Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2019 6 26 /10 /octobre /2019 12:22

       Henri II de ROHAN est un membre de la puissante maison bretonne des ROHAN, convertie au protestantisme. Chef de guerre des rébellions huguenotes contre le pouvoir royal catholique, il est des principaux acteurs des guerres de religion de son époque.

Homme de guerre, stratège et écrivain militaire, Henri de ROHAN est formé à l'école néerlandaise, la plus moderne de son temps. Il combat auprès de Maurice de NASSAU, puis travaille pour le compte de RICHELIEU qui le charge de conquérir la Valteline (Italie). Il meurt au combat à Rheinfeld, après un exil et un rappel de Bernard de SAXE-WEIMAR, allié de la France, pour combattre les Allemands.

Il rédige deux traités de stratégie qui ont un grand succès, durant son exil après la chute de LA ROCHELLE et la signature de la Paix d'Alès en 1629 : Le parfait capitaine (1631) et Le Traité de la guerre (1636).

     Comme d'autres stratèges avant lui (notamment MACHIAVEL) et après (FOLARD, Ardant du PICQ), il est résolument tourné vers l'Antiquité romaine où il puise les sources de sa pensée stratégique. Henri de ROHAN porte un intérêt profond à la personne de Jules CÉSAR qui incarne, selon lui, le parfait capitaine tel qu'il le décrit dans son livre. Il souligne en particulier les qualités de commandement de CÉSAR qui était capable de vaincre des armées plus puissantes que la sienne et, surtout, qui ne se décourageait jamais. Cette science de la guerre et cette volonté exceptionnelles de CÉSAR lui rappellent son autre grand maître, contemporain, Maurice de NASSAU.

La doctrine de guerre que le duc ROHAN développe d'après ses observations historiques et personnelles favorise l'offensive et la recherche de la bataille décisive. Il attache une importance toute particulière à l'organisation de l'armée, à la formation et à l'entrainement des soldats ainsi qu'aux problèmes liés à la logistique. Il préfère une armée de taille modeste mais très mobiles et bien renseignée. Comme stratège et théoricien de la guerre, il a une grande influence sur TURENNE et CONDÉ. Son souci d'organiser les armées d'une manière plus rationnelle et efficace qu'auparavant se retrouve chez RICHELIEU puis chez Le TELLIER et LOUVOIS. (BLIN et CHALIAND)

    Henri de ROHAN rédige également, en exil, s'installant à Venise, alors alliée de la France, en y mettant à son service son talent militaire, L'Apologie du duc de Rohan sur les derniers troubles de la France, plaidoyer pro domo sur sa fidélité à la France. Dans cette ville et à Padoue, il compose également ses Mémoires, publiée après sa mort en 1644, où il se justifie longuement de ses échecs, par la division de la communauté réformée? Il y rassemble ses différents discours et divers traités, dont De l'intérêt des princes et états de la chrétienté, publié en 1634, et Le parfait capitaine, en 1636 (il en existe en fait plusieurs versions, suivant la date de publication), excellentes contributions, et appréciées par de nombreux auteurs comme tels, même s'ils ne font pas partie de sa confession, à la littérature politique du XVIIe siècle.

 

Henri de ROHAN, Mémoires du duc de Rohan, réédition de 2010, Éditions Ampelos ; Le parfait capitaine ; De l'intérêt des princes et des États de la chrétienté, réédition PUF, 1995 ; voyage du duc de Rohan fait en l'an 1600 en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre et Escosse, disponible sur le site Gallica de la BnF. 

Eugène CARRIAS, La Pensée militaire française, Paris, 1960.

Arnaud BLIN et Gérard CHALIAND, Dictionnaire de stratégie, tempus, 2016

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens