Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2019 2 16 /04 /avril /2019 08:47

  Attention, ceci est un mot d'humeur (mais pas seulement!!!)

 Rappelons l'étymologie de ce mot imbécilité (dans cet article de mauvaise humeur autant que de lucidité, je pense), opposable à celui d'intelligence (tant vantée dans note espèce). Du latin imbecillus (faible), qui donne imbécille en moyen français, son orthographe n'est fixée qu'à partir du Dictionnaire de l'Académie française de 1798 avec un seul l. L'imbécile est le caractère de celui qui est peu capable de raisonner, de comprendre et d'agir judicieusement et en parlant d'un comportement, d'une action, idiote, stupide, qui manque d'intelligence. Alors que généralement, on ne l'utilise que comme adjectif ou pour désigner la qualité d'une personne précise ou d'un groupe (dans ce cas, généralement, ça s'aggrave nettement...), on ne peut s'empêcher de l'appliquer à des applications informatiques, tant les exemples abondent où le comportement d'un navigateur ou même d'un site globalement, semble peu capable de raisonner, de comprendre et d'agir judicieusement. Bien entendu, il est parfois difficile de distinguer l'imbecilité intrinsèque du comportement d'un navigateur ou d'un site de manière globale de celle des utilisateurs qui ne vont pas plus loin que les pseudo-informations et indications imbéciles qu'ils y trouvent...

    Évidemment, étant donné les conséquences actuelles du comportement de l'humanité, sur la base même de son existence, on peut se demander si notre espèce n'est pas, à l'image (populaire) de dinosaures mangeant toute la végétation qui les entourent, tout simplement imbécile, c'est-à-dire, rappelons-le encore, car nous n'y attachons aucune considération morale, peu capable de raisonner, de comprendre et d'agir judicieusement. Comment peut-on en arriver à ces considérations rageuses? Tout simplement parce que nous pensons que la majorité des individus a perdu cette capacité et pire à surmultiplier les sources de l'imbécilité grâce à des technologies qui sont, tout simplement, au dire de la multitude des contributeurs à son existence, des intelligences artificielles, et qui s'avèrent en fin de compte, à bien des égards, des imbécilités artificielles.

  Le constat de ces imbécilités artificielles est relativement facile à faire. Ne citons ici que trois éléments :

- La médiocrité de plus en plus affirmée des moteurs de recherche (plus visible dans le domaine grand public que sur les sites spécialisés, du moins encore un temps) sur Internet, ce qui a conduit d'ailleurs à l'éclosion de nombreux moteurs de recherche dits alternatifs. Il suffit d'effectuer une recherche sur un mot ou (c'est plus sûr, mais le résultat reste médiocre) un groupe de mots, pour tomber sur des listes qui ont peu de choses voir avec l'objet de la recherche, passé une page ou deux, alors que normalement la quantité d'informations disponibles sur un domaine ou un autre est suffisamment importante pour donner lieu à des débouchés importants, sans les analogies auxquels les moteurs semblent maintenant particulèrement friands. Comme la plupart des moteurs grands publics dérivent de Google, le premier historiquement et encore le premier consulté, la recherche risque d'être encore limitée, et oblige à faire appel à des moteurs spécialisés dans un domaine ou un autre...

- le développement sur les écrans - les interface qui permettent la traduction visuelle des calculs informatiques - d'une surcharge en quantités "d'information". Sur un même écran apparait alors plusieurs - parfois une dizaine - fenêtres de messages écrits et audio-visuels, qui sont un véritable défi pour les esprits que nous sommes. Notre cerveau ne peut pas décrypter au-delà d'un certain nombre d'information à la fois (et de plus une information pour chaque organe, yeux, oreilles...). Sur les écrans des ordinateurs, des tablettes et des téléviseurs, se multiplient - en video-image surtout - les informations présentées en même temps. Sans doute toute une génération de designer est perdue, en quelque sorte, toute occupée à mettre le plus possible d'informations en même temps sur écran... Une sorte d'imagologie prend le pas sur les significations, à un tel point que les images elles-mêmes perdent leur vérité... Cela frise le ridicule, avec des écrans plats très grands, parsemés de bandeaux écrits, de plusieurs videos juxtaposées, de logo (à la mesure sans doute de l'ego des propriétaires ou des gestionnaires des chaînes de télévision), de l'annonce du programme en cours, du nom du commentateur, de l'annonce du programme à venir... et j'en passe... Il existe encore heureusement des sites et des chaînes dont la sobriété est encore au service du sens.

- La prolifération des fake-news, partout quasiment, sur tous les sites et toutes les chaînes de télévision (ne parlons pas des réseaux sociaux où c'est le tout et le n'importe quoi...). Ces fausses informations ou déformations de faits... ne concernent pas seulement le domaine politique (manipulations d'élections) ou économique (activité des grandes entreprises), mais aussi, hélas, le domaine des sciences humaines mais aussi naturelles et physiques... A un tel point qu'Internet en est tellement saturé, qu'il faudra sans doute pour y remédier, soit changer toute la toile en passant à une autre technologie, soit favoriser la dissociation d'Internet en réseaux non connectés entre eux... Le pire, c'est que d'autres informations reprennent à leur compte ces fake-news dans des raisonnements politiques, économiques et scientifiques... Les fausses nouvelles et fausses information chassent les bonnes qui reflètent la réalité, tout comme on dit, la mauvaise monnaie chasse la bonne!   Ce serait seulement risible ou ridicule, si ce n'est dramatique pour la culture des civilisations présentes sur la planète...

  Comment en est-on arrivé là? Dans les débats assez rageurs (On m'a traité de dinosaure dans l'équipe du blog!... J'assume!!!), plusieurs facteurs ont été émis : la logique économique télévisuelle et d'Internet n'est pas la satisfaction du consommateur, mais la rentabilité des entreprises qui fournissent ces divers contenus (logique capitaliste), la logique de rapidité nécessaire de l'information où tout bouge et rapidement, tant les populations des diverses sociétés de la planète fourmillent d'acteurs de tout genre (ce à quoi je peux répliquer la mise en boucle des mêmes informations sur les différents écrans...), et enfin la nécessaire adaptation (je ne l'attendais pas, celle-là!) de l'homme à la technologie qu'il crée et de plus il en a toujours été ainsi, l'espèce humaine évolue avec l'urbanisation, les transports de plus en plus rapides, et demain les voyages dans l'espace et le remplacement des organes et membres déficients par des robots...  Certes la publicité (de tout genre...économique en France, mais aux États-Unis, également politique) envahissante a tendance a tout emballé et sans doute aussi est-elle un facteur clé de maints débordements...

Sans mésestimer ces arguments, revenons tout de même aux causes de ces fake-news, de ces imagologies, de ces véritables détournements de moteurs de recherche... Et à l'enchaînement des circonstances qui donne ces résultats. La recherche informatique des logiciels et des hardwares implique déjà plusieurs générateurs de techniciens et d'ingénieurs, au sein de sociétés concurrentes entre elles... Pour une application donnée, de multiples mises à jour sont réalisées par, individuellement, des gens intelligents - capables de calculs logiques et en fonction d'objectifs bien définis (les fameux cahiers des charges....). Mais ne nous y trompons pas, une même application peut avoir plusieurs auteurs qui peuvent successivement ignorer bien des aspects de leurs travaux respectifs... Cette application est mise en fonction, parallèlement à des milliers d'autres, qui font des matériels informatiques de véritables forêts dont personne ne connaît tous les arbres (et personne ne le peut d'ailleurs). Le fonctionnement de toutes ces applications donne des résultats... imbéciles, que les informaticiens précisément tentent de corriger avec leurs multiples mises à jour. Sans compter les rétentions commerciales (logiciels et matériels volontairement limités) et les actions malveillantes (virus) opérées sur Internet, auquel se connectent de plus en plus d'objets, et le tout fonctionne très largement de manière automatique, sans contrôle (ça coûte tellement cher les contrôles, qu'il faut en faire supporter le coût aux consommateurs...), parce qu'on ne peut contrôler tout en même temps. Or Internet et tout ce qui fonctionne avec Internet aujourd'hui fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7!   Internet n'est que la concrétisation d'une communauté d'intelligences qui aboutit à une belle imbécilité collective!

  Au bout de ces lignes - rageuses, j'assume aussi - écrites dans la rubrique, dois-je le rappeler, mots conflictuels, j'ai entendu demander : ça va mieux, coco? Et après avoir écrit ça, oui ça va beaucoup mieux!!!!   IA, finalement, cela ne veut pas seulement dire Intelligence Artificielle mais aussi Imbécilité Artificielle!

 

RAGUS

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens