Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 17:02

   La question peut sembler banale, tant les histoires sur la Seconde Guerre Mondiale structurent en partie la conscience nationale des Européens, et que les moyens de la raconter ne cessent de se multiplier (documentaires sur Internet notamment). Pourtant, et parce qu'elle est importante sur le plan du vécu de l'Histoire et même du quotidien (au moment où un des motifs de l'Union Européenne est précisément de ne plus revivre ces événements-là), elle mérite qu'on s'y arrête.

D'abord par la tendance à schématiser de nombreux films, surtout les films de fiction américains qui peuvent tourner au western moderne, entre bons et mauvais peuples et pays, les mauvais étant bien entendu les vaincus, Allemands, souvent Italiens et Japonais surtout, et les bons démocrates libérateurs, les Américains, non seulement sur le plan militaire bien entendu, mais aussi sur le plan moral. Il faut dire qu'à la décharge des historiens qui écrivirent très tôt sur l'histoire de la SGM, le régime nazi, avec la brutalité de ses armées et la férocité (exterminations en série) de sa politique, se prête très bien dans le rôle du méchant et qu'on aurait du mal à lui trouver pire dans l'Histoire. Le caractère totalitaire du régime, à l'instar d'ailleurs de celui du Japon, s'oppose parfaitement au caractère démocratique des vainqueurs. Il est donc facile de se prêter à la caricature (souvent moqueuse) et nombre de réalisateurs ne s'en privèrent pas...

Ensuite, il s'agit là d'oeuvres visuelles, faisant appel à l'émotion, avec une certaine dramaturgie, présente également dans les documentaires, qui ne peuvent donner qu'une vision partielle des événements (vu également les images disponibles, côté documentaire), et empêchent donc (sauf pour la vision en video où l'arrêt sur image et le retour en arrière sont possibles) une réflexion de s'organiser de façon posée. Aussi, dans ce qui va suivre, nous exposerons des oeuvres visuelles ET écrites. Certains ouvrages peuvent ainsi apporter un éclairage approfondit sur des situations et des événements là où l'image et le son courent et courent souvent très vite. Si l'on veut comprendre, il est impossible de ne pas exposer en contre-point ou en appui ces écrits aux oeuvres audiovisuelles.

Bien entendu, la majorité des spectateurs vont voir des films pour le spectacle et la distraction. D'une part, les scénarios de ces oeuvres sont assez faciles à construire, le partage entre bons et méchants s'apparentant alors au traitement des westerns des années quarante et cinquante aux États-Unis. Par ailleurs, les images de guerre attirent des spectateurs qui canalisent là leurs dynamismes agressifs personnels. Enfin, les films de comédie ou même de drame offrent une occasion de se moquer des nazis en les présentant comme des brutes assez épaisses (ce qu'ils étaient pour la plupart d'ailleurs) appartenant à des classes sociales... déclassées ou des êtres dépourvus d'intelligence moyenne, l'image négative d'un militarisme simpliste complétant le tableau...  Cette majorité de spectateurs-là ne cherchent aucunement à comprendre la seconde guerre mondiale, et nous n'évoquerons pas d'ailleurs ce genre de films, qui vont de La grande vadrouille (film favori de deux membres de notre équipe!) au Douze salopards, sauf à la marge, en contre point, pour signaler les films qui déforment singulièrement la réalité historique ou qui s'en inspirent en la détournant... (jusqu'à l'uchronie, comme l'estimé film d'ALDOMOVAR)...

Il existe cependant un autre écueil qui peut obérer la connaissance de l'avant, pendant et après guerre mondiale. Il s'agit des films de propagande, et parmi les plus efficaces, les films anglo-saxons, soit à travers des fictions d'espionnage (à la Hitchcock par exemple) ou des fictions de guerre à proprement parler. Une des manières de l'éviter est sans doute de bien porter attention à la date de production et de sortie des films. Une fois accrochée cette attention, et rendue visible le manque de distance par rapport à l'événement, la vision de ces films et documentaires (tels ceux de Franck CAPRA par exemple, des Pourquoi nous combattons?) peut être instructive par la manière même où les belligérants peuvent voir la guerre.

Il est donc, comme écrit auparavant, indispensable d'avoir des guides pour s'y retrouver : et rien de mieux que des livres qui couvrent toute la guerre mondiale, et s'il fallait en proposer deux, je miserais sur deux ouvrages très dissemblables d'ailleurs, La Seconde Guerre Mondiale de Raymond CARTIER en deux volumes, paru en 1966 aux éditions Larousse, avec possibilité de suivre l'avant et l'après (avec ses autres livres du même type, écrit de style journalistique et doté d'une iconographie abondante, photographies significatives) et La Seconde Guerre Mondiale d'Antony BEEVOR, paru aux éditions Calmann-lévy en 2012, qui concentre maintes connaissances sur beaucoup d'aspects.

 

Quel angle d'attaque pour comprendre la seconde guerre mondiale à travers films et documentaires?

    S'agissant d'une guerre mondiale, la tendance est à la montrer en tant que... guerre. C'est-à-dire, dans une logique toute militaire, un enchaînements de batailles, de manoeuvres, de replis, d'avancées, de conquêtes et de pertes de territoire et en termes d'évolution technique des armements (infériorité et supériorité), de mobilisation des troupes, de poussées ou de pertes de moral, de capacités tactiques et stratégiques... en prenant comme point d'appui de compréhension les avancées ou les reculs sur des cartes d'état-major. Ce que font les séries documentaires sur les "grandes batailles" et les films centrés sur ou autour d'une bataille. Or, et pas seulement pour la seconde guerre mondiale, une guerre n'est pas réductible ni en espace ni en temps aux combattants.

Les populations "civiles" jouent toujours un grand rôle, ne serait-ce que c'est sur elle que sont prélevés les contingents militaires et les finances : leur moral compte et est d'ailleurs un des enjeux majeurs d'une guerre psychologique et idéologique aussi importante que la guerre matérielle sur les champs de bataille. Nombre de films sont consacrés aux résistances et collaboration des populations, des élites, des administrations comme des différentes classes sociales...

Les "buts de guerre" des belligérants, les systèmes d'alliances nouées et dénouées, les comportements des armées dans les territoires traversés (et souvent dévastés...), tout cela fait partie d'un ensemble indispensable pour comprendre une guerre. S'agissant de la seconde guerre mondiale, la nature du régime nazi n'est quasiment jamais oubliée, parfois d'ailleurs sur un registre plutôt caricatural qui n'aide pas à comprendre celle-ci... Heureusement, comme contrebalançant le registre moqueur de nombreux films, des documentaires sont uniquement consacrés au régime nazi, aux comportements de la société allemande durant la guerre.

L'avant et après la guerre, ne serait-ce que parce que la guerre n'est jamais tout-à fait terminée - avant la prochaine - pour tout le monde, constitue des éléments également indispensables. C'est d'ailleurs ce que font les grandes séries télévisées : les préludes à la guerre bénéficient d'une grande partie du métrage, de même que l'après-guerre. Un des grands mérites des documentaristes d'ailleurs est de tenir compte au plus près des derniers acquis de l'historiographie : la deuxième guerre est vue comme conséquence de la première. De même, les composantes économiques et sociales de la seconde guerre mondiale ne sont pas oubliées dans la plupart des documentaires, qui ne se centrent pas uniquement sur les batailles.

  Compte tenu de cela, nous avons conçu un découpage qui laisse la place au fait guerre dans toute son ampleur et toutes ses dimensions et qui éclaire nombre d'aspects psychologiques, politiques, idéologiques, économiques et sociaux de la seconde guerre mondiale :

- Tout d'abord... les batailles et leur enchainement. La logique des opérations militaires, ce va et vient entre la guerre dans le Pacifique et en Europe, ce va et vient également entre le flux et le reflux du Reich en Europe et du Japon en Extrême Orient, en regardant bien l'histoire telle qu'elle est : la chronologie des événements n'est pas du tout la même en Asie (où on peut considérer qu'elle commence beaucoup plus tôt) qu'en Europe et les enchainements historiques à l'Est et à l'Ouest. La vision de forces de l'Axe contre les forces alliées est bien plus complexe qu'un affrontement binaire (par exemple dictatures contre démocraties...)... Dans les batailles se concentrent stratégie et tactique des protagonistes mais également rapports technologiques des armements, positionnements géopolitiques, buts de guerre, et également logiques des changements qui peuvent intervenir au sein même des batailles, prises au sens d'ensemble d'opérations militaires plus ou moins étendues au sens tant géographique que temporel... Ce qu'on appelle la bataille de désert, la guerre du Pacifique, la bataille d'Angleterre, l'invasion de la France, pour ne prendre que ces exemples-là, se composent d'événements militaires parfois complexes, sans compter que les théâtre d'opérations peuvent interagir parfois à plusieurs... Films et fiction et documentaires possèdent leur propre dimension, sans compter les séries télévisées : un film peut se concentrer sur un lieu bien plus précis, un documentaire s'avérer plus ample et une série couvrir toute une zone (l'Ouest, le Pacifique, l'Est...), les uns mettant en relief l'aspect décisif ou manqué d'une bataille précise et les autres l'enchainement, dont le découpage peut varier presque à l'infini, au profit souvent du vécu des combattants. L'exemple magistral de Le jour le plus long montre bien que saisir les réalités d'une bataille, même dans un espace et un temps réduit, demande l'inclusion de beaucoup d'éléments, quitte à les simplifier pratiquement tous... Certaines batailles feront l'objet d'éclairages particuliers.

- Les multiples activités d'espionnage ;

- Les différentes collaborations et résistances ;

- Les exterminations des Juifs (mais pas seulement) en Europe, dans les camps d'extermination et dans les territoires envahis et occupés ;

- Les prisonniers de guerre ;

- L'avènement de l'ère atomique ;

- L'acheminement vers la guerre froide ;

- Les guerriers et les soldats engagés sur les divers fronts ;

- Les Procès des criminels de guerre ;

- Les "figures" de la seconde guerre mondiale, que ce soit les dirigeants ou les chefs de guerre ;

- Une réflexion sur comment filmer la seconde guerre mondiale ;

- Les progrès technologiques en armement....

   Comme nous aborder un thème à la fois, nous ferons la présentation et le commentaire d'une série ou d'un documentaire que de manière longitudinale, c'est-à-dire en ne prenant que les éléments de cette série et de ce documentaire qui intéresse ce thème. Ainsi pour une série telle Frères d'armes (de HANKS/SPIELBERG), lorsque nous abordons la bataille de Normandie, nous ne attardons que sur les parties qui concernent cette bataille. Pour les films, c'est relativement plus simple, se concentrant pour leur très grande majorité sur un seul aspect de la seconde guerre mondiale...

 

De même, les références (réalisation, production année de sortie...) des séries et des documentaires ne sont indiquées qu'une fois, dans le corps du texte, quitte dans la dernière partie à répéter une seule seconde fois, celles-ci, toutes oeuvres confondues, en une analyse de l'ensemble de la filmographie.

Bien entendu, comme il existe de nombreux thèmes et que nous ne passons pas tout notre temps sur le blog, cela peut prendre un certain temps avant d'arriver au bout... un peu à l'image de la très longue série de Marc FERRO, à la télévision française, Histoire parallèle, avec un décalage de 50 ans, prolongée après la seconde guerre mondiale, alternant actualités dans les deux camps et commentaires d'invités.

Et bien entendu, il ne s'agit pas d'une filmographie exhaustive, puisque d'une part nous écartons les oeuvres de divertissement ou d'espionnage romancé, et que d'autre part, cela va sans dire, cette filmographie s'enrichit encore au fil des ans, témoin le récent Un village en France, feuilleton-série française qui traite de l'attitude (collaboration, "neutralité", résistance) (avec de rares subtilités) d'une population précise face aux événements, qui vient de sortir en coffret DVD dans son intégralité...

  Depuis l'éclosion d'Internet, de multiples documentaires ont vu l'occasion de se démultiplier. Avec le regain d'intérêt sur la Deuxième Guerre Mondiale, sont apparus également de nombreux magazines. Parmi tous les magazines qui se consacrent à ce thème, nous pouvons conseiller la revue 39-45, dont les articles détaillés permettent d'apporter de nouveaux éclairages et de dissiper de nombreux clichés. Parmi tous les sites, nous pouvons conseiller également Le monde en guerre 39-45.

 

 

 

FILMUS

 

Compléter le 9 septembre 2020

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens