une immense fortune, Andrew CARNEGIE, fondateur d'une philosophie (Évangile de la richesse) forte, auteur de nombreux ouvrages sur la prospérité et la paix, finance de nombreuses oeuvres : bibliothèques, écoles et universités avec la volonté de mettre à la portée des plus pauvres les moyens de la réussite sociale.

Il est célèbre autant pour le financement de centaines d'institutions et d'organisations - dont la Fondation Carnegie pour la paix internationale en 1910, encore active de nos jours que pour la diffusion d'une philosophie (Gospel of Wealth), caractérisée par un certain puritanisme, un certain "darwinisme social" et la défense d'une conception philanthropique (devoir social des riches). Sa pensée est popularisée aux Etats-Unis par la publication d'une série d'essais à caractère autobiographique titrée Wealth, qui parait pour la première fois dans The North American Review en juin 1889. La recherche de l'accumulation du profit doit être ce qui anime le pauvre tandis qu'en haut de la hiérarchie, les hommes de richesses doivent accumuler de l'argent pour en redistribuer les surplus durant leur vie à ceux qui s'aident eux-mêmes. Il est cela partisan d'un capitalisme social très abouti, dans lequel l'impôt à l'État doit demeurer une vertu.

        Il n'est pas grand domaine économique ou de politique internationale qui n'est pas été couvert à un moment ou à un autre par les donations de Andrew CARNEGIE .

Ainsi, la série de la Dotation Carnegie pour la Paix internationale (1910-1940) comptent plus de 150 volumes consacrés à l'histoire économique er sociale de la Guerre Mondiale. Couvrant l'ensemble du champ géographique de la Guerre (principalement les différents pays européens, mais aussi le Japon), ces livres constituent une entreprise très particulière d'enquête collective dans un contexte de mobilisation et de démobilisation à la fois intellectuelle et sociale. loin de se résumer à une simple revendication encyclopédique, cette série correspond à un programme intellectuel et scientifique très défini. Rétrospectivement, elle permet de d'analyser la perception de la guerre par des acteurs à la fois politiques, économiques et scientifiques du conflit entre 1914 et 1935, et aussi d'apprécier la construction d'un discours sur la guerre, se réclamant d'une "intelligence générale de la guerre". Elle reste une des sources d'information les plus massives sur la Grande Guerre.

Andrew CARNEGIE lui-même, dans ses déplacements dans les Universités financées par sa Fondation, n'est pas économe de discours, souvent traduits en plusieurs langues, sur la guerre et la paix ou à titre d'invité par des organisations internationales de paix. Ainsi son Discours rectoral adressé aux étudiants de l'université écossaise de Saint-André, publié dans la collection Convention Internationale, Pour l'arbitrage. 

Il est particulièrement actif auprès des groupes pacifistes européens. Ainsi, l'Union parlementaire créée dans les années 1890, bénéficie de la part des Anglo Saxons de soins très attentifs, en particulier d'Andrew CARNEGIE. A un point tel que le choix des dirigeants de l'Union devient rapidement une affaire d'État et les continentaux doutent parfois non sans raison de l'indépendance absolue de leurs bailleurs de fonds en matière de conflits internationaux. En France, certaines personnalités comme l'ancien diplomate et député de la Sarthe Paul d'Estournelles de Constat, sont plutôt attirés par le professionnalisme de ces Anglo-Saxons qui savent financer le recrutement d'experts ès affaires mondiales. Ces pacifistes professionnels se retrouvent dans des missions d'enquête à vocation humanitaire, à l'image de celle dépêchée dans les Balkans en 1913 par la dotation Carnegie. Ces techniques publicitaires anglo-saxonnes, ces empressements au soutien, qui deviennent suspects tant ils sont insistants, attirent l'irritation des hommes de la "Paix par le droit", qui comme Frédéric PASSY ont déjà une longue expérience derrière eux. 

La Fondation Carnegie pour la paix internationale est actuellement une organisation non gouvernementale et un cercle de réflexion (think tank) dédiée au développement de la coopération interétatique et à la promotion des intérêts des États-Unis sur la scène internationale. L'organisation inclue dans sa direction des membres démocrates et républicains et affiche volontiers son aspect multipartisan. Bien plus qu'auparavant, elle est liée à d'autres institutions des Etats-Unis, comme par exemple la Rand Corporation créé dans le Département de la Défense des États-Unis. 

 

 

Andrew CARNEGIE, L'Évangile de la richesse, Paris, Libraire Fischbacher, 1891, disponible à Gallica.bnf.fr de la Bibliothèque nationale de France. Nous recommandons la lecture de ce court texte (une trentaine de page au lignes bien éclaircies), qui donne la mesure de sa philosophie. 

Alain CHATRIOT, Une véritable encyclopédie économique et sociale de la guerre, Les séries de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale (1910-1940), dans L'Atelier du Centre de recherches historiques, Revue électronique du CRH, n°03.1, 2009. Dzonizar KÉVONIAN, L'enquête, le délit, la preuve : les "atrocités" balkaniques de 1912-1913 à l'épreuve du droit de la guerre, dans Le Mouvement social, 2008/1, n°222, www.cairn.Info. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens