Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 09:51

   Le biologiste et ornithologiste néerlandais Nikolaas TINBERGEN est considéré  comme le fondateur, avec Konrad LORENZ de l'éthologie, c'est-à-dire de la science du comportement animal, étude comparative entre les espèces pour les quatre axes du comportement : fonction et phylogenèse, causalité et ontogenèse.

 

Une vie dédiée à l'éthologie

    Après une expédition (1925) de trois mois en mer Baltique pendant laquelle il observe les migrations d'oiseaux, il intègre l'université de Leyde pour étudier la biologie (1926). Il y réalise sa thèse sur les abeilles et leur comportement spatial, inspiré des travaux de Karl von FRISCH. Tout en participant à une exploration au Groenland pendant quinze mois. Devenu assistant de recherche à la même université, il y étudie le comportement animal. Et comme Konrad LORENZ avec lequel il commence à correspondre à partir de 1935, il étudie surtout les oiseaux (mais aussi les poissons et les insectes). Ils travaillent ensemble sur le concept de comportements innés et sur l'élaboration d'une discipline dédiée à l'observation objective du comportement animal, davantage influencée par la biologie que par la psychologie, fondant ainsi les bases de l'éthologie.

    Durant la Seconde Guerre Mondiale, les opinions politiques de LORENZ et de TINBERGEN les éloignent progressivement, en dépit des efforts du second qui voit leur association comme essentielle pour l'avenir de l'éthologie. Tandis que LORENZ ne se défend pas de certaines sympathies pour le national-socialisme, TINBERGEN, comme plusieurs de ses collègues, démissionnent en 1941 de l'université, pour protester comme le "nettoyage" du personnel juif par les nazis. En 1942, plusieurs d'entre eux sont incarcérés et certaines exécutés. TINBERGEN est emprisonné pendant deux jusqu'en septembre 1944.

    En 1947, il devient professeur de zoologie à l'Université de Leyde, avant d'intégrer l'Université d'Oxford comme maître de conférences en 1949.

    Ses expériences simples et claires posent les bases de l'ensemble des sciences comportementales actuelles. Il reçoit, avec Karl von FRISCH et Konrad LORENZ (avec lequel il ne travaille plus depuis la fin de la seconde guerre mondiale), en 1973, le Prix Nobel de physiologie ou médecine pour "leurs découvertes concernant l'organisation et le déclenchement de patterns de comportements individuels et sociaux.

 

Les questions fondamentales de l'éthologie

   Nikolaas TINBERGEN pose en 1963, dans son article On aims and methods of Ethology, à l'occasion du soixantième anniversaire de LORENZ, les bases des comportement qui doivent être étudiés sous quatre aspects :

- Causalité immédiate : quels sont les facteurs internes ou externes qui déclenchent un comportement?

- Fonction : quelle est la fonction de ce comportement, quelle est son utilité pour la survie de l'animal à court ou long terme?

- Ontogenèse : comment se met-il en place au cours du développement de l'individu?

- Phylogenèse : comment ce comportement est-il apparu au cours de l'évolution, est-il partagé avec d'autres espèces?

La causalité immédiate et l'ontogenèse sont regroupées sous le terme de "causes proximales" et la fonction et l'évolution sous le terme de "causes ultimes".

   Depuis ses fondations, l'éthologie a évolué, notamment en ce qui concerne la problématique entre l'inné et l'acquis. Rétrospectivement, certains estiment que la réputation (scientifique) de LORENZ et TINBERGEN doivent plus à une popularité éditoriale et à une rupture d'avec des conceptions antérieures (notamment une conception atomiste dominante du comportement et des types d'expérimentations - laboratoire/terrain), qu'à leurs découvertes elles-mêmes. Mais ils sont les premiers à avoir dégagé des perspectives qui ne sont dépassées que beaucoup plus tard avec les développement de la neurobiologie et de l'écologie comportementale. Ce qui est tombé en désuétude, c'est surtout l'approche du "comportement social", des séquences les plus complexes, à cause de l'individualisme extrême qui faisait de l'organisme le cadre ultime du débat inné-acquis et de la continuité phénoménologique du comportement (qui va des coups de bec des Gallinacés à la guerre nucléaire chez les Humains...) (alors qu'aujourd'hui on discute surtout d'évolution de populations), sans compter - mais c'est surtout le cas de la littérature de Konrad LORENZ - un certaine darwinisme social lacunaire. (Georges GUILLE-ESCURET)

 

C'est dès 1951, dans The study of instinct, que toutes ses recherches sont rassemblées, complétées et élaborées en n texte fondateur de la théorie des instincts. Celui-ci dépasse largement la formulation effectuée avec LORENZ, en généralisant le modèle des actes instinctifs (type roulage de l'oeuf) aux comportements instinctifs, c'est-à-dire à l'enchaînement d'actes instinctifs. Les précédents étant déclencheurs des suivants, comme les maillons d'une chaîne. A chaque niveau de l'organisation hiérarchisée des comportements complexes, les centres coordinateurs, les mécanismes innés de déclenchement §composante exogène) et les besoins spécifiques (composante endogène) reposent sur des arguments physiologiques et nerveux.

 

 

 

 

 

Nikolaas TINBERGEN, L'étude l'instinct, Payot, 1953 ; La vie sociale des animaux, Introduction à la sociologie animale, Payot, 1953 ; L'Univers du goéland argentin, Elsevier-Séquoia, Paris, Bruxelles, 1975 ; Carnets d'un naturaliste, Hachette, 1961 ; Le comportement animal, Time-Life, collection Jeunesse, 1968 ; Dictionnaire du comportement animal (avec David MCFARLAND) (The Oxford Companion to Animal Behaviour, 1981), Robert Laffont, collection Bouquins, 1990.

Raymond CAMPAN, Nikolaas Tinbergen, dans Encyclopedia Universalis, 2014. Georges GUILLE-ESCURET, Lorenz, Tinbergen, éthologie objectiviste, dans Dictionnaire du darwinisme et de l'évolution, Sous la direction de Patrick TORT, PUF, 1996.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens