Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 09:29

   Les années 1930 font contraste par rapport à la décennie précédente. Nadine-Josette CHALINE constate que les années 1920 ont semblé connaître, même si cela n'est pas unanime chez tous les courants de pensée, surtout à partir de 1925, une certaine euphorie pacifique malgré l'irruption de nouveaux problèmes comme la "grande lueur à l'Est", qui enthousiasme nombre de pacifistes, avant la découverte de la réalité du bolchevisme ; mais à partir de 1933, la confrontation au nazisme impose de nouvelles interrogations. "Peut-on continuer à prôner le désarmement face à Hitler? Peut-on être pacifiste et antifasciste?" L'attitude fluctuante du Parti communiste, travaillé par des courants dont certains sont très partagés par rapport au directives du PCUS, perturbe également les esprits. Ces années sont donc difficiles pour ceux qui souhaitent maintenir la paix, certains sont prêt à accepter tous les compromis, tandis que d'autres perçoivent de nouveaux dangers. Même constat pour Yves SANTAMARIA, une période de paix inquiète (1918-1933) fait place à une période de dépression et de rémission.

   Durant cette période, le fossé se creuse d'ailleurs entre ceux qui se disent d'abord pacifistes et ceux qui se proclament antimilitaristes. Devant tous les bouleversements de la scène internationale, les dissensions déjà si nombreuses dans les années 1920, ne s'effacent pas face aux dangers des régimes fascistes. Outre le fait qu'une partie importante de la classe politique préfère encore le régime fasciste italien ou le régime nazi allemand au régime soviétique, la recrudescence de crises internationales à partir de 1935-1936 suscite un changement brutal de position de Moscou et de la IIIe Internationale, ainsi que des divisions, voire des scissions au sein de certains partis politiques. Tandis que quelques groupes continuent de militer pour un "pacifisme intégral" même face à Hitler. Le soulagement provoqué dans l'opinion publique après les accords de Munich de 1938, précède de peu une nouvelle guerre survenant alors que les esprits sont très divisés.

    Si l'Eglise catholique, mais plus encore le Vatican (car le "peuple catholique" est loin d'être entièrement convaincu), mutiplient les mises en garde, le "pacifisme intégral" se développe, même dans la montée des périls. Les difficultés à analyser la nature réelle du nazisme (que l'on confond parfois avec le fascisme mussolinien), les divisions entre anarchistes, socialiste et communistes qui se ravivent sur la question même de sa nature, font que beancoup se rassemble, parfois "faute de mieux", sur le slogan "le fascisme c'est la guerre". Les débats sur la responsabilité des dirigeants ayant concocté le Traité de Versailles reviennent sur le devant de la scène, et sans doute la propagande nazie en Europe n'y est pas pour rien. Singulièrement les ouvrages de Victor MARGUERITE et de Félicien CHALAYE entretiennent ces débats au début des années 1930.

Il faut que les pacifistes allemands soient menacés dans leur pays après l'arrivée d'Hitler au pouvoir pour que les esprits évoluent, et encore beaucoup ne croient pas à la volonté allemande (ils n'ont pas lu ou tiennent le livre Mein Kampf pour seulement un instrument pour arriver au pouvoir), malgré un réarmement de plus en plus visible, de mener une guerre offensive de conquête. Surtout les pacifistes inconditionnels tiennent pour vrai les propos diplomatiques ou de presse des dirigeants du nazisme, qui jurent ne faire que "réunifier l'Allemagne". D'ailleurs un des effets du réarmement allemand et de l'installation d'une dictature dans le pays voisin, provoque une séparation de plus en plus nette entre ces pacifistes et les antifascistes, la guerre civile d'Espagne de 1936 étant un des éléments majeurs (et pour longtemps) qui marquent les distances.

 

 A chaque nouvelle crise, de plus grandes divisions

Dès le début des années 1930, alors même qu'au sein de la mouvance pacifiste et dans l'opinion publique en général, se développe ce sentiment qu'il faut préserver la paix à tout pris, plusieurs questions focalisent les divisions qui vont la caractériser de plus en plus :  - l'objection de conscience, notamment dans les milieux protestants, avec les interventions du pasteur Henri ROSER, - les relations avec les pacifistes allemands, partenaires indispensables de plus en plus menacés, - le réarmement de l'Allemagne, sujet qui divise le plus entre tous, - l'attaque de l'Éthiopie par l'Italie, - le pacte franco-soviétique de 1935... Tout cela agite les pacifistes, tant à droite qu'à gauche de l'échiquier politique français. Les différents congrès des pacifistes rencontrent un certain écho dans les milieux intellectuels, qui relient très souvent leurs actions-réactions par rapport à l'activité défaillante de la SDN.

Ainsi, les congrès d'Amsterdam, en 1932, puis de la salle Pleyel à Paris l'année suivante, mobilisant contre la guerre et le fascisme, avec une forte participation communiste, connaissent un certain écho avec la fondation du Comité de lutte contre la guerre impérialiste. Lorsque, au lendemain du 6 février 1934, se crée le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes (CVIA), ce dernier se veut également sous la houlette des universitaires ALAIN, LANGEVIN et RIVET, pacifiste et antifasciste. Mais le changement de cap du Parti communiste en 1935 laisse le CVIA entre les mains des pacifistes intégraux, avant son échec final.

De nouveaux affrontement surviennent à propos de la guerre d'Éthiopie et de la guerre d'Espagne. Si les camps semblent nettement tranchés, les situations sont souvent plus complexes. On s'invective par manifeste interposé, notamment à propos des sanctions contre l'Italie. Le 4 octobre 1935 parait dans le journal Le Temps un Manifeste des intellectuels français. Pour la défense de l'Occident et de la paix en Europe, contre les sanctions décidées à l'encontre de l'Italie. Ce texte rédigé par Henri MASSIS recueille en une semaine plusieurs centaines de signatures par peur de voir ces sanctions jeter l'Italie dans les bras de l'Allemagne nazie. Ces adhésions reposent aussi largement sur le souvenir de la Grande Guerre et de la cause commune que l'on fit alors avec l'Italie et, surtout, sur la peur du communisme susceptible de se développeer en Europe occidentale, si un nouveau conflit éclatait.

Chez les intellectuels de droite comme Mgr BAUDRILLART, Charles MAURRAS, Robert BRASILLACH, Pierre GAXOTTE, cette peur du communisme - le temps des interventions armées des puissances occidentales contre la Russie rouge n'est pas encore très loin - constitue une sorte de fil rouge dans leurs réactions face aux événements. A l'inverse, chez les intellectuels de gauche, où compagnonage avec le Parti Communiste voisine souvent avec un oeil sympathisant, même s'il se révèle de plus en plus critique par rapport à "l'expérience communiste" à l'Est, ils se regroupent le 5 octobre de la même année autour d'un autre texte paru dans L'Oeuvre, rédigé par Jules ROMAINS et signé par André GIDE, Louis ARAGON, André MALRAUX, Romain ROLLAND, Louis TERRENOIRE, ALAIN... Et les "8 500 membres du CVIA"... Puis, le 19 octobre paraît dans La Vie catholique un Manifeste pour la Justice et la Paix, regroupant les démocrate-chrétiens avec Étienne BORNE, Jean LACROIX, Jacques MARITAIN, Henri MARROU et d'autres comme Emmanuel MOUNIER ou Jacques MADAULE, qui avaient déjà signé le manifeste de gauche.

 

Dernières tentatives pour un pacifisme partagé par tous...

Au-delà de leurs profondes divergences, tous soulignent, sans toutefois briller par une grande lucidité, combien une nouvelle guerre serait une catastrophe. Alors que s'ébauche le Front Populaire, se forme un "Front unique pacifiste" pour soutenir la SDN, dont l'image est bien ternie après plusieurs échecs : le Rassemblement universel pour la paix (RUP), né en réaction à l'agression italienne contre l'Éthiopie autour du Britannique Lord Robert CECIL et du français François COT. Un grand rassemblement à Bruxelles en septembre 1936 consacre sa naissance officielle. Très rapidement le RUP annonce des chiffres d'hédésions extraordinairement élevés (400 millions dans le monde!) car il se veut, à l'unisson des opinions publiques européennes "organisation de masse", acceptant des "adhésions collectives" (Associations pour la SDN, syndicats, associations d'Anciens combattants, mouvements de jeunesse...). Quelques uns de ses membres les plus influents, tels Louis DOLIVET (En fait Ludwig BRECHER) sont directement en relation avec les autorités sociétiques (Komintern). Beaucoup finissent d'ailleurs par s'interroger sur la place des communistes dans le RUP.

Lorsqu'une guerre civile éclate en Europe, deux positions s'affrontent : ceux qui soutiennent les républicains (socialistes, communistes) et ceux qui, sans pour autant approuver les entreprises de FRANCO, ne supportent pas le sort réservé à l'Église avec les exécutions de prêtres. Le débat est très vif, par exemple à la SFIO et beaucoup choisissent alors la lutte prioritaire, antifasciste, par rapport au pacifisme à tout prix. Alors que pour les pacifistes intégraux, le maintien de la paix passe avant l'antifascisme, comme pour ceux qui militent dans la Ligue des objecteurs de consciences qui fait campagne pour le renvoi des fascicules de mobilisation, Félicien CHALLAYE prônant même dans des opuscules (1932 et 1934) la non-résistance, rejoint par d'autres personnalités comme Jean GIONO, beaucoup rejoignent les Brigades internationales, malgré leur désir de paix. Mais même parmi les pacifistes "intégraux", d'autres comme Romain ROLLAND se désolidarisent de ces positions, comme celles qui militent à la Ligue Internationale des femmes pour la paix et la liberté, présidée alors par Gabrielle DUCHÈNE. La coupure est alors nette, et passe également au sein de la SFIO, et s'affirme lors des accords de Munich.

Lorsque survient la guerre en 1939, le décalage entre les rêves pacifistes et la réalité dramatique se révèle très profond. Et le monde intellectuel est déchiré entre les pacifistes extrêmes, qui réclament encore le 10 septembre la "Paix immédiate", les communistes décontenancés par le pacte germano-soviétique, et une frange gagnée au fascisme, au sein même de la mouvance pacifiste... Car souvent pacifisme et anticommunisme se rejoignent pour protéger la paix, en dépit de toute analyse sérieuse, et l'on assiste à des revirements assez spectaculaires de certaines personnalités pourtant apparemment bien ancrée à gauche dans l'échiquier politique. Les clivages politiques eux-mêmes, bien au-delà de la mouvance pacifiste, sont bouleversés et déjà se dessinent les affrontements entre collaborateurs et résistants.

 

Le pacifisme redéfinit

Le grand retournement s'opère d'ailleurs dès 1938, avec la reculade de Munich, et est déjà amorcé par la perspective du gouvernement de "Front populaire". On ne perçoit plus guère l'atmosphère de l'époque où la droite refuse catégoriquement les avancées sociales qu'il promeut à son arrivée au pouvoir, refus qui va de pair avec celui de voir accroitre les crédits militaires, et qui fait penser que en définitive, la droite c'est la paix. La propagande allemande se déchaîne d'ailleurs, relayée par une partie de l'intelligentsia, elle-même marquée, il faut le dire par un antisémitisme violent. Cette atmosphère se prolonge même pendant la "drôle de guerre" jusqu'à l'invasion de la France en 1940, où Résistance et Collaboration, une fois l'armée française vaincue, rebattent les cartes politiques, y compris dans ce qui était alors la mouvance politiques, selon des modalités parfois très complexes, où se redéfinit la notion même de patriotisme... Comme lors d'invasions et d'occupations dans de nombreux pays, pendant la seconde guerre mondiale, mais également avant et après, pacifiste et antimilitarisme sont redéfinis et ne signifient plus la même chose qu'auparavant. Singulièrement, le "pacifisme intégral" fait place, dans la mouvance pacifiste comme dans l'opinion publique, à des nuances bien tranchées en fonction des parcours sociaux et politiques. Plus jamais d'ailleurs, après cette guerre, en France comme dans la plupart des pays d'Europe, le pacifisme n'a d'image générale positive, le refus de la guerre à tout prix ayant conduit à des situations bien pires encore. L'esprit munichois est associé, même encore aujourd'hui, à un pacifisme "aveugle".

  Yves SANTAMARIA, Le pacifisme, une passion française, Armand Colin, 2005. Nadine-Josette CHALINE, Empêcher la guerre, Le pacifisme du début du XIXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale, encrage, 2015.

 

PAXUS

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens