Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 09:32

   Dans la littérature économique comme dans les médias, il est bon ton de reléguer le clivage Nord-Sud dans la même oubliette que le conflit Est-Ouest. Suivant une partie de la littérature anglo-saxonne de la côte Est des Etats-Unis, la plus grande partie des éditorialistes de la presse écrite et audio-visuelle noie sous des considérations chiffrées et des analyses libérales ou néo-libérales ce qui demeure pourtant comme une fracture dans l'humanité. En fait  le discours de l'ensemble des acteurs économique et également des organisations non-gouvernementales (ONG) dans les pays occidentaux du Nord se trouve en complet décalage avec l'ensemble des secours qui fondent les études économiques et politiques du monde universitaire de la grande majorité des pays autrefois qualifiés de pays en voie de développement ou tiers-monde.

C'est ce que Robert POLET et une petite dizaine de contributeurs montrent dans l'édition du 40ème anniversaire de la revue Alternatives Sud. "Maintes fois déclarée caduque, écrit-il dans un article introductif, par les diplomates occidentaux, la grille de lecture Nord-Sud n'a pas perdu sa pertinence dans les milieux politiques et universitaires au Sud. La croissance d'une poignée d'émergents et l'existence de risques globaux n'ont pas gommé les asymétries des colonisations. Et les déphasages socio-historiques entre Nord et Sud alimentent des lectures divergentes des causes et réponses aux grands déséquilibres mondiaux". 

Le chargé d'étude au Centre tricontinental (CETRI) et doctorant à l'Université de Liège, explique que ce nouveau procès de caducité n'est pas nouveau et plusieurs fois les équivalents du clivage "Nord-Sud", "tiers-monde/premier monde", "pays développés/en développement" ont fait l'objet de réfutations depuis plusieurs décennies. Dans un contexte d'accélération de la mondialisation, après la fin d'un autre clivage, Est-Ouest celui-là (clivage qui, en passant, est revitalisé par la diplomatie de la Russie...), de nombreux observateurs et hommes politiques occidentaux, des membres d'ONG, devant également la montée concomitante de la pauvreté dans les sociétés du Nord, expriment et diffusent ce message. La montée en puissance économique et diplomatique des pays dits émergents et la montée du paradigme des "problèmes globaux à solution coopérative" surtout au Nord, avec parmi ces problèmes globaux, les crises climatique, financière, sécuritaire, sanitaire... déforme la perception des réalités. Il faut relativiser les évolutions structurelles du système mondial en conceptualisant des statistiques souvent détournées à des fins idéologiques. Si la masse de l'économie chinoise semble impressionnante par rapport à d'autres économies, des Etats-Unis, de l'Europe, de la Russie..., il faut rapporter cette masse à la taille de la population. En le faisant, on s'aperçoit qu'il y a loin de la coupe (néo-libérale ou "néo-nongouvernementale", l'expression est plutôt nôtre...) aux lèvres de la réalité que vivent des milliards d'individus. Et si l'on distingue le mastodonte chinois des autres pays, la réalité apparait bien plus sombre pour de nombreuses populations. Les asymétries héritées du passé colonial y sont encore plus profondes. Deux asymétries notamment sont indiquées par Robert POLET : le différentiel sécuritaire et l'influence prépondérante du Nord au sein des instances de la gouvernance internationale. "Il ne faut pas confondre les manifestations d'un rééquilibrage partiel des relations internationales avec la disparition des asymétries historiques. D'autant que ces infléchissements géopolitiques pourraient "ne mener qu'à une reproduction des inégalités et des effets de domination Nord-Sud, la seule différence étant que quelques pays émergents du Sud s'ajouteraient au club restreint des puissances dominantes (A. ZACHARIE, Quand le monde bascule, dans Politique n°93, janvier-février 2016)".

Pour Robert POLET, comme pour la grande majorité des universitaires et éditorialistes des pays du Sud, notamment latino-américains, la disparition progressive du clivage Nord-Sud est surtout un produit d'importation d'une partie de la presse new-yorkaise. Si de nombreuses forces politiques au Sud (G77, Mouvement des pays non alignés, Tricontinentale...) ne sont plus porteuses de modèles de développement alternatifs ou de principes géopolitiques subversifs comme dans les années 1950 aux années 1970, il existe de nombreux gouvernements et partis politiques qui s'appuient sur des frustrations communes pour peser sur les débats et négociations au sein de l'OMC, de la CNECED ou de la COP... La grande majorité des pays dits en développement partagent encore certains traits qui surdéterminent leur approche des enjeux mondiaux : d'une part leurs économies sont fortement dépendantes de l'extraction et de la transformation des matières premières et d'autre part la consommation intérieure demeure un rêve non ou mal assouvi pour la grande majorité de leur population. Ce qui explique de nombreuses réticences de ceux-ci à suivre des principes et des pratiques proposées par des experts vivant ou formés en grande partie dans les universités occidentales...Beaucoup de ces principes et pratiques impliquent des transferts de souveraineté que ne sont pas près d'accepter des dirigeants ou des forces politiques qui ne voient pas beaucoup évoluer la situation dans leurs pays... 

"Au final, écrit encore Robert POLET, "l'asymétrie la plus tenace entre pays du Nord et pays du Sud ne réside t-elle pas précisément dans la capacité renouvelée des premiers à produire des lectures à portée universaliste qui promeuvent (ou épargner) à la fois leurs intérêts et leur sensibilité, à marier stratégie de puissance et narration des intérêts supérieurs de l'humanité? Dans cette optique, loin d'effacer les déséquilibres Nord-Sud, les discours sur les grands enjeux mondiaux en constituent la dernière manifestation. Dans le cadre de la diplomatie climatique comme dans celle des droits de l'homme, du commerce ou de l'aide, les États n'abdiquent par de leur volonté de puissance mais visent plutôt à imposer des normes globales qui leur sont techniquement et culturellement plus accessibles qu'à leurs outsiders et qui reproduisent donc leur position de force. La nécessité, indiscutable, de renforcer les mécanisme de coopération internationale ne dilue pas ces rapports de force, elle leur offre un nouveau cadre."

   Comme à son habitude, la revue Alternatives Sud croise les points de vues latino-américains, asiatiques et africains, dans cette vision des clivages Nord/Sud.

Maristella SVAMPA décrit les "Reconfigurations du clivage Nord-Sud et la "géographie de l'"extraction" et Emir SADER analyse "La gauche au XXIe siècle, au Nord et au Sud, pour le sous-continent latino américain. Pour l'Asie, Sit TSUI, Erebus WONG, Wen TIEJUN et Lau Kin CHI, "Le piège du développement : expériences du Sud" et Schalmali GUTTAL, "La fracture Nord-Sud en question. Pour l'Afrique, Issa SHIVJI, "La démocratie : instrument de domination et d'émancipation" et "Où est l'Afrique dans le Sud global? Leçons de Bandung et enfin Samir AMIN, "Clivage Nord-Sud : l'impérialisme aujourd'hui". François HOUTARD, écrit dans la rubrique transversale "Rapports Nord-Sud ou la rigueur des concepts".

Comme d'habitude également, un index en fin d'ouvrage permet de repérer un thème dans chacune des contributions. A noter une bibliographie fournie en fin de chaque contribution... 

 

Obsolète, le clivage Nord-Sud, Alternatives sud, Centre tricontinental/Editions Syllepse, avril 2016.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens