Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 14:01

   D'une famille d'officiers de robe parisiens, fils de Michel LE TELLIER qui le prépara à exercer les fonctions de secrétaire d'État à la Guerre, membre du Conseil du roi de France (1671), François Michel LE TELLIER, marquis de LOUVOIS, dévoué à Louis XIV, grand travailleur parcourant sans cesse camps et armées, mit sur pied l'armée la plus nombreuse (jusqu'à 380 000 hommes-, la mieux entretenue et l'une des plus mobiles et mieux armées de son temps.

Il n'est plein détenteur de sa charge de secrétaire d'État à la guerre qu'en 1677, mais dès 1662, il est autorisé à exercer la charge en l'absence de son père et assiste celui-ci dans l'administration de la Guerre, et on estime que vers 1670 il joue le premier rôle. Il découvre le complot de Latréamont en 1674, en pleine guerre de Hollande.

     Avec l'institution notamment de milices provinciales, il parvient à créer l'armée la plus nombreuse d'Europe et l'une des mieux organisée. Cette transformation modifie les données géopolitiques : l'armée française à elle seule est désormais supérieure à l'armée ottomane. Les mesures prises par LOUVOIS touchent des domaines au divers que l'armement (baïonnette à douille montée sur fusil permettant un ordre plus mince pour l'infanterie), la réorganisation des unités de combat (formation d'unités d'artillerie autonomes) et du génie (création d'un corps d'ingénieurs), l'administration (ordonnances sur le paiement de la solde et établissement du tableau réglant l'avancement) et la logistique (reprise du système des magasins). La nouvelle administration permet notamment un meilleur recrutement des cadres : l'Ordre du tableau ouvre le commandement aux roturiers alors que la création d'écoles militaires assure la formation continue des officiers.

Hiérarchie et discipline sont les soucis constants de LOUVOIS. S'il ne parvient pas à supprimer la vénalité des grades de colonel et de capitaine, il réprime certains abus, sévissant contre l'absentéisme des officiers, limite le pillage, généralement excusé par l'arriéré de la solde et le retard du ravitaillement. C'est un principe majeur qu'il tente de mettre en musique : ne plus faire dépendre le ravitaillement de l'armée du pays qu'elle travers ou occupe, mais mettre en place des circuits d'intendance suffisamment solides et durables.

Anti huguenot comme son père, il organise des dragonnades, avant de tenter d'en limiter les menées, pour obtenir des conversions forcées, et imposer la terreur. Cette méthode brutale obtient des résultats mais, notamment vers la fin de sa vie, s'attire nombre d'inimités.

     Rival de COLBERT, LOUVOIS s'octroie un pouvoir politique grandissant jusqu'à ce que les échecs militaires face à la Ligue d'Augsbourg lui fassent perdre, peu avant sa mort, la confiance du roi. Personnage autoritaire et même brutal, il est en grande partie responsable du bombardement de Gênes (1684) et, surtout, de la dévastation du Palatinat (1688) qui provoque la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-87) où la France doit faire face à une coalition européenne. Son fils, le marquis de Barbezieux, lui succède en 1691.

   Même s'il n'est pas un grand politique, ses efforts d'administration permettent à l'armée d'être en pointe de l'art militaire de son temps.

 

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016. André CORVISIER, Dictionnaire d'art et d'histoire militaires, PUF, 1988 ; Louvois, 1983.

Camille ROUSSET, Histoire de Louvois, 1961-1963, en quatre volumes. Louis ANDRÉ, Michel Le Tellier et Louvois, 1943.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens