Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2019 4 20 /06 /juin /2019 13:48

   KAUTILYA est l'auteur, selon la tradition, de l'Arthasastra, le grand traité politico-stratégique de l'Inde ancienne. Retrouvé au début du siècle, le texte complet fut traduit en 1909 puis une seconde fois en 1963 en anglais et publié, en Inde. La datation est incertaine et voisine sans doute le Ier siècle de notre ère, mais la tradition en Inde situe cet traité comme contemporain du premier empereur MAURYA (IVe siècle av. J.C.). KAUTILYA aurait été le Premier ministre de Chandragupta MAURYA, et est assimilé généralement à CHÂNAKYA. Brahmane hérétique, il est l'un des premiers penseurs politiques indiens connus. Beaucoup de ce que l'on raconte de lui tient plus de la tradition que le l'histoire, même si cette tradition a probablement un fond historique.

 

Dans les méandres d'une pensée ancienne en Inde.

   Il est difficile, pour des raisons qui tiennent entre autres aux destructions subies par les différents sites historiques de l'Inde au cours de son histoire, de connaitre la pensée stratégique indienne ancienne, qui pour ne pas être connue, n'est pas pour autant inexistante. L'oeuvre qui nous est parvenue, l'Arthasâstra, qui est attribuée à KAUTILYA (que certains situent au... IIIe siècle av. J.C.), est un traité politique qui contient plusieurs sections sur l'art de la guerre, dans lesquels sont passés en revue l'organisation de l'armée, les préparatifs et la conduite d'une campagne, les tactiques et les stratagèmes.    

    Elle constitue pour beaucoup un des chef d'oeuvre mondiaux de la pensée politique ancienne. l'intention du traité est d'exposer au souverain l'art de gouverner dans les trois domaines de l'administration intérieure (partie qui a beaucoup vieilli), de la diplomatie, et enfin de la guerre. L'État, pour KAUTILYA, est personnifié par le souverain et fondé sur sa légitimité. Cependant, le traité laisse entendre que la véritable légitimité du souverain est d'exercer son magistère de façon convenable pour ses sujets et l'intérêt du royaume. Aussi l'éducation du prince doit-elle être la plus accomplie possible.

 

L'Asthasastra et la pensée stratégique indienne.

     L'Asthasâstra est composé de quinze livres. La partie qui traite de l'administration - soit les 5 premiers livres - met en avant la nécessité de savoir défendre son trône contre les complots, les conspirations, les séditions. Le contrôle joue un rôle central. Cependant le roi, si puissant soit-il, peut être destitué ou assassiné s'il ne remplit pas sa fonction par incapacité ou s'il est responsable d'un désastre militaire.

Les parties les plus originales du traité concernent la diplomatie et la guerre, soit les 10 livres restants. Le but du souverain est l'agrandissement de son royaume, et tous les moyens, à cet effet, sont autorisés; l'unique critère étant son efficacité. D'ailleurs, aucune considération morale n'est évoquée et rien n'est à justifier. L'Arthasâstra appartient à l'école réaliste. Tout est pensé en termes de rapports de forces. Pour être efficace cependant, le souverain ne peut se contenter d'user de la force. Il lui faut de surcroît prévoir, discerner, maîtriser, céder lorsque c'est nécessaire et préparer les conditions plus favorables. MACHIAVEL et HOBBES sont, sans doute, en Occident, les penseurs les plus proches de KAUTILYA. Les livres VI et surtout VII sont les chapitres politiques par excellence de l'Arthasâstra.

Sur le plan militaire, les livres IX, X, XII et XIII sont remarquables par le soin donné à la préparation d'une campagne, à la logistique et à touts les aspects organisationnels. L'Arthasâstra ne se contente pas d'énoncer une série de stratagèmes mais envisage la guerre sous tous ses aspects, sans jamais oublier les articulations entre les moyens et les fins. Un soin particulier est donné à la poliorcétique (technique des sièges). Livre difficile où abondent les allusions, l'Arthasâstra, ou science du profit ou de la puissance, est en somme l'Art du politique.

 

Une postérité difficile à cerner.

   La place de ce traité dans l'histoire indienne après l'effondrement de l'empire goupta au Ve siècle de notre ère, dû à l'irruption des Huns hephtalites, est bien difficile à évaluer. Il semble n'avoir joué aucune rôle à partir de l'investissement de l'Inde du Nord par les Musulmans au Xe siècle. Sa découverte en Occident est passée inaperçue lorsqu'il est retrouvé au début du XXe siècle. il n'a été traduit que tardivement en Français (à partir de la traduction anglaise)  (L'Arthasâstra, Éditions du Félin, 1998, par Gérard CHALIAND).

Il existe d'autres textes, notamment le Dhanurveda, le Veda de l'Arc, qui est un véritable traité sur l'art de la guerre. On retrouve également des informations dispersées dans des textes plus tardifs, comme le Nitisara de kamandeka (VIIIe siècle), le Yukti-Kalpataru du roi Bhoja de Dhara (Xie siècle), ou le Manasollosa du roi Somesvara III (XIIe siècle). Toute cette littérature reste à étudier, y compris sous l'angle de l'histoire de l'Inde ancienne.

    Cette pensée stratégique indienne se rapproche de la pensée chinoise par beaucoup d'aspects, mais elle n'a pas la même valeur théorique : pour le choix du champ de bataille, les procédés tactiques doivent cohabiter avec les rites divinatoires.

 

L'Arthasâstra, Extraits (assez larges) dans Antohologie mondiale de la stratégie, Sous la direction de Gérard Chaliand, Robert Laffont, collection Bouquins, 1990. Traduction de Catherine Ter Sarkissian, à partir de The Kautilya Arthasâstra, livre IX, chapitres I, III, IV, V, VII ; livre X, chapitres I à V ; livre XII, chapitre I ; livre XIII, chapitre IV et V, University of Bombay, volume II, 1963.

Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la civilisation indienne, Robert Laffont, 1987. Gérard CHALIAND, Connaissez-vous Kautilya?, dans Conflits n°8, janvier-mars 2016. Patrick OLIVELLE, King, Governance, and Law in Ancient India : Kautilya's Arthasastra, Oxford University Press, 2013.

Hervé VOUTEAU-BÉGARIE, Traité de stratégie, Economica/ISC, 2002. Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016.

   

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens