Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 07:43

   Dans la longue histoire des conflits interspécifiques, vulgairement dit parfois, avec une vision bien restreinte, du combat entre l'Homme et la Nature, le livre de Patrick BOUUSQUET (parolier, auteur de contes, de poésies et de romans) et Michel GIARD (écrivain éclectique surtout ouvrages consacrés à l'histoire maritime et à la Normandie) apporte un éclairage particulier et historique. S'agissant d'animaux domestiqués mis au service de la guerre entre hommes dont ils n'ont d'ailleurs que faire, cette histoire possède un côté particulièrement pervers. Se voulant encyclopédiques, les deux auteurs abordent la question des animaux dans la Grande Guerre sous bien des facettes, et notamment ce qu'ils appellent le "juste retour des choses", c'est-à-dire le martyr causé aux hommes par les poux, puces et rats qui prolifèrent de manière générale dans les guerres. On ne rappellera jamais assez que les épidémies firent plus de victimes que la guerre elle-même, notamment à la fin de celle-ci... En première ligne du martyr imposé aux animaux figurent ces chevaux, ces nobles chevaux, sans qui la cavalerie, une des armes majeures des armées, ne serait rien.

    C'est d'ailleurs autour de la cavalerie - et de son principal ennemi, l'artillerie, que s'organise les premiers chapitres de leur ouvrage. Puis ils parcourent le long calvaire des mulets, des ânes, des chiens, sans compter celui des pigeons (cibles dans la guerre de communication), des vaches, des chameaux, des dromadaires... Non seulement ces animaux sont montés, chargés, utilisés directement ou pour l'alimentation des soldats, mais ils sont souvent mascottes, emblèmes, révérés et entretenus, alors que la boucherie au milieu des explosions est le lot de la grande majorité d'entre eux... 

    On voit toute l'économie que suppose cette cavalerie, et les gigantesques circulations des animaux dans les mouvements de troupes durant cette guerre-là. On voit aussi tout le bouleversement de l'économie de temps de paix bouleversée par les préparatifs à la guerre impliquant la réquisition par exemple des chevaux.

On peut lire qu'une fois les chevaux installés laborieusement (les bêtes font de la résistance...) dans des wagons de chemins de fer, "les chevaux, embarqués à raison de huit bêtes par wagon, sont attachés par une simple corde et donc assez libres de leurs mouvements. outre les accidents liés aux a-coups du chemin de fer et aux chutes éventuelles, ils peuvent se blesser entre eux en se donnant des coups ou en se mordant.. Arrivés à destination, les animaux ne disposent d'aucun temps de récupération et ne reçoivent souvent qu'une ration alimentaire qui laisse à désirer. Ils sont aussitôt utilisés pour apporter vers les premières lignes le matériel nécessaire sans avoir bénéficié d'un temps d'adaptation ni de s'être habitué à l'avoine, aliment moins volumineux, et donc plus facilement transportable, qu'on leur sert à la place du foin. Les animaux qui présentaient des ferrures défectueuses au moment de la réquisition et qui ne sont pas ferrés par manque de personnel vont devoir travailler dans de mauvaises conditions, ce qui aura très rapidement un effet néfaste sur leur santé. Les wagons utilisés pour le transport des chevaux et des mulets ne bénéficient pas d'un entretien suivi. Aucun nettoyage, aucune désinfection ne sont effectués! Autant dire qu'ils se transforment rapidement en bouillon de culture dont seront victimes les animaux de santé médiocre.

Arrivés à destination, les chevaux sont dirigés vers leurs différentes unités. Les cavaliers doivent alors s'adapter aux montures qu'on leur fournit, souvent déjà fatiguées par ces longs déplacement qui ont commencé dans la cour de la ferme et se sont poursuivis dans des wagons surchargés. Bien entendu, compte tenu des réquisitions, les foires aux animaux dans l'ouest de la France connaissent une très faible activité. Il y a peu de bêtes présentées à la vente, très peu de transactions, et rares sont les paysans ou chefs d'exploitation susceptibles de les acheter, les épouses restées à la ferme n'ayant pas encore une grande autonomie de décision. La réquisition des chevaux ne se limite pas seulement à la province. Elle se déroule également en région parisienne où ces animaux sont utilisés en grand nombre dans les transports publics, mais aussi pour les livraisons de marchandises et la promenade des bourgeois. Les badauds peuvent souvent apercevoir l'un de ces curieux convois qui traversent la place de l'Opéra en plein Paris.

La mobilisation d'août 1914 double donc les besoins en chevaux. Dans un premier temps, les ressources nationales estimées à 3 millions de chevaux permettent de couvrir les besoins immédiats. La Bretagne et la Normandie, traditionnelles régions d'élevage de percherons et de cobs, sont mises à contribution. La réquisition des chevaux doit s'accompagner de la réquisition du fourrage, de la paille et du foin, de l'orge et de l'avoine pour leur nourriture.

Ces façons de procéder sont souvent mal vécues par les paysans qui considèrent à juste titre que le cheval règne sur l'ensemble des animaux de la ferme. Ils y sont attachés, surtout quand leur jument s'avère une bonne poulinière. Quand une même exploitation agricole voit partir à la guerre un fils, un père, un commis, ses chevaux, c'est souvent le désarroi le plus total. Les agriculteurs les plus âgés savent en effet quel sort malheureux l'armée va réserver aux animaux."

   On peut dire que cette Grande Guerre concentre en un peu plus de quatre ans toutes les horreurs endurées par les animaux et qu'en quelque sorte elle est le "couronnement" du sort que tout au long des siècles, on a pu leur faire subir. De même que la Grande Guerre devait être pour les hommes la dernière, "la der des der", c'est la dernière qui fait usage de ces bêtes de cette manière. Car avec l'avènement des troupes motorisées, avec les divers écrasements de cavalerie par le couple char-avion, net et spectaculaire par exemple en Pologne pendant la seconde guerre mondiale, l'usage des chevaux chute, de même que les pigeons avec les progrès de la télégraphie...   Pour les auteurs, à plus d'un titre, la Grande Guerre marque un tournant dans l'Histoire... Elle marque aussi un tournant dans l'histoire des conflits (et coopérations) interspécifiques de l'humanité contre le reste du monde animal. 

   Doté d'un bonne iconographie, très abondamment documenté, le livre constitue une véritable somme sur l'usage des animaux dans la guerre.

 

Patrick BOUSQUET et Michel GIARD, Bêtes de guerre, 1914-1918, De Borée, 2018, 310 pages.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens