Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 11:37

         L'économiste et enseignant français Charles GIDE, théoricien de l'économie sociale, est aussi une figure du pacifisme français. Président du mouvement du christianisme social, fondateur de l'École de Nîmes et membre de la Ligue des droits de l'homme ainsi que de la Ligue pour le relèvement de la moralité publique, il est un héritier du socialisme français associationnisme, dreyfusard et animateur des Universités populaires, théoricien du solidarise, propagandiste de l'association et de la coopération.

 

      Il écrit à partir de 1880 des textes économiques où il se montre critique envers les innovations théoriques de William JEVONS et Léon WALRAS et expose les premiers éléments d'une position qui l'oppose ensuite aux économistes libéraux français, et aborde des thèmes d'économie sociale. 

Il publie les Principes d'économie politique, manuel à travers lequel des générations d'étudiants français prennent contact avec l'économie politique et qui est en son temps un véritable phénomène éditorial avec 26 éditions publiées en France de 1884 à 1931, traductions en 19 langues étrangères. S'il n'est pas réédité en France après sa mort, la carrière de son livre se poursuit, notamment dans le monde anglo-saxon.

    En 1885, auprès d'Auguste FABRE (1839-1922), il fonde l'École de Nîmes. Dans cette ville, il découvre FOURIER et fréquente l'"Abeille" d'Edouard de BOYE, puissante coopérative qui absorbe diverses autres comme la "Solidarité" et la "Renaissance". Ainsi que d'autres associations dont celle du pasteur Charles BABUt : "l'Association des Jeunes amis de la paix" devenue "la Paix par le Droit". Il est convaincu de l'importance de la coopération. Membre dès les débuts de l'Association protestante pour l'étude pratique des questions sociales, il en est le vice-président et intervient fréquemment dans les congrès annuels. Il s'efforce ensuite de mettre en pratique ses théories tout en théorisant sa pratique.

   L'année suivante, il rejoint le mouvement coopératif qui se réorganise alors en France. Il lui donne une doctrine, celle de l'École de Nîmes, rapidement condamnée par des libéraux qui y voient une dangereuse dérive socialiste, et est pourtant considérée par les socialistes comme trop "bourgeoise". Il fonde cette même année 1886 la Revue d'économie politique?

Charles GIDE, qui considère Edouard de BOYVE (1840-1923) comme le principal fondateur de l'École de Nîmes, publie dans le journal l'Émancipation, considéré comme l'organe de cette école, quelques 840 articles de 1886, Ni révoltés, ni satisfaits, à 1931, Une visite à Gandhi. Il y manifeste avec constance, l'effort de tout un courant de pensée pour dégager, entre libéralisme  débridé et toute-puissance de l'État, une voie qui permette à la société de se développer dans un sens à la fois efficace économiquement, moral et respectueux de la liberté individuelles : la solidarité en est la principe, la coopération et l'association les moyens...

    Son domaine d'intérêt s'étend au phénomène associatif en France et à l'étranger, notamment au moment de l'exposition de l'économie sociale de 1889 et pour le pavillon de l'économie sociale dans l'Exposition universelle de 1900. Dans son rapport de 1889, il présente son programme de coopération économique : associer capital et travail, faire du travailleur le propriétaire du fruit de son travail. En trois étapes :

- grouper entre elles les sociétés, fonder de grands magasins de gros et opérer des achats sur une grande échelle :

- utiliser les capitaux rassembler pour produire tout ce qui est nécessaire aux besoins des sociétés ;

- acquérir des domaines agricoles, produite le vin, le blé, le bétail, les fruits et les légumes.

La coopérative de production est pour lui le type même de l'association qui entre dans le cadre de la solidarité. la solution coopérative, dans son esprit, est opposée à la solution socialiste, qu'il juge coercitive. Ses prises de position éloignent nombre de sympathisants de ses idées mais socialistes, et les coopérateurs socialiste quittent l'Union coopérative en 1895. Elle est unifiée en 1912, à l'initiative de Charles GIDE lui-même qui rédige un "pacte d'unité", sur la base d'une indépendant par rapport à la SFIO, mais devient en fin de compte minoritaire dans cette Union/

    Charles GIDE est le théoricien de la solidarité, concept repris ensuite par Léon BOURGEOIS et Émile DURKHEIM. il publie en 1909, l'Histoire des doctrines économique depuis les physiocrates à nos jours, en collaboration avec Charles RIAT, qui est souvent republié, dernièrement chez Dalloz en 2000. 

      Facette moins connue de nos jours de ses activités est son engagement pour la paix en Europe. Président de l'association de la Paix par le Droit, il contribue au rapprochement avec Frédéric PASSY (Société pour l'arbitrage entre les nations). Il agit de concert avec de nombreuses personnalités de la mouvance pacifiste, en faveur de la création d'un Tribunal international pour régler les différends entre les pays et, dès 1893, souhaite une "société des nations". La revue La Paix par le Droit tire à 3 000 exemplaires en 1899, puis double son tirage à la veille de 1914 après sa fusion avec la Revue de la Paix éditée par PASSY. La Paix par le Droit tisse des relations également avec la Ligue des Droit de l'Homme, fondée à l'occasion de l'Affaire Dreyfus, ainsi qu'avec la Ligue de l'enseignement et les loges maçonniques.

En pleine guerre, il fait partie de la cinquantaine de personnalités qui sont à l'origine le 23 janvier 1916, de la Société d'études documentaires et critiques sur la guerre, destinée au début à en rechercher  les origines, mais dont l'activité va être de plus en plus propagandiste. Charles GIDE s'en détache car il ne se reconnait plus dans des débats politiques et passionnels de plus en plus "défaitistes". La Société est interdite le 21 juillet 1917, et pourtant des réunions persistent, l'interdiction étant levée à la suite de l'intervention de Frédéric BUISSON auprès du président du Conseil. Parce que les divergences se creusent, ses réunions sont de plus en plus espacées.

Seulement deux ans après la guerre, Charles GIDE salue l'accueil d'Allemands par la mouvance de SANGNIER, Les soutenir est la meilleur moyen de garantie la paix, tout comme l'entrée de l'Allemagne dans la SDN. Il renoue dans les années 1920 avec la Société d'études documentaires et critiques sur la guerre, en compagnie de nombreuses autres personnalités. En 1925, il figure parmi celles qui, estimant que le Traité de Versailles ne garantit pas la paix, demandent la suppression des articles 227 à 230 de celui-ci. Pour elles, il n'y a pas de désarmement matériel possible sans désarmement moral.

Charles GIDE, Cours d'économie politique, 2 volumes, 1929-1930 ; Le Bilan de la guerre pour la France, avec William QUALID, 1932 ; Charles Gide et l'École de Nîmes, Actes du colloque des 19 et 20 novembre 1993 à Nîmes, Éditions de la Société d'histoire du protestantisme de Nîmes et du Gard, 1995. Henri DESROCHE, Charles Gide. Trois étapes d'une créativité, CIEM, 1982. A. LAVONDÈS, Charles Gide, Un précurseur de l'Europe unie et de l'ONU. Un apôtre de la coopération entre les hommes, Uzès, Éditions La Capitelle. Voir aussi le site Internet qui lui est dédié, par l'Association Charles Gide fondée en 1983, www.charlesgide.fr

Nadine-Josette CHALINE, Empêcher la guerre, encrage, 2015.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens