Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2018 5 29 /06 /juin /2018 08:31

        Dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe, un pacifisme chrétien s'élabore dans l'entourage des papes chez quelques catholiques français. Les publications sur le sujet se multiplient, même si elles sont souvent confidentielles, au moins à leurs débuts. C'est aussi le début de l'élaboration d'une diplomatie vaticane, dans la conscience qu'on ne pourra pas revenir en arrière sur la réduction drastique des pouvoirs terrestres de la Papauté, géographiquement et culturellement. 

   A Rome dans l'entourage du Pape, on reprend, dans la ligne des théologiens du XVIe siècle, la réflexion sur ces questions de la guerre et de la paix. Les travaux des jésuites, et notamment du Père TAPARELLI font redécouvrir les idées de THOMAS D'AQUIN ainsi que celles du dominicain Francisco de VITORIA (1548-1619), théologien du droit de la guerre et des devoirs des belligérants, ou encore du jésuite espagnol SUAREZ (1548-1617). Le Père TAPARELLI édite en 1843 son Essai théorique  de droit naturel sur les faits, traduit en français en 1857.

Le Père TAPARELLI distingue la "guerre juste", qui a pour but le rétablissement de l'ordre, des conflits dictés par les rêves de conquêtes et le désir de domination. Selon lui, seule une autorité internationale, résultant d'un accord entre les nations, peut garantir véritablement la paix avec une sorte de tribunal fédéral universel. La réflexion sur ces questions se poursuit dans l'entourage de PIE IX, en dépit des temps troublés que traverse la péninsule italienne? La paix est une préoccupation sans cesse réaffirmée par les papes, notamment à la suite de PIE IX, LÉON XIII. 

Le pacifisme prôné par Rome, entendre l'Église catholique qui entend également par là garder une place majeure dans la conscience des Nations, à défaut des Couronnes (défaillantes), n'est ni antimilitariste, ni antipatriotique. Dans son sillage, inspiré directement par la Curie ou naissant indépendamment, parait dans le dernier tiers du siècle, un grand nombre d'opuscules évoquant le recours au Pape, regardé comme un arbitre naturel par suite de son indépendance (des différents pouvoirs temporels...). Le jésuite Eugenio CIMATTI fait paraitre à Rome en 1883, un volume de 250 pages, L'arbitrage du pape, dont les thèmes ici argumentés, sont repris à travers l'Europe. Le Concile de 1870 devait abordé la question, mais il est écourté, la guerre éclatant. A propos de ce conflit armé, PIE IX propose sans succès son arbitrage. 

Pourtant à la fin du XIXe siècle, le recours est de plus en plus fréquent aux arbitrages les plus divers, et l'activité diplomatique du Saint Siège, notamment de LÉON XIII, permet au Vatican de s'introduire dans le concert des nations. La Paix est une préoccupation sans cesse réaffirmée par le souverain pontife, même si aucune encyclique ne lui est consacrée. Il n'existe en effet par d'équivalent, dans le domaine de la guerre et de la paix, à Rerum novarum (1891) consacré aux questions sociales. Si la Papauté s'occupe d'arbitrer certains conflits en Europe, elle reste très prudente (au vu d'une possibilité de résultat) et se trouve en bute aux entreprises du gouvernement italien qui entend isolé le Vatican. 

      Sur certaines des propositions, notamment de L'arbitrage du pape de CIMATTI, un pacifisme catholique se développe en France, tout en restant très marginal. Ceux, laïcs ou ecclésiastiques qui s'en occupent n'en font pas d'ailleurs souvent leur activité principale. Ainsi l'abbé GRATRY est la cheville ouvrière d'un petit cercle débattant de ces problèmes dès le Second Empire.

Il s'interroge sur l'attitude des chrétiens devant la suite de guerres dans laquelle le Second Empire s'engage et est très inquiet de la situation internationale. En contact avec d'autres mouvances pacifistes - mais pas en s'en doute avec la frange antimilitariste et encore moins avec la tendance marxiste de celle-ci - il adhère par exemple lors de sa création par PASSY à la Ligue internationale et permanente de la paix. Cette adhésion est d'ailleurs mal vue par les milieux conservateurs et le Père PÉTÉTOT, supérieur de l'Oratoire qui a fait renaitre de ses cendres, le désavoue. Les idées de GRATRY sont reprises par l'abbé PICHOT, prêtre de la Creuse qui tente de les faire connaitre (Pages choisies, 1899). Ce dernier fonde avec Louis JORRAND, ingénieur à la manufacture d'Aubusson, la "Société Gratry pour la paix internationale" qui rencontre peu d'écho (elle n'en rencontrera d'ailleurs pas par la suite...). D'ailleurs l'Abbé PICHOT a des problèmes avec sa hiérarchie (faisant partie d'une longue série d'évêques et de prêtres dans ce cas) à la suite de la publication, avec JORRAND, d'une brochure de 68 pages, La conscience chrétienne et la question juive, et surtout d'un article adressé au journal La Croix, alors très antifreyfusard, condamnant l'antisémitisme comme étant une violation de l'Évangile. Il doit cesser son enseignement et s'installer à Monaco où le prince-souverain Albert est très favorable lui-même à la ligue de Frédéric PASSY. 

On peut considérer que peut-être avec le temps, les idées du pacifisme catholique aurait pu gagner quelques parties de l'opinion, mais comme pour toutes les autres tendances du pacifisme, elles sont laminées par le torrent de nationalisme, de patriotisme et de chauvinisme de la Première Guerre Mondiale. Et ce malgré les interventions répétées de la Papauté durant la guerre, pas plus entendu que quelques rares protestants réceptifs aux idées pacifistes. 

 

Nadine-Josette CHALINE, Empêcher la guerre, encrage, 2015.

 

PAXUS

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens